31 décembre 2011

5000 visites!

Ca y est, le blog a dépassé le cap de 5000 visites depuis sa création!

Merci à tous les visiteurs - habitués, occasionnels, nouveaux -, c'est votre passage par ici qui m'incite à continuer cette aventure.

N'hésitez pas à laisser un commentaire, seul moyen pour moi de savoir que vous êtes venus lire ce blog. Cela me permettra de découvrir vos blogs aussi! :)

 

Si vous souhaitez connaître l'actualité du blog en direct, n'oubliez pas que vous pouvez être "fan" de la Page ElooBooks.

logo_facebook

 

Encore Merci et à bientôt pour de nouvelles chroniques!

Et une très bonne année 2012 à vous :D

Posté par Eloo aime lire à 19:31 - - Commentaires [3] - Permalien [#]


29 décembre 2011

[Cinéma] Intouchables réalisé par Eric TOLEDANO & Olivier NAKACHE

intouchables-affiche

Intouchables réalisé par Eric TOLEDANO & Olivier NAKACHE

Avec François Cluzet, Omar Sy, Anne Le Ny, et al. 2011. 1h52.

 

Synopsis :

      "A la suite d’un accident de parapente, Philippe, riche aristocrate, engage comme aide à domicile Driss, un jeune de banlieue tout juste sorti de prison. Bref la personne la moins adaptée pour le job. Ensemble ils vont faire cohabiter Vivaldi et Earth Wind and Fire, le verbe et la vanne, les costumes et les bas de survêtement… Deux univers vont se télescoper, s’apprivoiser, pour donner naissance à une amitié aussi dingue, drôle et forte qu’inattendue, une relation unique qui fera des étincelles et qui les rendra… Intouchables." source : allociné.

 

Bande Annonce :

 

 

Mon avis : etoile_jaune

Un magnifique film à ne pas rater. Intouchables est un film incroyable car il réussi le pari de faire rire les gens sur des sujets très sérieux. Même si Philippe est tétraplégique et Driss un jeune homme en galère tout juste sorti de prison, pas de mélo et pas de pitié. Pourquoi en auraient-ils besoin alors qu'ils sont deux hommes presque comme les autres? Ce film nous ramène à l'essentiel : arrêtons les "qu'en dira t-on" et les gants blancs avec les gens qui ont une vie différente de la notre. Le vrai respect est de traiter tout le monde sans différence. Et c'est là le vrai message.

Omar Sy et François Cluzet sont magistraux (les rôles de leur vie?), et criant de vérité. J'ai particulièrement été touché par la maladroitesse de Driss et j'ai aimé vivre avec lui son "apprentissage" tout au long du film. Le contact des autres nous changent, c'est certain.

Bravos aux petites mains qui ont fait un film à la fois juste et beau. Parfois, j'ai failli pleuré de rire. J'ai sourit tout le temps. J'ai eu la larme à l'oeil aussi. C'est bon de sortir d'une salle de cinéma dans cet état là. 

 

 

© Eloo 12/2011

Posté par Eloo aime lire à 10:41 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

24 décembre 2011

Un Joyeux Noël à tous!

joyeux-noel

Posté par Eloo aime lire à 12:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 décembre 2011

Le Petit Père Noël d'Anu STOHNER

Parce que c'est bientôt NOËL...

Le_petit_pere_noel

Le Petit Père Noël d'Anu STOHNER (aut.) & Henrike WILSON (ill.).

Edition Seuil jeunesse. 2002. Non paginé.

 

4ème de couverture :

      "Il était une fois un petit Père Noël qui, plus qu’aucun autre Père Noël, se faisait une joie d’aller chez les enfants. Malheureusement, les grands Pères Noël considéraient qu’il était encore beaucoup trop petit pour s’acquitter de cette mission…"

Mon avis : etoile_jaune

J'ai ici entre les mains un superbe album qui me fait vous dire sans hésiter : s’il fallait lire un seul album à Noël, pour moi ce serait celui-là. Sans hésitation. Parce que l'histoire est belle. Et parce que les illustrations sont douces. 

Le Petit Père Noël, à cause de sa petite taille, n'est pas considéré à sa juste valeur par les Grands Pères Noël. Pourtant, être petit n'empêche pas d'accomplir de grandes choses! Alors s'il vous arrive un jour d'être dans la même situation, suivez son exemple et ne baissez jamais les bras. Les grands finiront bien par se rendre compte que l'on peut être petit à l'extérieur et immense à l'intérieur... 

