tant que nous sommes vivants

Anne-Laure Bondoux est une auteur de livres jeunesse réputée. Son roman Le Temps des miracles me tentait particulièrement mais c'est finalement avec Tant que nous sommes vivants que j'ai découvert sa plume.

 

Tant que nous sommes vivants / Anne-Laure BONDOUX. Editions Gallimard. 2014. 297 p.

→ J'ai emprunté ce roman à la médiathèque.

 

4ème de couverture :

"Bo et Hama travaillent dans la même usine. Elle est ouvrière de jour, lui, forgeron la nuit. Dès le premier regard, ils tombent follement amoureux. Un matin, une catastrophe survient et ils doivent fuire la ville dévastée. Commence alors pour eux un fabuleux périple à travers des territoires inconnus... Mais quand l'ombre a pris la place de la lumière, l'amour suffit-il à nous garder vivants?"

 

Mon Avis : ♥♥♥♥♥ Une lecture qui ne m'a pas fait vibrer...

J'ai commencé ma lecture confiante, persuadée que ce livre serait un petit bijou plein de surprises et d'émotions. J'allais l'adorer, oui c'était certain. Et finalement... cela s'est révélé bien plus compliqué que prévu, et le mot le plus adéquat pour définir mon ressenti à la fin : "laborieux".

Honnêtement, j'ai hésité plusieurs fois à abandonner carrément ma lecture. Mais ceux qui me connaissent bien le savent : je finis toujours par persévérer, sait-on jamais si la lecture deviendrait intéressante à retardement. En fait, cela n'arrive quasiment jamais ; lorsqu'une lecture démarre mal, on est souvent mal barré... Mais on ne sait jamais. L'exception n'aura pas lieu ici non plus. Entre cette histoire et moi, ça a fini aussi mal que ça a commencé.

J'ai trouvé que ce roman communiquait trop d'émotions négatives. La vie de nos personnages principaux n'est que peu de temps baignée de lumière, et pour un peu j'ai failli faire une mini déprime en arrivant à la dernière page - cela s'est d'ailleurs traduit en petite panne de lecture. J'ai été particulièrement déçue par la seconde partie du roman : la finalité de l'histoire d'amour entre Bo et Hama est si incompréhensible (et carrément frustrante, moi qui espérais le meilleur pour eux)!

Tant que nous sommes vivants est comparable à un conte initiatique, malheureusement j'ai été assez hermétique aux messages qu'il transmettait. En définitive je suis sortie de ma lecture déçue, mais aussi soulagée d'être arrivée au bout et de pouvoir enfin passer à autre chose.

Pour m'aider à ne pas m'avouer vaincue, Margaud Liseuse m'a conseillé de lire La Princetta et le Capitaine du même auteur. C'est donc à tenter...

© Eloo 08/2017