29 janvier 2011

Jésus m'aime de David SAFIER

j_sus_maime


Jésus m'aime de David SAFIER
Edition France Loisirs - Collection Piment
2010
350 p.

Résumé : Nous suivons ici l’histoire de Marie qui, après avoir planté son fiancé devant l’autel, pense avoir rencontré l’homme de sa vie en la personne de Joshua. Manque de bol, il se dit être le fils de Dieu, rien que ça ! D’abord, Marie le prend pour un tordu. Mais quand il commence à faire des choses incroyables, elle se pose quand même quelques questions. Et quand il lui apprend que le Jugement dernier, c’est pour bientôt, là c’est carrément la panique ! Comment une fille comme elle, ne connaissant rien à la Bible, un peu maladroite et avec quelques kilos en trop, peut-elle contrecarrer les plans de Dieu et s’opposer au charmant (et sexy) charpentier ? 

 

Mon avis :

      Si le sujet paraît complètement farfelu, l’histoire n’en est pas moins étonnement crédible. David Safier possède un très beau style d’écriture et beaucoup humour. Ce roman est léger et agrémenter de strips -ceux de Kata, la sœur malade de Marie- qui apportent indéniablement un plus.

A lire juste pour le plaisir de connaître un Jésus participant à un karaoké ou dansant la salsa. A lire juste pour découvrir un Satan prenant l’apparence de Georges Clooney ou d’Alicia Keys. A lire juste pour rencontrer un Dieu à qui ça ne dérange pas d’apparaître en Emma Thompson, dans un décor typique à la Jane Austen ! A lire juste pour entendre Marie rompre avec Jésus : « Le… Le problème ce n’est pas toi… C’est moi ». Comme quoi quitter Jésus, c’est comme quitter n’importe quel homme : à bout de ressources et d’idées convaincantes, on finit toujours par sortir les phrases bateaux !

Ça faisait longtemps qu’un roman ne m’avait plus autant agréablement surpris. J’étais dedans du début à la fin et je l’ai dévoré aussi vite qu’il m’était possible de le faire (et oui, ‘faut quand même aller travailler^^).

N’ayez pas d’a priori sur le sujet, dîtes-vous que ce n’est en aucun cas ce à quoi vous vous attendez ; et c’est ça qui est le plus génial !

 

Quelques citations :

« Mes anciens petits amis m’avaient rarement massé les pieds plus de dix minutes d’affilée, et ils attendaient toujours une récompense pour cette remarquable performance. Surtout Marc, l’amateur d’hôtesses de l’air, celui dont j’espérais qu’il rôtirait un jour un enfer sous la garde de démons particulièrement créatifs et spécialement formés à l’art ancestral de la castration. » p. 15.

« De toute façon, dans cette affaire, Joshua était aussi cinglé que moi. Lui, il se prenait pour Jésus, et moi, je voyais Jésus. Nous étions donc parfaitement assortis. Par la suite, nous pourrions avoir une ribambelle de mignons bébés, tous aussi cinglés que nous… Minute. Je ne voulais pas seulement l’épouser, je voulais aussi faire des enfants avec lui ? » p.141.

« C’est tout ce que je trouvais à gémir. Pas de : « Je suis devant le fils de Dieu ! », pas de : « Il est revenu sur terre ! », ni de : « C’est un miracle ! » Non, juste un malheureux « Oh ». Tout mon être n’était plus qu’un faible « Oh » épuisé, paralysé, dépassé. » p. 143.

« Mais, quand le fils de Dieu vous demande de lui montrer le monde, pouvez-vous lui répondre : « Désolée, j’avais prévu de m’épiler les sourcils ? » p. 146.