Cette album nous livre un magnifique message d’espoir : chacun peut apporter beaucoup aux autres, ce n'est qu'une simple question de volonté. Le Petit Père Noël n'a pas le droit d'apporter des cadeaux aux enfants? Qu'à cela ne tienne, il ira apporter des joujoux aux animaux de la forêt, eux aussi laissés pour compte... Après tout, pourquoi ces derniers n'auraient-ils pas le droit d'être gâter à Noël?

 

© Eloo 12/2011

Posté par Eloo aime lire à 19:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 décembre 2011

Epic de Conor KOSTICK

epic

Epic de Conor KOSTICK

Edition Bayard Jeunesse. 2011. 469 p.

 

4ème de couverture :

      "La Terre a été détruite par une guerre sans précédent. Les hommes ont construit, sur une autre planète, une société où toute violence est interdite, et les conflits sont gérés par un jeu vidéo, Epic. Dans ce jeu, chaque citoyen a un alter ego virtuel dont les résultats définissent sa condition sociale.
Avec ses copains d'enfance, Erik, 14 ans, va participer à un tournoi sur Epic qui déterminera son destin dans la société. Ses amis ont choisi d'être représentés par de courageux guerriers, une guérisseuse et une sorcière. Contre toute attente, Erik, lui, prend pour avatar Cindella, une jeune aventurière, peu armée mais séduisante et astucieuse.
Grâce à Cindella, Erik a un regard neuf sur Epic et découvre les failles du jeu. À travers elle, le garçon se lance dans une formidable quête qui le conduira à remettre en cause les bases mêmes de la société..."

 

Mon avis : ♥ ♥ 

"De même, Inry'aat se balançait de droite à gauche, constamment sur le point de déchaîner sa puissance volcanique, changeant sans cesse de cible, inoffensif en apparence, mais à un cheveu de les réduire en cendre." (p. 178)

 

Très dur d'écrire cette chronique, et pourtant j'ai beaucoup aimé Epic de Conor Kostic. Je crois que la question principale était "par où vais-je commencer?". Disons par là : les êtres humains ont dû quitter précipitamment la Terre, après une guerre sans précédent. Tout est à reconstruire et on décide naturellement que, dans cette nouvelle société, toute forme de violence sera proscrite. Néanmoins, on permet aux citoyens de jouer à Epic afin qu'ils puissent se "défouler" virtuellement dans une arène. Si au départ, cela ne semble être qu'un simple jeu de rôle où on évolue dans un monde virtuel, Epic devient très vite la base même de la société, et une manière pour le Centre des affectation qui est au pouvoir, de tout contrôler. Ainsi, chaque être humain possède son alter ego virtuel qui lui permet de gagner quelques pièces et ainsi d'acheter (peut-être) des matériaux techniques pour sa ville. Car la vie réelle est très difficile, on travaille très dur dans les champs et les mines avec du matériel vétuste, on a peu accès aux soins, etc. De même, la justice est réglée à travers le jeu : lorsque que l'on a une réclamation, on doit combattre dans l'arène du jeu face aux joueurs surentraînés et suréquipés du Centre des affections. Autant dire que les simples joueurs n'ont aucune chance face à ce gouvernement oligarchique. Je n'en dirais pas plus de peur de gâcher la lecture à ceux qui veulent découvrir ce roman. Il se passe tellement de choses que j'avoue avoir envie de déborder un peu mais ce serait dommage.

Epic est un roman de science-fiction très bien ficelé et qui tient la route jusqu’au bout. De l’aventure, du suspense et un enjeu de taille : une quête vers un monde plus juste. Les personnages sont de jeunes gens brillants et je crois que je me suis attachée autant, sinon plus, à leurs personnages virtuels. Ils sont créés de toutes pièces et pourtant ils semblent avoir une âme eux aussi. J’ai également aimé que l’on ne bascule jamais dans la niaiserie. Le but du roman et de ses personnages est de retrouver la liberté et l’égalité de tous les hommes, et on ne s’y éloigne pas. Par exemple, on sent bien qu'il existe une certaine « attraction » entre deux personnages importants du livre, mais tout reste dans la suggestion et les petits gestes. Et ça m’a parfaitement convenu. L’auteur laisse tout au long du roman une certaine place à notre imagination et c’est très appréciable.

Nous avons ici une très bonne intrigue, mais qui peut néanmoins - et c'est mon seul bémol - paraître se résoudre assez facilement ; c’est pourquoi j’aurais pu classer ce roman dans la catégorie ‘roman jeunesse’. Mais le nombre de pages – assez impressionnant – peut en rebuter certains, et c'est ce qui me laisse à penser que ce roman est tout de même plus adapté aux ados. Ceci dit, ils ne s’ennuieront pas, ils se passent toujours quelque chose dans ce roman qui est très addictif : on vit la quête de liberté des joueurs d’Osterfjord avec eux.

