miniature waylander

Auteur David GEMMELL Editions Bragelonne Date de parution 2006 (réédition) / 343 p.

→ J'ai "piqué" ce livre dans la bibliothèque de mon amoureux.

 

4ème de couverture :

      "Le roi de Drenaï a été assassiné. Une armée d'envahisseurs déferle sur le pays, avec pour mot d'ordre de tuer hommes, femmes et enfants. Aussitôt, des poches de résistance apparaissent un peu partout. Karnak et Egel, les derniers chefs de guerre drenaïs, tentent d'organiser la défense. Sans moyens ni réelle armée, ils regardent impuissants les troupes ennemies gagner du terrain jour après jour. Mais tout espoir n'est pas perdu. Il repose sur les épaules de celui que la nation surnomme Waylander. Seul, il va s'aventurer en territoire nadir pour retrouver la célèbre Armure de Bronze, symbole de liberté. Mais peut-on faire confiance à ce Waylander? Après tout, c'est lui qui a assassiné le roi..."

 

Mon Avis : ♥♥♥ Une bonne lecture mais...

J'avais déjà lu Légende ainsi que Le Roi sur le seuil du même auteur et j'avais envie de poursuivre ma découverte du cycle de Drenaï avec un troisième roman. Waylander est antérieur aux deux titres cités précédemment et les premières pages nous plongent directement dans une guerre perdue d'avance... Comme souvent avec David Gemmell.

C'est ce que j'ai principalement à reprocher à cet auteur. Ce dernier suit scrupuleusement les codes classiques de la fantasy (il est certes un des pionniers du genre) et il n'innove que peu, son schéma restant sensiblement le même pour chacun de ses romans. Je pense que le lecteur peut vite se lasser et ne plus être surpris s'il les lit tous d'une traite.

Je trouve également que les personnages sont assez stéréotypés. Les hommes ont, par exemple, très souvent un comportement sexiste à l'égard des femmes. Sauf exceptions, ils semblent brutes, voire carrément primitifs. Les femmes quant à elles ne sont pas très présentes et rares sont celles qui possèdent un caractère indépendant et fort. A contrario, le sens de l'honneur est une notion très importante, ce qui peut d'ailleurs paraître un peu contradictoire à prime abord, au vu de certains comportements déviants.

La relation entre le guerrier Waylander et le prêtre Dardalion est ce que j'ai préféré pendant ma lecture. La façon dont ils s'influencent l'un l'autre est très intéressante. Rien n'est tout noir ou tout blanc, et David Gemmell semble en faire le leitmotiv de son histoire. L'auteur arrive à nous faire apprécier un assassin, à avoir de la compassion pour lui. Waylander est un anti-héros qui rappelle que la lumière transperce même les zones les plus sombres.

Dans ce roman, nous découvrons également comment "les Trente" ont vu le jour et nous sommes happés dans une quête et une guerre pleines de rebondissements. Bon point, le rythme est très soutenu et les pages se tournent vite.

L'histoire n'est pas finie, et nous pouvons retrouver l'assassin dans deux autres tomes, un rendez-vous que je ne manquerai pas... après avoir laissé passer quelques temps pour être certaine d'y revenir avec plaisir.

 

livres-waylander-525-1
Waylander sur la Fnac.com

 © Eloo 04/2017