confessions-d-une-glitter-addict-diglee_6

Confessions d'une GLITTER Addict de DIGLEE

Edition Marabout - Coll. MARAbulles

2012. Non paginé.

4ème de couverture :

      "Maureen Wingrove, alias Diglee, est illustratrice freelance depuis un an et demi, et travaille pour la presse, l'édition et la bande dessinée. Retrouvez-là sur : http://diglee.com."

 

Mon Avis : ♥ ♥ ♥

Ce n'est pas nouveau : j'aime beaucoup le travail de Diglee. Au point d'être d'ailleurs toujours à l'affût d'un nouvel article sur son blog, quitte à y faire un tour deux fois par jour (ne vous inquiétez pas, je vais  parfaitement bien). Donc comprenez-bien, acheter sa nouvelle BD Confessions d'une GLITTER Addict était bien plus qu'un simple achat compulsif, c'était une nécéssité.

Mais alors d'où vient cet engouement me demanderez-vous? (Autobiographie d'une fille GAGA s'est très bien vendue) Et bien, je crois que ça fait du bien de lire les petites histoires & anecdotes de Diglee car elles pourraient arriver à n'importe qui. Je crois que dans la littérature, on a aussi besoin d'un peu de normalité, où l'identification est automatique. C'est agréable de lire des histoires réelles, des histoires qui mettent en scène des personnes que l'on pourrait croiser dans la rue, qui pourraient être nos amis. Ça a quelque chose de rassurant. Et puis l'inévitable moment où l'on s'écrie "oh il m'est arrivé exactement la même chose!" fait vraiment du bien.

Celle qui nous offre ce bouquet de normalité est cependant loin d'être banale. Diglee a un goût vestimentaire propre et des chaussures fétiches qui mettent des paillettes plein les yeux. Mais ce qui rend, entre autres, sa personne si intéressante, c'est sa facilité à prendre le recul nécessaire afin de pouvoir nous raconter des histoires relativement personnelles. Elles sont souvent drôles, parfois gênantes ou ridicules, mais Diglee ne perd jamais son  humour ni son sang froid (sauf peut-être devant Titanic, mais ça c'est autre chose).

Pour conclure, je dirais que l'insatiable que je suis aurait aimé plus d'inédits. Et j'avoue qu'un fil conducteur aurait été appréciable aussi (s'il m'a échappé, merci de me le notifier!). Mais ça c'est vraiment parce que j'aime râler. Ce qu'il faut retenir, c'est qu'on ne peut pas passer à côté de cette BD qui donne vraiment la patate!

Le détail qui tue : la tranche dorée!

 

© Eloo 06/2012