J’ai passé un très bon moment de lecture, et je pense que Epic mérite d’être connu.

© Eloo 12/2011

Posté par Eloo aime lire à 12:01 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

15 décembre 2011

[Musique] David Garrett, violoniste

Smells like teen spirit / David Garrett. Album "Rock Symphonies". 2010.

 

Je vous présente David Garrett, violoniste allemand et virtuose de son état, né le 04 septembre 1980. Le moins que l'on puisse dire est qu'il est tombé dans la "musique" quand il était tout petit et qu'il tient un violon entre ses mains depuis toujours. Il fut  un élève des conservatoires de Lübeck puis de Berlin, avant d'être le protégé de la violoniste britannique Ida Haendel à l'âge de 12 ans. En 1999, il s'inscrit à la célèbre Julliard School afin de suivre des cours auprès d'Itzhak Perlman (violoniste israélien considéré comme l'un des plus grands du XXe siècle), et ainsi se perfectionner encore davantage.

Il fait des concerts depuis l'âge de 10 ans.

Ses particularités :

  • Il a joué avec des violons célèbres : avec celui d'Antonio Stradivari, le « San Lorenzo » de 1710, avec le violon Giovanni Battista Guadagnini "ex Baron Von Gause" de 1770 (qui lui a coûté 1 millions de $) et avec un Guarnerius del Gesù. Depuis 2009 il joue avec un Stradivarius "A.Busch" de 1716.
  • Depuis le 20 décembre 2008, David Garrett est le recordman du monde du morceau de violon joué le plus rapidement. Il a joué entièrement le morceau "Le Vol du bourdon" (de Nikolai Rimsky-Korsakov) en 1 minute et 6.56 secondes sur le plateau de l'émission allemande des records.

David Garrett est particulièrement connu pour ses concerts et ses albums d'arrangements.

 

He's a pirate / David Garrett. Album "Encore". 2008.

 

The 5th / David Garrett. Album "Rock Symphonies". 2010.

 

Bonne écoute! 

© Eloo 12/2011

Posté par Eloo aime lire à 18:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 décembre 2011

Achile et la rivière d'Olivier ADAM

achile et la rivière 

Achile et la rivière d'Olivier Adam (aut.) et d'Ilya Green (ill.)

Edition Actes Sud Junior. 2011. Non paginé.

 

4ème de couverture :

      "Chez Achile, il y a du bruit tout le temps : ses frères se disputent, le chien aboie pour un rien, sa sœur et sa mère jouent de la musique, les invités défilent… On ne s’entend même plus penser ! Alors, quand il en a vraiment assez, Achile part se promener le long de la rivière silencieuse. Enfin seul. Ou presque. Car au bord de l’eau, parmi les plantes étranges, vit une drôle de créature…"

Mon avis : etoile_jaune

Olivier Adam nous surprend dans un domaine où à priori on ne l’attendait pas : la littérature jeunesse. A vrai dire, il a écrit autant pour les enfants que pour les adultes, mais ses œuvres telles que Je vais bien, ne t’en fais pas (Edition Le Dilettante, 2000) ou Le cœur régulier (Editions de l’Olivier, 2010) ont tendance à occulter le reste.

En tout cas, avec Achile et la rivière, premier album jeunesse que je découvre donc de cet auteur,  le pari est plutôt réussi… surtout qu’il a eu la très bonne idée (lui ou son éditeur, mais peu importe) de former un duo de choc avec Ilya Green, une illustratrice que j’adore.

Achile a bien dû mal à supporter le vacarme ambiant qui règne dans sa maison... Alors il se réfugie régulièrement au bord de la rivière calme, où des méduses flottent dans le ciel et où il peut enfin entendre ses pensées. Mais le jour où il rentre chez lui, et que plus personne ne parle ou ne gigote, il se rend compte qu’il se sent tout triste. Pourtant, c’est ce qu’il a toujours voulu, non ?

Un album très poétique, qui met des étoiles dans les yeux.

 

~ Après tout, lorsqu’il y a un peu le bazar dans une maison, lorsqu’on entend les cris joyeux des enfants qui courent partout, c’est qu’il y a de la vie tout simplement. ~

 

© Eloo 12/2011

Posté par Eloo aime lire à 14:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 décembre 2011

Un article pour dire merci!