« Le pasteur Gabriel se tenait dans l’encadrement de la porte. En ce moment, j’avais autant besoin de lui que le Titanic d’un second iceberg. » p. 303

Posté par Eloo aime lire à 18:00 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :


24 janvier 2011

[Cinéma] N'oublie jamais, réalisé par Nick Cassavetes

Ne vous inquiétez pas, vous êtes bien sur un blog de chroniques littéraires! Néanmoins, il y aura de temps en temps des excursions dans le monde cinématographique car certains films m'ont touché au point que j'ai envie d'en parler aussi, comme celui-ci...


n_oublie_jamais

N'oublie jamais = The Notebook
réalisé par Nick Cassavetes
Oeuvre adapté du roman de Nicholas Sparks Les pages de notre amour
avec Ryan Gosling, Rachel McAdams, et al.
2005
1h58

      Allie Calhoun est une vieille femme atteinte de la maladie d'Alzheimer. Chaque jour, Duke vient lui raconter une histoire, la sienne, pour l'aider à se souvenir. On plonge alors dans les années quarante et on suit la merveilleuse histoire d'amour que vivent Allie et Noah, et ce, dès leur rencontre. Malgré leurs modes de vie très différents (Noah est de simple condition tandis qu'Allie vient d'une famille aisée), rien ni personne ne parviendra à les séparer.

 

Mon avis :


N'oublie jamais aborde quelque chose de nouveau qui m'a  beaucoup  plu : nos deux amoureux vont être séparés à cause de la mémoire, la mémoire qui se perd dans la tête d'Allie. Par amour, Duke -Noah- va lui relire inlassablement l'histoire de leur vie pour pouvoir ensuite passer quelques minutes de lucidité avec elle. Le second point fort de ce film est qu'il s'agit d'un tableau nous faisant découvrir l'Amérique des années quarante avec brio. Le seul petit point négatif que j'aurai à dire est que le manque d'émotion des enfants (et des petits-enfants) face à la maladie de leur mère m'a un peu gêné, ne ressentent-ils donc même pas un peu de tristesse? Ils ont juste l'air de subir et de ne pas comprendre la démarche de leur père.

Si vous êtes un tant soit peu fleur bleue, n'hésitez pas! Vous vivrez ici une des plus belles histoires d'amour jamais contée, bercée par deux acteurs fabuleux où l'alchimie est évidente (Rachel McAdams est particulièrement touchante).

La fin de ce film nous entraine dans un tourbillon de sentiments, à la fois tristes et heureux.



A lire aussi : Les pages de notre amour de Nicholas Sparks, paru en 2005 chez Robert Laffont.

Posté par Eloo aime lire à 11:52 - - Commentaires [8] - Permalien [#]

21 janvier 2011

Oscar et la dame rose d'Eric-Emmanuel SCHMITT

oscaretladamerose

 

Oscar et la dame rose d'Eric-Emmanuel SCHMITT
Édition Albin Michel
2004
99 p.

      Oscar est un petit garçon atteint d'un cancer en phase terminale, c'est pourquoi il ne quitte plus l'hôpital. Chaque jour, une personne vient lui rendre visite : c'est Mamie-Rose, qui tient son surnom de sa blouse rose et de son grand âge. Un jour, elle lui propose d'écrire à Dieu afin de partager avec lui sa vie et ses réflexions. Oscar ne croit pas en Dieu mais il aime trop sa Mamie-Rose pour lui refuser quoi que ce soit, surtout qu'elle est une ancienne catcheuse alors mieux vaut ne pas la contrarier! Elle lui propose également de faire un jeu :

" - Quel jour sommes-nous, Oscar?
- Cette idée! Vous ne voyez pas mon calendrier? On est le 19 décembre.
- Dans mon pays, Oscar, il y a une légende qui prétend que, durant les douze derniers jours de l'an, on peut deviner le temps qu'il fera dans les douze mois de l'année à venir. Il suffit d'observer chaque journée pour avoir, en miniature, le tableau du mois. Le 19 décembre représente le mois de janvier, le 20 décembre le mois de février, etc., jusqu'au 31 décembre qui préfigure le mois de décembre suivant.
- C'est vrai?
- C'est une légende. La légende des douze jours divinatoires. Je voudrais qu'on y joue, toi et moi. Enfin surtout toi. A partir d'aujourd'hui, tu observeras chaque jour en te disant que ce jour compte pour dix ans.
- Dix ans?
- Oui. Un jour : dix ans.
- Alors dans douze jours, j'aurai cent trente ans!
- Oui. Tu te rends compte?
Mamie-Rose m'a embrassé - elle y prend goût, je sens - puis elle est partie." Citation p. 37-38.

