la note sensiblz

 

Auteur : Valentine GOBY
Editions : Gallimard
Collection : Folio
Date de parution : 2008
(première édition : 2002)
234 p.

 

4ème de couverture :

      "Je n'ai jamais connu de vous qu'un univers sonore, où dominaient Mozart et votre violoncelle. Vous jouiez. Les voix chantaient. J'écrivais. Votre musique est dans ce manuscrit. A vous entendre, j'ai eu peur de vous aimer. Je vous ai fui. J'ai écrit ce qui aurait pu être notre histoire. Ne me demandez pas pourquoi. Je ne vous demande pas pourquoi vous avez joué pour moi du violoncelle, chaque soir, pendant des mois. Quand vous aurez terminé votre lecture, je serai nue devant vous, et pourtant moins vulnérable qu'au soir du 15 octobre. Je n'aurai plus rien à dissimuler, pas même de l'amour."

 

 

Mon Avis : ♥♥♥

C'est ma binôme et amie Nina du blog Le Libr'Air qui m'a gentiment envoyé ce roman pour que je puisse le découvrir. Elle l'avait beaucoup aimé et il lui avait inspiré une bien jolie chronique. J'espérais vibrer comme Nina lorsqu'elle l'a lu. Je me suis accrochée, j'ai voulu y croire jusqu'au bout mais force est de constater qu'après plus de 3 semaines de combat (oui, oui, trois semaines pour lire un poche de 230 pages, vous avez bien lu!), ce livre n'était pas fait pour moi...

Petite anecdote : il y a quelques jours j'expliquais à une de mes collègues que je n'arrivais pas à entrer dans l'histoire, je lui disais "j'ai dû mal à comprendre la narratrice, elle s'installe dans un nouvel appartement, le remplit de plantes vertes et ne s'achète même pas un frigo!". Ma collègue m'a répondu : "tu es trop pragmatique". Et je crois qu'elle a raison! J'ai n'ai pas réussi à entrevoir la poésie qui se cache entre les lignes de ce roman.

Même si la lettre qui introduit La Note sensible est claire, je n'ai pas pu m'empêcher d'avoir un doute tout au long de ma lecture : est-ce que la narratrice invente toute cette histoire ou est-ce qu'elle la vit vraiment? Je crois que je ne me suis pas faite à l'idée qu'une personne puisse préférer rêver de la dite histoire plutôt que de la vivre, même si elle est vouée à finir mal (et puis d'abord qu'est-ce qu'elle en sait? Elle n'a même pas essayé...).

Si Valentine Goby n'a pas réussi à m'embarquer avec elle dans son récit, elle a tout de même su me charmer avec sa jolie plume. J'ai aimé me laisser bercer au rythme du violoncelle et découvrir la jolie signification de la fameuse "note sensible". Mozart est quasiment omniprésent dans tout le roman mais c'est lorsque l'auteur a cité La Pavane de Gabriel Fauré que j'ai été le plus touchée (un de mes morceaux classiques préférés!)Je vous laisse avec cette si belle mélodie qui me donne des frissons à chaque fois que je l'écoute :

© Eloo 07/2014