 

vaches

- clique pour voir plus grand - 

 

C'est avec une grande surprise que j'ai découvert que ma chronique concernant le roman Les Vaches de Staline de Sofi Oksanen a été mis à l'honneur sur le blog de Priceminister, à l'occasion des Matchs de la Rentrée Littéraire.

Merci!

Pour voir l'article de Priceminister, par ici.

Pour aller consulter le blog littéraire de Lilyn Kirjahylly, par .

Pour voir ma chronique du roman Les Vaches de Staline, go!

Posté par Eloo aime lire à 20:19 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :

01 décembre 2011

Les hommes viennent de Mars, les femmes viennent de Vénus de JIF

les-hommes-viennent-de-mars-les-femmes-de-venus-bd-volume-1-simple-27846

Les hommes viennent de Mars, les femmes viennent de Vénus. 

Scénario de Jif, dessins de Nathalie Jomard. (D'après l'oeuvre de John Gray).

Édition Jungle, en coédition avec les éditions Michel Lafon. 2011. 64 p.

 

4ème de couverture :

      "Vous vous demandez peut-être pourquoi la vie entre HOMMES et FEMMES ne coule pas toujours de source?

Tout simplement parce que nous venons de deux planètes différentes. Par conséquent, nous ne parlons pas le même langage et n'avons absolument pas le même fonctionnement. Mais, pas de panique, ne préparez pas tout de suite le formulaire de divorce, il est tout à fait possible de se comprendre et même, si si, de vivre en parfaite harmonie!

Alors n'hésitez pas à venir déchiffrer les codes de votre conjoint(e) avec humour."

 

Mon avis : ♥ ♥ 

Vous l'aurez compris : nous avons ici affaire à l'adaptation de l'oeuvre de John Gray, Les hommes viennent de Mars, les femmes viennent de Vénus, en version BD! Ce célèbre ouvrage de psychologie a été publié pour la première fois en 1992, mais les relations hommes-femmes est un sujet ô combien intemporel.

Malgré qu'il me soit à portée de main, je n'ai jamais lu Les hommes viennent de Mars, les femmes viennent de Vénus dans sa version originelle. Le sujet me semble tout à fait intéressant mais l'objet-livre ne m'attire pas plus que ça (un pavé compact et une couverture qui ne lui rend pas justice, en tout cas pour l'édition que je possède. Ajoutez-y un soupçon de flemme et vous verrez le topo!) et cela m'empêchait donc de franchir le cap. Avec cette BD - cadeau d'anniversaire offert par la meilleure amie -, j'espère pouvoir découvrir les idées de John Gray d'une façon plus ludique.

La couverture de la BD n'a rien à voir avec celle du livre d'origine (je suis sûrement mal tombée, car il y a eu plusieurs éditions) : elle donne tout de suite envie d'entrer dans le vif du sujet. Elle nous invite à un moment de lecture agréable, plein d'humour et pédagogique (ben oui, j'espère un peu quand même!). Je vous laisse y jeter un coup d'oeil au-dessus et sait d'ors et déjà ce que vous allez penser : "oh la caricature!" Mais avouez qu'il y a un fonds de vérité là-dedans, si si!

Passons au contenu : nous lisons de nombreuses situations qui nous sont ô combien familières, en compagnie d'un professeur qui nous décortique tout ça, nous traduit la pensée de chacun et nous explique ce qu'il ne faut surtout pas faire! En fait, on n'apprends pas grand chose, nous possédons déjà les lumières du professeur, nous savons par exemple que lorsque l'homme répond "rien" à la question "tu penses à quoi?", il ne pense effectivement à rien... Mais nous ne pouvons pas nous empêcher de lui chercher des poux, notre nature vraie nous rattrape décidemment toujours (mais c'est comme ça qu'ils nous aiiiment!)! Cela dit, les situations décrites dans cette BD sont cocasses, on se reconnait avec plaisir et on se rassure en se disant "on n'est donc pas les seuls à vivre ça!". Je finirais par dire que le style du dessin est tout à fait approprié au sujet abordé.

En conclusion, un très agréable moment de lecture qui me donne envie d'en redemander. Il y a un petit "1" sur la tranche de la BD qui me laisse à penser qu'il y aura peut-être un tome 2 : chouette! Je conseille à tout le monde de lire cette BD, hommes et femmes, en couple et célibataires (préparez-vous à ce qu'il vous attend!). Finalement, je vais peut-être jeter un oeil à la version d'origine, vous savez ce pavé compact avec une couverture bof bof... Allez, je vous la montre!

51MQP6GEK1L

© Eloo 12/2011

Posté par Eloo aime lire à 11:46 - - Commentaires [6] - Permalien [#]