40_skeleton_creek

 Skeleton Creek : Psychose (t.1) de Patrick CARMAN

Edition Bayard Jeunesse

2011

187 p.

"Ecrire ou mourir" p. 9

4ème de couverture :

      "Il se passe des choses étranges à Skeleton Creek. Des choses terrifiantes. Avec Sarah, ma meilleure amie, j'ai tenté de percer un sinistre secret. J'ai failli en mourir. A présent, je suis coincé chez moi, une jambe dans le plâtre. Je ne peux plus faire confiance à personne. C'est à peine si j'ose croire à ce que j'ai vu et entendu. Depuis que nos parents nous ont interdit de communiquer, Sarah et moi, je suis désespérément seul. Je m'efforce de mettre cette effrayante histoire par écrit pendant que Sarah, armée de sa caméra, poursuit notre enquête. A chacune de ses découvertes, elle m'envoie un mot de passe qui me permet de visionner la vidéo en cachette. Ainsi, ensemble, nous continuons à traquer le mystère, prêts à tout pour exhumer la vérité. Mais, nous le savons, rien n'est plus dangereux que de vouloir déterrer les fantômes du passé. Surtout dans une ville comme SKELETON CREEK.

Lisez mon journal. Regardez les vidéos. Menez l'enquête."

 

Mon avis :

Voici un auteur qui n'hésite pas à surfer sur la vague des nouvelles technologies! Il fallait trouver l'idée et oser. Patrick Carman nous offre un roman novateur, qui allie deux supports pour le prix d'un : le papier et le virtuel. Curieuse, j'ai plutôt adhéré.

Donc pour résumé, notre narrateur Ryan, après une excursion à haut risque qui s'est terminé par un plongeon et une jambe cassée, se retrouve alité chez lui. Tandis qu'il continue à mener l'enquête avec les moyens du bord et surtout de proximité (questionnements des gens autour de lui, internet), Sarah est sur le terrain avec sa caméra. Lorsqu'elle découvre des indices ou des éléments étranges, elle filme puis fait profiter Ryan de ses vidéos. Pour pouvoir les visionner, Ryan doit se connecter au site de Sarah et entrer le code qu'elle lui a donné... Et nous on fait pareil!

http://www.sarahfincher.fr

Une question d'ordre pratique m'a traversé l'esprit : si on souhaite relire ce roman dans quelques années, le site de Sarah sera t-il toujours accessible sur la toile (car sans les vidéos de Sarah, le roman perd tout son intérêt) ? Je l'espère en tout cas, car l'idée est excellente. Même si, c'est le petit bémol, on ne peut pas lire ce roman partout puisqu'il faut avoir un ordinateur connecté à internet sous la main.

J'avais peur que les vidéos coupe mon élan de lecture mais ça n'a été heureusement pas le cas. Les vidéos sont-elles plus importantes que le roman lui-même? En tout cas, elles dévoilent une grande partie de l'intrigue et terminent l'histoire. Mais texte et vidéos sont indissociables car complémentaires.

J'ai trouvé les vidéos bien faites. C'est lugubre, glauque et angoissant, on s'effraie, le pari de l'auteur est réussit. Par contre, l'actrice de Sarah était-elle vraiment obligée d'adopter ce ton mélodramatique, ces mimiques bizarres avec ses yeux et ces respirations éléphantesques?

Pour finir, j'ai aimé les allusions et les clins d'oeil à des grands auteurs du frisson tels Edgar Allan Poe.

J'ai également apprécié que ce soit Sarah l'aventurière sans peur et Ryan le cérébral plus à l'aise sur le papier. Et oui, les filles peuvent aussi être à l'aise dans le feu de l'action!

 

Quelques citations :

"Quand je regarde en arrière, je vois des signes annonciateurs de danger. Quand Sarah regarde en arrière, elle voit des raisons de partir à l'aventure. Elle me manque. Je lui en veux. J'ai peur pour elle. J'ai peur d'elle. Pas beaucoup. Un peu tout de même." p. 18

"L'imprudence n'est certes pas une vertu. Mais, pour un jeune de mon âge, elle est inévitable. D'ailleurs, il n'y a pas plus ennuyeux que les gens trop prudents." p. 95

"Quelquefois, je me représente Sarah comme une allumette enflammée et, moi, je suis le bâton de dynamite. Quoi que nous fassions ensemble, ça se termine toujours par une explosion. Non, l'image n'est pas exacte. Disons que Sarah et moi sommes deux pôles opposés qui s'entraînent l'un l'autre vers le même dangereux centre. pourquoi ne sommes-nous jamais attirés par des projets raisonnables? Élever une vache pour la foire agricole, par exemple? pourquoi toujours ce goût du danger? [...] Parce qu'une vache est un animal ennuyeux et qu'en élever une est une activité ennuyeuse. Le danger est plus excitant." p. 154