31 janvier 2012

Top Ten Tuesday (01)

TopTenTuesday

Le Top Ten Tuesday est un rendez-vous hebdomadaire dans lequel on liste son top 10 selon le thème littéraire défini. 

Ce rendez-vous a initialement été créé par The Broke and the Bookish et repris en français sur le blog d'Iani.

Et voici ma première participation (clap! clap!)

 

Le Thème : Les 10 livres que tout le monde a aimés sauf vous

 

1. Lottie Biggs n'est presque pas cinglée de Hayley Long - lien vers ma chronique

lottie biggsQu'est ce qui s'est passé avec cette lecture alors qu'il y a eu énormément d'avis élogieux sur la blogosphère (qui m'ont d'ailleurs donné envie de le lire) ?

Brièvement, je dirais que la couverture m'a induite en erreur : je m'attendais à une histoire légère, mais ce n'est absolument pas le cas. Ensuite, l'histoire met, à mon goût, beaucoup trop de temps à démarrer. Je ne voyais absolument pas où l'auteur voulait en venir avant d'arriver à un tiers du livre. Ah ok, c'est le thème de la dépression. Hé ben, j'ai eu beau faire tous les efforts du monde, Lottie et sa maladie ne m'ont absolument pas touché. On peut appeler ça un rendez-vous manquer.

 

2. Les Mésaventures de Tallulah Casey de Louise Rennison - lien vers ma chronique

tallulah
Encore une fois, je me suis lancée dans cette lecture car j'avais lu de nombreuses chroniques enthousiastes. Autant vous dire que la mienne l'était beaucoup moins...
 
Je n'ai pas adhéré à l'humour de Louise Rennison, je suis pourtant bon public, mais là je n'ai pas accroché car beaucoup trop caricatural à mon goût. Ensuite, comme je l'ai déjà dit et rappelé dans un précédent article (lien), j'ai trouvé beaucoup de fautes d'orthographe, de coquilles, de mots qui manquent... Et ça, ce n'est point la faute de l'auteur, mais ça m'a vraiment gâché la lecture. Déjà que ça me passionnait pas, je me suis surprise à chercher de nouvelles erreurs, et ça m'a bien sûr définitivement décroché de l'histoire... Une vraie déception.
 
 
3. La Saga Les Chevaliers d'Emeraude d'Anne Robillard - lien vers ma chronique
 
chevalier
 Là je vais être plus nuancé, car dire que je n'ai pas aimé serait inexacte. Et puis d'ailleurs, si j'avais détesté, je n'aurais certainement pas lu la saga en entier...
 
En fait au début, j'étais "à fond dedans", y a pas de meilleur terme. J'ai dévoré les premiers tomes. Et puis, arrivée au milieu de la série, j'ai trouvé qu'il commencait à y avoir des longueurs, l'auteur tournait en rond, ne faisait pas avancer l'histoire, se focalisant majoritairement sur les mariages et les accouchements. C'est bien beau, j'adore quand il y a de la romance, mais là ça tournait agences matrimoniales et tout le tralala, et puis surtout, ça manquait cruellement d'action. Tout ça pour dire qu'à la fin, ça sentait la série très commerciale qui doit durer le plus longtemps possible car elle marche et donc rapporte. Bonne série, mais avec trois ou quatre tomes en moins et un dénouement un peu moins facile (on a attendu 12 tomes, ça méritait d'être récompensé par une fin grandiose), ça aurait été mieux. D'ailleurs, dans ma parenthèse, je parle de fin, mais ça en est pas vraiment une. Des questions restent sans réponses, et le dernier tome est plutôt une invitation à lire la saga qui lui fait suite, je nomme "Les Héritiers d'Enkidiev". Et bien ce sera sans moi, trop c'est trop.
 
 
4. La Saga Twilight de Stephenie Meyer.
 
Book_jacket_of_TwilightBon cette série ne fait pas forcément l'unanimité, mais elle a quand même trouvé un fidèle lectorat et a créé, on ne peut pas le nier, un sacré engouement.
 
Comme pour la saga précédente, on ne peut pas dire que je n'ai pas aimé. Mais... Le premier tome est incontestablement le meilleur. Je me suis ennuyée à mourir à la lecture du tome 2. Le tome 3 relève un peu le niveau par rapport à son prédécesseur, mais c'est loin d'être un coup de coeur. Le dernier tome met trop de temps à démarrer : la lune de miel et le bonheur dégoulinant de mièvreries des héros prend une trop grande part de l'histoire. Et pour finir, la "révélation" de Jacob et Renesmée ne m'a pas convaincu, grand manque de crédibilité et penchant vers la facilité (ou comment se débarrasser d'un loup-garou bien trop collant).
 
