31 octobre 2013

Short! Eté 2013

IMG_2543

 Short! Eté 2013 (n°5) / Directeur de la publication : Christophe Sibieude 
shortEdition. 2013. 152 p.

N'hésitez pas à aller voir mon article qui présente cette maison d'édition originale et innovante!
LIEN

banniere

4ème de couverture :

      "SHORT! c'est, chaque saison, le recueil du meilleur du court : des Nouvelles, des Strips, (BD de 1 à 12 cases), des Poétiks, des Très Très Courts pour des lectures de 1 à 20 minutes.
Retrouvez tous les Lauréats des Prix de la short Littérature : le choix des lecteurs et le choix de l'éditeur."

 

Mon Avis : ♥♥♥

Comme avec Short! Printemps 2013, j'ai passé un bon moment de lecture. Tous les textes sont de très bonne qualité et j'approuve totalement le principe de cette maison d'édition : donner sa chance à de jeunes auteurs talentueux et leur permettre de se faire connaître auprès de nous lecteurs. De plus, shortEdition fait la promotion du format court et je trouve ça très bien. La nouvelle n'est pas un genre littéraire qui attire les foules car elle donne parfois une impression d'élitisme ou alors justement de "trop court". Pourtant, on peut passer un tout aussi bon moment avec une nouvelle qu'avec un roman, juré!

Je note deux nouvelles qui m'ont particulièrement plu : Le Petit sac rose de Marie Lauzeral où une petite fille "fugue" pour aller retrouver sa grand-mère qu'elle n'a pas vu depuis longtemps, et Et si je me faisais un cadeau? de Monique Pallatier, l'histoire d'une mère et de sa fille qui survivent tant bien que mal avec le maigre fruit de leur exploitation, jusqu'au jour où une belle surprise frappe à leur porte...

Même si, comme je le soulignais en début de chronique, la lecture de ce recueil a été agréable, je dois avouer qu'elle ne restera pas inoubliable. Malheureusement, j'ai trouvé que ces textes étaient moins percutants - vite lus et vite oubliés, en comparaison des titres proposés dans le numéro précédent. Nul doute que Short! Eté 2013 trouvera son public - rappelons que la plupart des textes ont été plébiscités par des lecteurs sur le site internet de la maison d'édition -, j'espère néanmoins retrouvé la magie que j'avais ressenti à la lecture de Short! Printemps 2013 dans le prochain numéro...

Merci à shortEdition & à Elodie pour leur envoi et leur sympathie!

 

© Eloo 10/2013

Posté par Eloo aime lire à 09:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


28 octobre 2013

Arlequin ou les oreilles de Venise de Hubert BEN KEMOUN & de Mayalen GOUST

9782081265561FS

Arlequin ou les oreilles de Venise de Hubert BEN KEMOUN (aut.)
& de Mayalen GOUST (ill.)

Editions Flammarion - Coll. Père Castor. 2012. Non paginé.

Le Saviez-vous? Arlequin est un personnage de la Commedia dell'arte (théâtre populaire italien apparu au 16ème siècle). A l'origine, c'est un valet comique et peu intelligent. Source
Cet album est une réécriture : l'auteur Hubert Ben Kemoun nous donne sa propre version du personnage d'Arlequin.

banniere

4ème de couverture :

      "Arlequin est le meilleur accordeur de Venise. Guitares, pianos, luths et violons, aucun instrument n'a de secret pour lui. Son ouïe est aussi fine que ses oreilles sont grandes ; ce qui lui vaut bien des moqueries. Un jour, un musicien très particulier lui confie son bien le plus précieux..."

 

Mon Avis : ♥♥♥♥ [Coup de Cœur!]

arlequin2

 

C'est à l'occasion de mes lectures mensuelles chez les personnes âgées (hôpital + maison de retraite) que j'ai découvert cet album. J'avais choisi le thème de la musique et ma collègue du secteur jeunesse m'a proposé ce titre : coup de foudre immédiat!