Oscar et la dame rose est écrit dans un style épistolaire : nous lisons les lettres qu'Oscar adresse à Dieu pendant les douze derniers jours de sa vie. Il est très agréable de suivre les pensées d'un enfant de dix ans, qui s'exprime sans tabou et sans détour. "Si je m'intéresse à ce que pensent les cons, je n'aurai plus de temps pour ce que pensent les gens intelligents." Citation p.33. Avec Mamie-Rose, Oscar parle de tout : de sujets sérieux comme la mort et la maladie, de sujets légers comme les filles et les combats de catch de Mamie-Rose alias l'Étrangleuse du Languedoc, et de sujets philosophiques comme la vie avec un grand V.

Ce roman est court et concentré, comme la vie d'Oscar. Il se lit en deux petites heures mais il marque les pensées pendant très longtemps car il est sujet à réflexion.

Je conclurai simplement avec cette phrase qui sort de la bouche d'Oscar lui-même : "Regarde chaque jour le monde comme si c'était la première fois." Citation p. 95.

Mon avis :


A voir aussi :
Oscar et la dame rose réalisé par Eric-Emmanuel Schmitt, avec Michèle Laroque, Amir, et al.

Posté par Eloo aime lire à 11:26 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,

17 janvier 2011

...

Blair (to Chuck) : "Three words, eight letters, say it and I'm yours."

Chuck (to Blair) : "You're Blair Waldorf, remember I'm Chuck Bass and I love you."

blairetchuck1

 

 

 


Gossip Girl - saisons 2 et 3.

 

Posté par Eloo aime lire à 11:59 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

16 janvier 2011

Les Chevaliers d'Emeraude d'Anne ROBILLARD

chevaliersemeraude1 emeraude_tome_2 leschevaliersdemeraude3 chevaliertome4 


Les Chevaliers d'Émeraude (12 t. - série terminée)
d'Anne ROBILLARD
Édition Michel Lafon
FANTASY -> High Fantasy

Le feu dans le ciel (t.1) ; Les dragons de l'empereur noir (t.2) ; Piège au royaume des ombres (t.3) ; La princesse rebelle (t.4) ; L'île des lézard (t.5) ; Le journal d'Onyx (t.6) ; L'enlèvement (t.7) ; Les dieux déchus (t.8) ; L'héritage de Danalieth (t.9) ; Représailles (t.10) ; La justice céleste (t.11) ; Irianeth (t.12).


Mon avis :


      Les Chevaliers d'Émeraude est une longue saga en 12 tomes, et pour que cela soit plus simple pour moi et plus compréhensible pour vous, je vais vous donner mon avis en utilisant une très vieille méthode : les + et les -! Pardonnez-moi donc s'il y a un manque d'effort au niveau de ma prose cette fois-ci!

Petite alternance de + et de - qui vont plus ou moins ensemble (je commence par le + car je suis de nature positive et optimiste!) :

Le + : Les Chevaliers d'Émeraude est une saga complexe et fouillée, on remarque clairement le sens du détail de l'auteur.
Le - : J'ai parfois trouvé que les dénouements étaient un peu faciles, tirés par les cheveux. Dès qu'une situation s'enlise et stagne, l'auteur apporte des solutions qui arrivent de nul part, qui tombent du ciel pour ainsi dire. Ça l'a "sauvait" et lui permettait de continuer son histoire, moi ça ne m'a pas convaincu.

Le + : Beaucoup de tomes et du temps qui passe entre les parutions, heureusement l'éditeur a eu la bonne idée de mettre un résumé de l'histoire passée au début de chacun des livres. Je vous jure, ça aide!
Le - : L'attente entre la parution de chaque tome ainsi que le nombre de tomes lui même m'a démotivé petit à petit, pour faire simple, je me suis essoufflée. Était-il indispensable d'écrire l'histoire en 12 tomes? Je ne pense pas. A mon sens, l'auteur pouvait dire tout ce qu'elle avait à dire en moins de lignes.