 
-> Oui, vous avez bien vu, il n'y a que 4 points au lieu des 10 réglementaires. Mais en fait, j'ai eu la chance de lire la plupart du temps des livres qui m'ont comblés... 'Faut dire que je les choisis avec soin, je n'ai pas envie de perdre mon temps alors qu'il y a tant à lire! :)
 
Allez, à bientôt pour un autre Top Ten Tuesday, peut-être jusqu'à 10 cette fois ;)

Posté par Eloo aime lire à 12:35 - - Commentaires [18] - Permalien [#]


27 janvier 2012

Éphémère : Le Dernier jardin (t.1) de Lauren DESTEFANO

544966JardinEphemereDeStefano

Ephémère : Le Dernier jardin (t. 1) de Lauren DESTEFANO

Edition Castelmore. 349 p. 2011.

 

4ème de couverture : 

      "Que faire de sa vie quand on connaît la date exacte de sa mort? L'humanité croyait son avenir assuré. La science avait créé des enfants parfaits, immunisés contre toutes les maladies. Mais qui pouvait imaginer le prix à payer? Car désormais, personne ne survit au-delà de vingt-cinq ans. Le monde a changé. Pour les jeunes femmes, la liberté n'est plus qu'un souvenir. Au nom de la survie de l'espèce, elles sont kidnappées et contraintes à des mariages polygames. Rhine a seize ans. Quand elle se réveille dans une prison dorée, elle n'a qu'une idée en tête : fuir. Qu'importe l'amour que lui portent son mari et ses soeurs épouses. Quand on a que quelques années à vivre, la liberté n'a pas de prix."

 

Mon avis : etoile_jaune

 

"La clarté est effrayante. C'est à la fois la lumière de la venue au monde, et le tunnel aveuglant qui précède la mort. Horrifiées, nous nous réfugions sous les couvertures, ne voulant ni de ce commencement ni de cette fin." p. 13.

 

La couverture vend à elle toute seule le roman : elle est tellement belle qu'on achèterait Ephémère sans même lire son résumé. Une fois le livre entre les mains, on est un peu fébrile, espérant de tout coeur que le contenu sera à la hauteur de son emballage.

La dystopie, on ne jure que par ça en littérature jeunesse en ce moment, et je me méfie toujours de ce type de phénomène. Un ou deux romans du genre qui font un carton, puis de pâles et insipides copies font inévitablement et malheureusement suite. Mais là, j'avoue, nous avons du lourd.

Ce roman a un rythme lent, semblable au nombre de jours infinis qui défilent durant la captivité de Rhine. Il ne se passe pas toujours grand chose, puisque lorsque l'on est prisonnier d'un univers aussi étriqué, on y trouve forcément rapidement ses limites. Ca ne m'a pas dérangé. Après tout, Rhine ne pouvait pas trouver une façon de s'évader en un jour et c'était agréable de chercher avec elle.

La notion de liberté est omniprésente et racontée de manière simple ; on nous rappelle son importance à travers le grand voyage de Christophe Colomb vers ce qu'il croyait être les Indes, ou en nous indiquant que le prénom "Rhine" provient du fleuve le Rhin, cours d'eau qui s'achemine vers l'immensité de l'océan. Ça m'a d'ailleurs plu qu'il y ait un clin d'oeil au fleuve de ma belle région!

Lauren DeStefano nous livre ici son premier roman, mais elle a déjà tout d'une grande. Elle manie les mots avec doigté, elle mesure ce qu'elle nous livre, et peu de lignes peuvent produire un grand effet. J'ai aimé que Rhine se perde un peu dans ses sentiments, qu'elle ne sache parfois plus très bien où est le vrai et le faux. Malgré ses certitudes, sa conviction et sa résistance, elle se fait un peu avoir par la grande illusion qu'est sa nouvelle vie. C'est finalement une héroïne très humaine qui ne cache pas ses faiblesses (la séparation d'avec son frère qui lui enlève tout repère, sa pitié pour Linden qu'elle trouve gentil et naïf malgré le mal qu'il lui a indirectement fait, etc.). Quant au personnage de Maître Vaughn que l'on côtoie peu, ses brèves apparitions et les resentis de son entourage suffisent à le rendre très effrayant.

Lauren DeStefano a placé la barre très haute, j'attends la suite de cette trilogie avec impatience!

 

Parce que l'auteur dépeint des moeurs particulières, je conseille ce roman à partir de 14/15 ans.

