métamoprhose en bord de ciel

Métamorphose en bord de ciel de Mathias MALZIEU ♠
Editions Flammarion. 2011. 157 p.

 

4ème de couverture :

      "Tom Cloudman est sans conteste le plus mauvais cascadeur du monde. Ses performances de voltige involontairement comiques le propulsent au sommet de la gloire. Jusqu’à ce qu’un médecin qui le soigne pour une énième fracture décèle chez lui une maladie incurable. Commence alors pour Tom un long séjour hospitalier pour tenter de venir à bout de ce qu’il appelle « la Betterave ». Lors d’une de ses déambulations nocturnes dans les couloirs de l’hôpital, cet homme qui a toujours rêvé de voler rencontre une étrange créature, mi-femme mi-oiseau, qui lui propose le pacte suivant : « Je peux vous transformer en oiseau, ce qui vous sauverait, mais cela ne sera pas sans conséquences. Pour déclencher votre métamorphose vous devrez faire l’amour avec moi. De cette union naîtra peut-être un enfant. Un risque à accepter. » Dans la tradition de ces contes pour grands enfants, Mathias Malzieu nous raconte l’histoire merveilleuse d’un homme qui veut tuer la mort et tutoyer les cieux. Ce faisant il nous livre une réflexion rare sur le pouvoir de la vie, et de l’amour."

 

Mon Avis : ♥    / spoils \

Mathias Malzieu est une personne aux multiples facettes : chanteur, musicien, écrivain ; on peut dire qu'il a l'écriture dans la peau... et un univers bien à lui. Sa plume est belle, elle nous invite à une valse poétique, parfois hésitante et d'autres fois plus trash. Métamorphose en bord de ciel est truffé de figures de styles, ce qui nous incite à deviner entre les lignes une deuxième interprétation possible de l'histoire, moins littérale.

Dans son roman, Mathias Malzieu a créé un univers suréaliste dans le monde bien réel d'aujourd'hui. Comme une porte qui s'ouvre sur un "après" inconnu, dès que l'on monte sur le toit de l'hôpital, toutes nos certitudes "s'envolent" et tout est à réapprendre. Certains voient en Mathias Malzieu une sorte d'héritier de Lewis Caroll,  oui sauf qu'Alice est dans un rêve, pas sous morphine... Tandis que je n'ai aucun problème à imaginer une jeune fille en pleine discussion avec un lapin blanc portant une montre à gousset, la volière sur le toit de l'hôpital n'arrive pas à me convaincre. Et c'est un problème...

La porte qui s'ouvre vers ce nouvel univers s'ouvre aussi sur tous les possibles. Peut-être que rien n'est réel finalement, peut-être que tout n'est qu'imagination dans la tête de Tom à cause du surplus de morphine ou de la sournoiserie de la betterave... En tous les cas, je n'ai eu cette réflexion qu'après coup ; et malheureusement pendant ma lecture, j'ai eu la nette impression de passer complètement à côté de l'histoire...

Une belle déception. De la poésie et une jolie plume, mais un contenu qui ne m'a pas transporté. Je suis restée en retrait et je n'ai pas réussi à m'envoler aux côtés de Tom 'Hématome'. Je ne donne qu'un à ce roman, non pas parce qu'il n'est pas de qualité, mais parce qu'il n'était pas fait pour moi.

 

© Eloo 09/2012