Le + : Certains personnages sont vraiment attachants. On prend plaisir à les suivre dans leur aventure et on a tendance à s'identifier à certains d'entre eux car ils ont chacun des traits de caractères différents (ce qui est leur force).
Le - : Trop de personnages. Pendant la lecture, on a tendance à se creuser les méninges et à se demander "c'est qui déjà celui-là?". Au début du livre, tous les Chevaliers sont listés mais je ne vois pas vraiment l'intérêt de les nommer alors que la plupart sont de simples figurants sur qui on ne sait rien de plus (cela dit, ils sont très utiles quand il faut quelques morts du côté des gentils, on ne s'est pas attaché à eux et l'auteur non plus).

 

les_chevaliers_d_meraude_5 les_chevaliers_d_meraude_6 emeraude7 leschevaliersdemeraude8

Le + : On a envie de connaître le dénouement (on sait que le grand méchant, Amecareth, doit être vaincu - 'faut que ça finisse bien quand même- mais on ne sait pas comment). Anne Robillard s'en sort pas mal côté suspense, j'avoue ne pas avoir deviner comment l'histoire allait se terminer.
Le - : Par contre, dans le même registre, j'ai trouvé énervant qu'elle use de "faux-suspense" relativement souvent. C'est du type : "Bidule ne s'était pas rendu compte que derrière lui, quelqu'un l'observait. C'est à ce moment-là que Bidule entendit un bruit, se retourna et attaqua son adversaire". Oui, ça m'a clairement agacée.

Le + : Cette saga est abordable, elle vise tous les publics. A mon avis, elle est idéale lorsque l'on ne connait pas trop la fantasy et que l'on a envie de se lancer.
Le - : J'ai malheureusement trouvé (et à mon grand regret) que l'auteur manquait cruellement de style. Les phrases, les mots, les expressions étaient dans leur plus simple appareil. Ça aurait pu être écrit de façon plus jolie.

Le + : De très belles couvertures qui donnent vraiment envie. Comme toutes celles de Michel Lafon!

Le - : Je m'attendais à une fin plus en apothéose, après 12 tomes d'attente. Dans ses remerciements, l'auteur annonce la suite de cette saga avec une nouvelle série "Les héritiers d'Enkidiev". C'est sûrement pour cette raison que tout n'est pas résolu à la fin d'Irianeth, le tome 12. Lire jusqu'au bout et ne pas avoir toutes les réponses : quelle déception! C'est une technique qui peut s'avérer efficace pour tenir ses lecteurs et lui proposer une nouvelle série, mais, par esprit de contradiction,  je ne sais pas si je répondrai présente!

En Conclusion : Peut-être plus de - que de +. Il n'empêche que je ne regrette pas d'avoir lu les Chevaliers d'Émeraude dans son intégralité. J'ai accroché dès le début, j'ai pris du plaisir à la lecture, j'ai eu envie de connaître la suite (comme quoi le manque de style n'est pas dramatique puisqu'il ne m'a pas empêcher de poursuivre ma lecture)... Et puis un petit dérapage, j'ai eu moins envie durant les 3 derniers tomes et je ne sais pas trop comment c'est arrivé. C'est tout de même une lecture que je conseille. Et puis je crois qu'il était important pour moi de dire les -  de cette série qui n'a pas besoin de justifier son succès. Il est mérité malgré tout!

 

les_chevaliers_d_meraude_9 Les_Chevaliers_d_Emeraude_tome_10 les_chevaliers_d_meraude_11 chevaliers_d_emeraude

Posté par Eloo aime lire à 19:05 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

05 janvier 2011

Chester de Mélanie WATT

chester

 

 Chester de Mélanie WATT
(Euh non... Pardon... de Chester!)
Édition Bayard Jeunesse
2008

      Chester est un chat égocentrique et têtu qui refuse de laisser Mélanie raconter son histoire de souris. Ne se rend-elle pas compte que lui seul peut être le véritable héros de l'histoire?? Non, visiblement pas. Alors Chester prend les choses en main et décide d'agrémenter le texte de Mélanie de ses propres commentaires, avec son marqueur rouge, afin de voler la vedette à la souris. Attention! Mélanie a plus d'un tour dans son sac pour déjouer les plans de son chat, mais Chester aussi!

Un album original et très drôle!

Mon avis :

Posté par Eloo aime lire à 10:03 - - Commentaires [7] - Permalien [#]