 

© Eloo 01/2012

Posté par Eloo aime lire à 19:37 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : ,

19 janvier 2012

Grain de Sel 0.3

 Ce sera plus qu'un grain de sel, ce sera un coup de gueule!

En lisant la revue professionnelle LivresHebdo (n°879), je suis tombée sur un encart qui a particulièrement attiré mon attention. Je vous le retranscris :

"La fin des correcteurs? "Dans la plupart des maisons, les correcteurs ont été remplacés par Pro-Lexis, le logiciel de correction qu'utilise massivement l'édition. Chez certains éditeurs, il n'y a plus d'intervention humaine." Abeline Majorel, du site Chroniques de la rentrée littéraire, lors de la 4ème édition du Bookcamp qui s'est déroulée le 24 septembre à Paris, citée par le blog La Feuille (Lafeuille.blog.lemonde.fr)."

Je me suis empressée d'aller lire l'article complet et le moins que le puisse dire est que cette nouvelle est effroyable pour le monde du livre. Je vous invite à y jeter un oeil : #Bookcamp4 : L'économie de la correction.

 Il y a quelques temps, je me rappelle m'être arrachée les cheveux à la lecture d'un roman pour ados : il s'agissait de Les Mésaventures de Tallulah Casey de Louise Rennison aux éditions Gallimard. J'y avais trouvé de nombreuses fautes d'orthographe qui avaient rendu ma lecture nettement moins agréable. Je me cite : 

"Et encore, tout ça aurait pu être digérable si la traduction n'avait pas été execrable :

  • pour moi, "m'exclamé-je" (p. 152 mais c'est sembable dans tout le roman) fait mal aux oreilles et aux yeux. C'est bien joli d'utiliser du présent durant toute l'histoire, mais ce n'est pas agréable à la lecture du tout. Utiliser le passé aurait mille fois mieux convenu ("m'exclamais-je", tout de suite ça va mieux, non?)
  • Quand il est dit "je manque me faire écrabouiller" (p. 153), à mon humble avis, il manque un "de" quelque part.
  • "nos pieds saigne..." (p. 193), je vous laisse chercher l'erreur... ou plutôt la monstruosité. Correcteur, c'est tout un métier!!"
(Lire ma chronique de Les Mésaventures de Tallulah Casey en entier)
 
J'étais à l'époque très étonnée que cela puisse arriver dans un roman publié par une maison d'édition telle que Gallimard qui me semble respectable et de qualité. J'ai aujourd'hui un élément de réponse grâce à cet article de La Feuille : "Ces dernières années, les maisons d'édition qui ont le plus supprimé de correcteur c'est Gallimard, le Seuil et Grasset alors que leur production n'a pas faibli."
 
J'ai envie de dire "Bravo"... Où va t-on si la qualité littéraire n'est plus là? On nous rabâche les oreilles sur le fait que les jeunes écrivent mal mais d'où vient la légitimité de ces propos si l'on peut tomber sur des fautes d'orthographe dans certains romans de grands écrivains? En lisant, les enfants apprennent des mots nouveaux, et si ces derniers sont mal orthographiés, on ne peut pas s'attendre à ce que nos enfants deviennent des p'tits génies de l'écriture.
 
A la question de Guy Suares, "Quelle serait votre définition de la Culture ?", André Malraux répond : "Celle que j'ai donnée à la Chambre était improvisée, elle a d'ailleurs fait fortune : la connaissance du plus grand nombre d'œuvres par le plus grand nombre d'hommes. Je répondais à un hurluberlu quelconque. Plus sérieusement, j'avais écrit, dans Les Voix du silence, que la culture était l'héritage de la noblesse du monde." Je retiendrai simplement que la Culture est une affaire d'hommes et je suis intimement convaincue que tous les logiciels Pro-Lexis du monde ne peuvent pas remplacer UN correcteur humain.
 
Dans ma chronique pour le roman Les Mésaventures de Tallulah Casey, j'avais écrit (cité plus haut) : "Correcteur, c'est tout un métier!!". Alors Maisons d'édition concernées, faites vos économies ailleurs et donnez-nous de la qualité!
 
 
Cet article n'a pas été relu par un correcteur, si vous y trouvez des fautes, postez un petit commentaire et elles seront corrigées par mes soins :)
 
 
© Eloo 01/2012

Posté par Eloo aime lire à 13:16 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

16 janvier 2012

Le roi des oiseaux de Gwendal Le Bec

le roi des oiseaux

Le Roi des oiseaux de Gwendal Le Bec.

Edition Albin Michel Jeunesse. 2011. Non paginé.

