les dames du lac1

Les Dames du Lac de Marion ZIMMER BRADLEY
Editions Pygmalion. 1986. 430 p.
Première édition : 1982
 

Le saviez-vous? 
* Les Dames du Lac fait parti du Cycle d'Avalon qui est composé de plusieurs tomes. Ce roman fut écrit le premier, mais les évènements qu'il relate sont chronologiquement les plus récents.
* The Mists of Avalon est le titre en langue originale, il a été publié en français en deux tomes : Les Dames du Lac & Les Brumes d'Avalon. A priori, il s'agit davantage d'une adaptation que d'une traduction : quelques passages ont disparu et d'autres ont été complètement réécrits.

banniere

 

4ème de couverture :

      "La légende du Roi Arthur et des Chevaliers de la Table Ronde n'avait, depuis longtemps, inspiré un roman d'une telle envergure, d'un pareil souffle. Et, pour la première fois, ce draine épique nous est conté par une femme à travers le destin de ses principales héroïnes. Bien sûr, Merlin l'Enchanteur, Arthur et son invincible épée Excalibur, Lancelot du Lac et ses vaillants compagnons, tous sont présents mais ce sont ici les femmes, exceptionnellement attachantes, qui tiennent les premiers rôles : Viviane, la Dame du Lac, grande prêtresse d'Avalon, Ygerne, duchesse de Cornouailles et mère d'Arthur, son épouse Guenièvre, Morgane la Fée, soeur et amante du grand roi... S'appuyant sur plusieurs années de recherches, cette épopée envoûtante est bien autre chose qu'un roman historique de plus. Elle relate la lutte sans merci de deux mondes inconciliables, celui des Druides et des anciennes croyances défendant désespérément un paradis perdu et celui de la nouvelle religion chrétienne supplantant peu à peu rites et mystères enracinés au coeur de la Grande Bretagne avant qu'elle ne devienne l'Angleterre. Au-delà du rêve et de la réalité, au-delà des passions tumultueuses, où l'amour charnel, loin de toute notion de péché, pouvait s'extérioriser librement, au-delà des intrigues de Cour, des larmes et du sang, voici une nouvelle et fascinante reconstitution de l'un des thèmes romanesques les plus impérissables de toute l'histoire de l'Occident. Eternelle histoire d'amour et de mort, vécue et ressentie intensément par celles sans lesquelles l'exaltante aventure des Chevaliers de la Table Ronde, opposant forces du mal et hommes de bonne volonté, n'aurait jamais existé."

 

Mon Avis : ♥♥         ma chronique en vidéo ~

Depuis le Moyen-Âge, les légendes arthuriennes ont inspiré de nombreux auteurs, à commencer par Chrétien de Troyes (pour n'en citer qu'un). Alors quel peut être l'intérêt du roman Les Dames du Lac, énième écrit du genre? Et bien comme le dit si bien le gros résumé, le roman de Marion Zimmer Bradley met en valeur les figures féminines et c'est tout à fait innovant. Tous les évènements nous sont donc racontés du point de vue d'une femme ; cela peut être Ygerne, la mère d'Arthur, Morgane la fée, la reine Guenièvre, ou dans une moindre mesure Viviane la Dame du Lac.

Je pense que lorsque l'on veut découvrir les légendes arthuriennes, l'oeuvre de Marion Zimmer Bradley est un bon début. Les Dames du Lac est tout à fait abordable, et même si l'on peut déplorer quelques longueurs, on sent que l'auteur s'est totalement investie dans sa mission de nous rapporter les faits dans leurs moindres détails, avec rigueur et justesse. Bien sûr, on ne peut jamais être trop sûr de la véracité des évènements quand il s'agit de légendes (et c'est là que réside leur intérêt principal à mon sens), mais M. Z. Bradley a écrit son roman de manière méthodique, nous donnant parfois l'impression d'avoir un roman historique entre les mains, même s'il s'agit bien là de fantasy.

J'ai trouvé les personnages profonds, travaillés et possédant de fortes personnalités. La fée Morgane est, par exemple, présentée comme une jeune femme fragile et parfois même abîmée par ses sentiments ; ça nous change de la méchante sorcière que l'on nous présente habituellement. Finalement avec cet auteur, on se rend compte de la complexité des légendes arthuriennes.

Un petit mot sur un thème qui prend une belle part du roman et que j'ai trouvé intéressant : la rencontre des anciennes croyances et du christianisme, deux religions qui peinent à cohabiter. Néanmoins, j'ai trouvé l'auteur assez manichéenne sur ce sujet et j'aurais peut-être préféré davantage de nuances dans ses propos.

Pour finir, je dois noter que j'ai été très surprise par les moeurs légères décrites dans ce roman. La fin m'a d'ailleurs complètement prise au dépourvu! Mais le moins que l'on puisse dire, c'est qu'elle donne très envie de lire la suite... A suivre donc dans Les Brumes d'Avalon!

 

© Eloo 11/2012