CVT_Une-place-a-prendre_4220

Une Place à prendre de J.K. ROWLING
Editions Grasset. 2012. 679 p.

Le Saviez-vous? Pagford est une petite bourgade anglaise que l'on ne trouve sur aucune carte.
Et pour cause : elle sort tout droit de l'imagination de l'auteur!

banniere

 

4ème de couverture :

      "Bienvenue à Pagford, petite bourgade en apparence idyllique. Un notable meurt. Sa place est à prendre...
Comédie de moeurs, tragédie teintée d'humour noir, satire féroce de nos hypocrisies sociales et intimes, ce premier roman pour adultes révèle sous un jour inattendu un écrivain prodige."

 

Mon Avis : ♥♥♥

Après l'énorme succès de la saga Harry Potter, J.K. Rowling était attendue au tournant! Elle nous revient avec un roman complètement différent puisqu'elle nous embarque dans une histoire contemporaine à destination d'un public adultes et écrit avec un style plus familier. Alors, verdict?

J.K. Rowling se révèle être un auteur aux multiples facettes. En nous proposant Une Place à prendre, elle ne s'est pas plantée et nous a prouvé la diversité de son talent. Non, Harry Potter n'est pas un coup de bol, J.K. Rowling est née pour nous écrire des histoires. Et le must, c'est que sa plume est reconnaissable entre mille, et ce, dès les premières lignes. Je suis bluffée!

Dès les premières pages, je me suis complètement laissée embarquer dans l'histoire qui met en scène un noyau d'habitants de la petite ville de Pagford. Le notaire est mort et sa place est à prendre : les habitants réagissent à la nouvelle chacun à leur manière et c'est là que réside tout l'intérêt du roman. Le rythme d'action est relativement lent mais c'est loin d'être un point faible car il est justement intéressant de vivre la décortication de chaque évènement : comment il est vécu par les personnes sur place, puis comment il est raconté, interprêté, répété, réinterprêté, etc.

Sachez qu'en lisant ce roman, vous prendrez une bonne dose d'humour anglais dans la face : de l'humour noir, de la satire sociale & de la caricature. Malheureusement ça ne marche qu'un  temps avec moi. Arrivée à mi-parcours, j'ai commencé à faiblir. Mis à part un ou deux personnages - dont Kay l'assistante sociale qui a pour seule tare apparente d'être d'une naïveté déconcertante en amour, personnage qui m'a beaucoup touché par ailleurs -, j'ai trouvé que tous les personnages étaient cinglés! Il y en a pas de normal siouplait? Prenons l'exemple des ados qui ne sont pas très nombreux dans le roman mais qui y occupe une place importante : soit ils boivent, soit ils fument, soit ils pensent qu'au sexe, soit ils se scarifient, soit ils ont de gros (gros) problèmes. C'est quand même dommage de les réduire à ça, non? Et du côté des adultes ce n'est guère mieux avec tous les comportements déviants que l'on pourrait leur rescencer. Ceci dit, il est clair que ce roman est fait pour être lu au 10ème degré.

Malgré ce bémol, ce fut une lecture bien sympathique qui a consolidé mon amour pour la plume de J.K. Rowling.

banniere

-> En bref :
#oui : J.K. Rowling et la preuve de son talent, l'analyse (peu glorieuse) de l'être humain dans toute sa splendeur.
#non : les personnages qui finissent par être trop caricaturaux.

 © Eloo 01/2013