 

4ème de couverture :

      "Un jour (pour une raison que je ne connais pas), les oiseaux décidèrent de se choisir un roi. Afin de le désigner, ils organisèrent une grande course – celui qui volerait le plus près du soleil deviendrait le roi des oiseaux…"

 

Mon avis : ♥ ♥ 

Cet album est une magnifique fresque nous présentant les oiseaux un à un, du plus petit au plus grand, en commençant par ceux qui ne volent pas. De la mésange au pélican, en passant par la bécasse et le flamant rose, tous s’envolent vers le soleil dans l’espoir de devenir le roi des oiseaux.

Les illustrations sont très sobres, nous faisant penser à du crayonné où seul la couleur orange a droit à une petite place. A travers cet album grand format, venez découvrir pourquoi un petit oiseau fut nommé un jour « roitelet ».

 

© Eloo 01/2012

Posté par Eloo aime lire à 09:35 - - Commentaires [9] - Permalien [#]

12 janvier 2012

Sauver Noël de Romain SARDOU

Parce que c'était Noël...

(Oui, je sais c'est fini tout ça, mais pendant les fêtes je n'arrive jamais à lire comme je veux...)

sauver noel

 Sauver Noël de Romain SARDOU (t. 2)

XO Editions. 2006. 245 p. 


4ème de couverture : 

      "Pour sauver Noël, une gouvernante de choc et un petit garçon avisé vont faire alliance contre le Mal... 1854, à Londres. Gloria Pickwick, femme au tempérament énergique, aussi ronde que rousse, est une perle rare : gouvernante, cuisinière, préceptrice des enfants, elle tient la vaste maison de Lord Balmour d'une poigne affectueuse. Aussi regarde t-elle d'un œil suspicieux leur nouveau voisin, l'étrange baron Ahriman. Mille rumeurs courent le quartier. Qui est ce baron? Il refuse toutes les invitations, ses volets restent clos... Parfois, une diligence menée par six chevaux noirs conduit des gens chez lui, des gens qu'on ne revoit jamais ! Arrive le 24 décembre. Tous les enfants, des fils de lords aux filles de lingères, se couchent en rêvant au lendemain. Mais le Père Noël ne vient pas. Aucun cadeau au pied des sapins illuminés. Une vague de tristesse submerge Londres. Une maison, et une seule, fait la fête ce jour-là, avec un tapage insolent. Les voisins étranges. C'en est trop pour Gloria, qui prend l'affaire en main. Et Harold, un petit garçon futé, s'engage avec elle dans l'aventure, amenant des renforts insolites : des lutins, une fée, des oies douées de parole et bien d'autres encore. L'objectif de cette drôle de troupe : sauver Noël ! Si c'est encore possible..."


Mon avis : ♥ ♥

Bon, tout d'abord sachez que ce livre est un tome 2, le tome 1 étant Une seconde avant Noël paru en 2005 aux mêmes éditions. J'étais peut-être la seule à ne pas le savoir ceci dit. Mais sachez aussi que commencer par le tome 2 ne gâche en rien la lecture (et c'est peut-être pour ça que ce n'est pas expressément indiqué). En fait, ce sont deux histoires différentes, simplement l'une se passe avant l'autre chronologiquement et certains personnages sont les mêmes. Mais Romain Sardou prend soin de ses lecteurs et fait en sorte de ne pas perdre les petits nouveaux dans son univers.

Car c'est bien tout un univers qu'il a créé. Romain Sardou part de mythes et légendes existants et utilise des personnages magiques connus, mais nous livre une histoire à sa propre sauce qui est tout à fait originale. Comme l'indique l'éditeur, on peut considérer ce livre comme un conte, en tout cas ça y ressemble beaucoup : on est invité à se laisser bercer par sa douceur parfois enfantine, mais en même temps ce roman n'est pas dépourvu d'action. 

Pour moi, c'est un roman à part entière. Romain Sardou a un vrai talent d'écriture et surtout le courage de se démarquer de ses compatriotes contemporains en ayant un style tout à fait propre. C'est inhabituel par rapport à ce qu'on lit d'habitude, mais pas dérangeant.

Noël prochain, je lirais peut-être le tome 1!

Et en attendant, je dirais simplement à ceux qui ont déjà lu ce roman et si ce n'est pas déjà fait, de taper le mot "Ahriman" sur un moteur de recherche : personnellement, j'aime bien trouver des preuves que les auteurs ne laissent jamais rien au hasard! ;)


~ C'est un roman pour rappeler aux adultes de croire en la magie. ~


© Eloo 01/2012

Posté par Eloo aime lire à 10:51 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :