alzheimer mon amour

Alzheimer mon amour de Cécile HUGUENIN
Editions Héloïse d'Ormesson. 2011. 124 p.

Le Saviez-vous? "La maladie d’Alzheimer est une maladie neuro-dégénérative bien spécifique et incurable, qui provoque une mort lente et progressive des neurones. Les symptômes n’apparaissent d’ailleurs souvent que plusieurs années après qu’elle se soit déclarée dans le cerveau." Source

banniere

 

4ème de couverture :

      "Comment faire le deuil d'un couple alors que l'être aimé est encore en vie ? Il y a d'abord eu les premiers signes, les mots qui s'emmêlent, les souvenirs qui s'étiolent. Puis le diagnostic. Mais pour Cécile et Daniel, unis par une vie de bonheur de plus de trente ans, l'amour est plus fort que la peur. Magnifique hommage qu'une épouse attentive et inquiète rend à son mari, ce récit donne la voix aux patients, mais également aux soignants et aux proches. Car cette maladie affecte l'entourage : face à la détresse, à la solitude, à la crainte de la perte, les accompagnants doivent aussi être soulagés. Alzheimer mon amour, étonnant travail de reconstruction, est un témoignage bouleversant, mais apaisé, qui chante extraordinairement la vie, et fait progresser le regard de chacun."

 

Mon Avis : ♥♥♥

Je pense que nous sommes plus d'un à tressaillir en entendant le triste mot "Alzheimer" - un petit mot pour une grande peine. Ce mot qui désigne la terrible maladie où l'on glisse inexorablement vers l'oubli.

A la lecture de son récit personnel, Cécile Huguenin m'a beaucoup touché : elle nous raconte son combat de femme amoureuse contre la maladie de son mari, mais il s'agit aussi -et surtout- d'une belle histoire d'amour, qui survit à toutes les épreuves. Dès les premières pages, l'auteur a su m'émouvoir avec sa plume à fleur de peau, et notamment lorsqu'elle nous raconte les premiers signes de la maladie :

"Depuis trente ans, chaque matin il lui préparait son thé. Celui de la boîte rouge décoré d'un Ganesh, le dieu indien à tête d'éléphant [...] Parmi les boîtes de thé pour les différents moments de la journée, dans le petit meuble en bois blanc grillagé rempli d'épices, il ne se trompait jamais. Chaque matin, il dosait, ébouillantait la théière et l'appelait pour partager cet instant unique. Mais ce matin-là, il est arrivé près d'elle hagard et désespéré, portant toutes les boîtes dans ses bras : "C'est lequel, je ne sais plus?"" p.30

Il ressort de ce témoignage une sorte de fatalisme : Cécile Huguenin ne veut pas s'avouer vaincue face au mal qui ronge son mari mais malheureusement la maladie d'Alzheimer ne peut être ni ralentie ni arrêtée. A l'heure actuelle, les médecins ne sont pas encore en capacité de la soigner ; la maladie d'Alzheimer accompagne alors lentement le souffrant jusqu'à sa mort.

J'ai bien aimé que la question de l'accompagnement des proches soit soulevée. Cécile Huguenin nous raconte les rendez-vous chez les médecins, le diagnostic difficile, etc. Elle nous montre que les proches du malade peuvent vraiment se trouver en situation de détresse, de colère, et parfois même d'abattement. Et que, tout comme le malade, ils ont besoin d'être épaulé.

A noter que l'auteur Cécile Huguenin n'est pas ce que l'on pourrait appeler "Madame-tout-le-monde" au vu de son parcours professionnel (elle est psychologue & coach), de sa capacité à emmener son mari à l'autre bout du monde (Madagascar) et de ses contacts qui lui permettent d'installer par la suite son mari dans une résidence spécialisée quasi-idéale. Toutefois, cela ne gâche pas la lecture et les personnes concernées par la maladie  - de près ou de loin - se reconnaîtront aisément dans certaines situations.

Ce témoignage ne finit pas par une note d'espoir mais il nous appelle à la tolérance envers le malade et ses proches. Il nous rappelle également que le chemin est encore long à parcourir jusqu'à une possible guérison...

banniere

-> En bref :
#oui : le courage de l'auteur à mettre des mots sur son vécu, sa belle plume, un contenu à la fois touchant & instructif.

#non : /

banniere

 

[EDIT] Je remercie l'éditeur de Cécile Huguenin pour l'attention qu'il a porté à ce blog et plus particulièrement à cet article. Je vous transmets ici son commentaire :
"Editeur du livre de Cécile Huguenin, je voulais vous remercier de cette critique pleine de sensibilité et d'intelligence. 
Pourrais-je juste vous préciser que si Cécile n'est pas madame tout-le-monde, ne serait-ce que pour avoir publié son premier livre à 71 ans, elle n'a bénéficié ni de passe-droit (avant de trouver la maison où son mari a fini sa vie dans son Jura natal elle a cumulé les refus ou des lieux affreux), ni de fortune personnelle (le voyage à Madagascar fut financé par la vente de leur biens). Précision que je donne parce certaines personnes de la blogosphère relayées par un site de ventes de livres sur internet ont relayé ce bobard sans s'informer le moins du monde auprès de l'auteure ou de son éditeur. Mais ce ne sont là que petites querelles quand le livre de Cécile est si grand comme son coeur. 
Merci encore" C. Sauvage
(ma réponse dans les commentaires)

 

© Eloo 02/2013