mercure

 

Auteur : Amélie NOTHOMB
Editions : Le Livre de Poche
Date de parution : 2000
188 p.

 

Ma binôme Nina l'a lu aussi! Son Avis 

 

4ème de couverture :

      "Sur une île au large de Cherbourg, un vieil homme et une jeune fille vivent isolés, entourés de serviteurs et de gardes du corps, à l'abri de tout reflet ; en aucun cas Hazel ne doit voir son propre visage.
Engagée pour soigner la jeune fille, Françoise, une infirmière, va découvrir les étranges mystères qui unissent ces deux personnages. Elle saura pourquoi Hazel se résigne, nuit après nuit, aux caresses du vieillard. Elle comprendra au prix de quelle implacable machination ce dernier assouvit un amour fou, paroxystique..."

 

Mon Avis : ♥♥♥♥ • relecture •

J'avais envie de lire un court roman et mon choix s'est porté assez naturellement sur Mercure d'Amélie Nothomb. Je l'ai déjà lu il y a quelques années et j'étais donc curieuse de voir s'il me plairait toujours autant aujourd'hui... Il faut que je vous le précise, Amélie Nothomb et moi ne sommes pas très souvent copines : j'ai lu plusieurs de ses titres mais seul Mercure a su me convaincre. Et c'est à nouveau le cas aujourd'hui.

Mercure est un roman qui se dévoile petit à petit. Le vieux capitaine cache un lourd secret et le lecteur ne le décode pas immédiatement. Puis, une fois la machination dévoilée, nous comprenons progressivement le pourquoi du comment, à travers la psychologie de chaque personnage. Je me rappelais encore de l'histoire donc je n'ai pas vraiment été surprise pendant ma lecture, néanmoins cela ne m'a pas empêché d'être embarquée dans l'histoire comme la première fois. Il faut dire que j'aime particulièrement les huis clos et qu'avec ce roman je suis gâtée.

Amélie Nothomb a une belle plume, entraînante de surcroît, et elle nous propose une intrigue bien ficelée. Vous l'aurez sans doute compris à l'aide du résumé, les thèmes principaux abordés dans Mercure sont l'apparence physique et l'amour absolu. Amélie Nothomb ne surprend pas mais remplit le contrat. Elle propose toutefois quelque chose d'assez inhabituel, à savoir deux fins : c'est à son lecteur de choisir. Pour ma part, ce sera la fin numéro 1 mais il faut avouer que la fin numéro 2 ressemble plus à du pur Amélie Nothomb.

Amélie Nothomb ne peut écrire un roman sans faire un clin d'oeil au Japon, son pays chéri ; ici nous apprenons comment les princesses nipones se lavaient les cheveux... Ça fait sourire.

Mercure sur la Fnac.com

© Eloo 03/2014