sambre1 Yslaire_Sambre4w

Sambre (5 t. - série terminée) d'YSLAIRE (Scénario et Dessin)
(avec la participation de Balac aux scénarios des deux premiers tomes)
Édition Glénat

- Plus ne m'est rien...
- Je sais que tu viendras
- Révolution, révolution...
- Faut-il que nous mourions ensemble?
- Maudit soit le fruit de ses entrailles

      Nous sommes ici spectateur d’une histoire d’amour impossible, celle de Bernard et de Julie, sur un fond historique pesant, celui de la France du 19ème siècle et de la Révolution française de 1848 (sous le règne de Louis Philippe, 2ème révolution qui met fin à la Monarchie de Juillet). L’atmosphère de cette BD est particulière, presque oppressante : des secrets de familles enfouis, des personnages névrosés, une passion dévorante… Et deux couleurs très présentes, choisies avec soin pour accentuer le tout : le rouge et le noir. Ils représentent le sang ainsi que la noirceur de l’âme des personnages, ils font un clin d’œil à l’œuvre de Stendhal Le rouge et le noir, ils sont représentatifs de la révolution, et ils font monter l’angoisse chez le lecteur (avec des couleurs pareilles, on se dit que cela ne peut que finir mal et c’est bien évidemment le cas).

La Liberté est un personnage central dans la saga Sambre et on ressent combien cette notion est chère à Yslaire. Il l’aborde de différentes manières :

    - en faisant un clin d’œil au célèbre tableau de Delacroix la « Liberté guidant le peuple »,

    - en reposant son intrigue sur une théorie d’une classification des êtres humains en fonction de leurs couleurs des yeux (non sans rappeler une autre célèbre classification, du temps des nazies) et qui empêche donc d’avoir la moindre liberté,

    - en permettant à Julie de représenter sa conception de la liberté.

Le dernier tome de cette saga familiale s’éloigne des précédents car il n’aborde plus le thème de l’amour impossible entre Bernard et Julie (ce qui est un peu déroutant les premières pages). Il aborde plutôt la quête d’identité de leur enfant, Bernard-Marie, qui ne les a pas connus. Il est élevé par sa tante aveugle qui veut se substituer à ses parents et qui ignore ses questions sur ses origines.

 

Mon avis :

Contrairement à la majorité des lecteurs de Sambre, je n’irai pas jusqu’à dire que cette BD, qui entre parfaitement dans le mouvement de Romantisme, est un chef d’œuvre. Néanmoins, il faut bien avouer que les dessins sont magnifiques et le scénario prenant. C’est à voir, à lire et à apprécier !

Dans le top 100 des indispensables BD, Sambre se trouve à la 44ème position.

 

sambre_2