 

Les dessins sont magnifiques, avec ce trait de crayon si doux et ces couleurs aux reflets pastels. On pourrait passer des heures à les contempler et à scruter chaque détail. Ils accompagnent à la perfection une histoire vraiment mignonne que je ne me suis pas lassée de raconter. Le personnage d'Arlequin est si attachant qu'on a envie de lui offrir le monde...

Partez à la découverte de Venise au rythme de notes de musique, qui sait peut-être croiserez-vous Colombine... Je ne peux que vous conseiller cet album-doudou, il vous fera passer un excellent moment avec votre enfant. 

arlequin1

© Eloo 10/2013

Posté par Eloo aime lire à 08:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 octobre 2013

Le Joueur d'échecs de Stefan ZWEIG

le joueur d'echec real

Le Joueur d'échecs de Stefan ZWEIG
Editions Le Livre de Poche. 2013. 123 p.
Première édition : 1942

Le Saviez-vous? Le Joueur d'échecs (en allemand Schachnovelle) est la dernière nouvelle écrite par Stefan Zweig avant qu'il ne se suicide en compagnie de sa seconde épouse. Il vivait alors au Brésil. 
Dès 1914, Stefan Zweig utilisait l'écriture pour dénoncer la guerre. Il se donna la mort en février 1942, désespéré par la montée et les victoires du nazisme.
Source : la préface

banniere 

4ème de couverture :

      "Qui est cet inconnu capable d'en remontrer au grand Czentovic, champion mondial des échecs, véritable prodige aussi frustre qu'antipathique? Peut-on le croire, quand il affirme qu'il n'a pas joué depuis plus de vingt ans? Les circonstances dans lesquelles l'homme a acquis cette science sont terribles. Elles nous renvoient aux expérimentations nazies sur les effets de l'isolement absolu, lorsque, aux frontières de la folie, entre deux interrogatoires, le cerveau humain parvient à déployer ses facultés les plus étranges. Une fable inquiétante, fantastique, qui, comme le dit un personnage avec une ironie douloureuse, "pourrait servir d'illustration à la charmante époque où nous vivons"."

 


Pourquoi Nina m'a choisi cette lecture :

logo_Libr"Ce roman est resté un bon souvenir parmi mes lectures passées. Je me suis attachée au personnage principal et j'ai apprécié l'environnement dans lequel se déroule l'intrigue (ici, un paquebot). J'avais envie qu'Eloo vive ce même plaisir !"

Le Blog de Nina - lien vers son avis


 banniere 

Mon Avis : [Classique]

Cette nouvelle de Stefan Zweig ne paye pas de mine et son titre n'est pas très évocateur ; à prime abord on est loin de se douter de ce qu'on a véritablement entre les mains. Enfin si je me doutais un peu, au vu de ce que Nina m'a dit. J'ai bien senti qu'il s'était passé quelque chose entre elle et ce roman. J'en attendais donc beaucoup et je n'ai pas été déçue.

Pour lire cette nouvelle dans de bonnes conditions, une certaine préparation est nécessaire : il faut se renseigner sur la vie de l'auteur et sur le contexte historique pendant lequel cette histoire a été rédigée. Pour le reste, on laisse faire la plume de Stefan Zweig qui s'insinue en nous dès les premières lignes.

Sous couvert d'un duel aux échecs entre Czentovic le champion mondial et Monsieur B. un inconnu incroyablement doué, Stefan Zweig veut en fait nous parler de la Seconde Guerre mondiale.
A travers l'histoire de Monsieur B., nous découvrons certaines méthodes nazies inimaginables qui ont pour but d'"user" les personnes afin de les faire parler. Une expérimentation complètement différente des camps de concentration puisqu'il s'agit ici de violences psychologiques.

Le désespoir de Stefan Zweig est total quant à la situation en Europe. Il ne croit plus au retour d'un monde meilleur et laisse triompher dans sa nouvelle le "mauvais" personnage. 

Après cette lecture, l'envie de jouer aux échecs ne m'est pas apparue, par contre j'ai hâte de continuer ma découverte de l'oeuvre de Stefan Zweig qui me semble riche et complexe. Pourquoi pas avec 24 heures de la vie d'une femme?

 

© Eloo 10/2013

Posté par Eloo aime lire à 11:32 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , ,