30 avril 2014

Elle s'appelait Sarah

IMG_2722

 

Auteur : Tatiana de ROSNAY
Editions : Héloïse d'Ormesson
Date de publication : 2007
356 p.

Le Saviez-vous? Interview de Tatiana de Rosnay, à propos du roman et de son adaptation cinématographique :

 

4ème de couverture :

      "Paris 2002. Julia Jarmond, journaliste américaine, est chargée de couvrir la commémoration du Vél d'Hiv. Découvrant avec horreur le calvaire de ces familles juives qui furent déportées à Auschwitz, elle s'attache en particulier au destin de Sarah et mène l'enquête jusqu'au bout, au péril de ce qu'elle a de plus cher.

Paris 16 juillet 1942. A l'aube la police française fait irruption dans un appartement du Marais. Paniqué, le petit Michel se cache dans un placard. Pour le protéger, sa grande soeur l'enferme et emporte la clef, en lui promettant de revenir. Mais elle fait partie des quatre mille enfants raflés ce jour-là."

 

Pourquoi Nina m'a choisi cette lecture :

Nina elle s'appelait sarah

 Le Blog de Nina

 

Mon Avis : ♥♥♥♥ [Coup de Coeur!]

Tout d'abord, je tiens à remercier Nina d'avoir sorti ce roman de ma PAL. Il participe au devoir de mémoire, et je pense que nous devrions tous le lire. Car il s'agit bien plus que d'une fiction, ce roman nous rappelle les horreurs de la guerre, le rôle que l'administration française a parfois joué et les innombrables vies gâchées.

Le roman de Tatiana de Rosnay est fort en émotions car le personnage de Sarah représente en quelques sortes tous les enfants raflés du 16 juillet 1942, qui ont été entassés dans le Vélodrome d'Hiver avant d'être envoyés dans les camps où ils ont rapidement été séparés de leurs parents. Des enfants qui pour la plupart n'avaient qu'une vague idée de ce qu'était la guerre, qui ne comprenaient pas pourquoi ils devaient porter une étoile jaune, pourquoi ils n'avaient plus le droit de jouer dans les parcs avec les autres enfants, pourquoi leur père allait se cacher chaque soir laissant leur mère se coucher seule la peur au ventre...

Le personnage de Julia Jarmond est très attachant : il est vital pour elle de connaître le destin de Sarah, tout comme il devient une nécéssité pour nous lecteur de la suivre dans sa quête. On espère si fort que tout va bien se passer pour Sarah, même si on sait au fond qu'on ne changera pas l'Histoire...

Je vous invite à aller lire mon avis sur le recueil de lettres retrouvées Je vous écris du Vél d'Hiv présenté par Karen Taieb et préfacé par Tatiana de Rosnay. Et de vous plonger sans plus attendre dans le roman Elle s'appelait Sarah.

© Eloo 04/2014

Posté par Eloo aime lire à 10:36 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : ,


15 avril 2014

L'Appel du coucou

appel du coucou

 

Auteur : Robert GALBRAITH (J.K. Rowling)
Editions : Grasset
Date de publication : 2013
571 p.

 

4ème de couverture :

      "Une nuit d'hiver, dans un quartier chic de Londres, le célèbre mannequin Lula Landry est trouvée morte, défenestrée. Suicide. Affaire classée. Jusqu'au jour où l'avocat John Briscow, frère de la victime, frappe à la porte du détective privé Cormoran Strike.

Strike est au bout du rouleau : ex-lieutenant dans l'armée, il a perdu une jambe en Afghanistan, sa carrière de détective est au point mort et sa vie privée un naufrage. Aidé par une jeune recrue intérimaire virtuose de l'Internet, Strike est chargé d'enquêter sur la mort de Lula.

De boîtes de nuit branchées en hôtels pour rock-stars assaillies par les paparazzi, en passant par un centre de désintoxication et l'hôtel particulier où se meurt la mère adoptive de Lula, Strike va passer de l'autre côté du miroir glamour de la mode, dont les reflets chatoyants dissimulent un gouffre de secrets, de trahisons, de manoeuvres inspirées par la vengeance."

 

Mon Avis : ♥♥♥♥

L'Appel du Coucou est vraiment une très bonne surprise. Je m'attendais évidemment à un texte bien ficelé et de qualité - n'oublions pas que l'auteur est J.K. Rowling, mais j'avoue que j'ai apprécié ce roman policier au-delà de mes espérances.

Pour ceux qui, comme moi, n'aiment pas spécialement avoir peur en lisant un roman et évitent autant que possible les descriptions 'gores', ce polar est fait pour vous! J.K. Rowling écrit un peu de la même manière qu'Agatha Christie, pour mon plus grand plaisir. Tout le roman réside sur l'hypothèse que Lula Landry ne s'est pas suicidée comme le conclut la police, mais qu'elle a été poussée dans le vide. Nous suivons l'enquête menée par le détective Strike, ses rencontres avec les nombreux proches de la victime, ses déductions jusqu'à la résolution finale. J'ai essayé d'être très attentive aux détails, mais je n'ai pas réussi à résoudre l'énigme avant Cormoran Strike, ce qui est un bon point pour le roman. La conclusion de l'enquête tient la route et je l'ai trouvé crédible.

Le personnage de Cormoran Strike m'a beaucoup plu, son passif aussi bien professionnel que personnel le rend complexe donc intéressant. Sa relation avec sa secrétaire intérimaire semble avoir pour but d'ajouter un peu de piment mais j'ai trouvé le personnage de Robin assez fade, c'est mon seul regret.

La plume de J.K. Rowling est merveilleuse, il n'y a rien a en dire de plus. Si Une Place à prendre n'a pas su totalement me convaincre, c'est le cas pour L'Appel du Coucou. J'ai donc vraiment hâte de me plonger dans la prochaine enquête du détective Strike ; en espérant que la couverture du prochain tome soit aussi jolie que celle-ci...

© Eloo 04/2014

Posté par Eloo aime lire à 18:12 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

25 mars 2014

Mercure

mercure

 

Auteur : Amélie NOTHOMB
Editions : Le Livre de Poche
Date de parution : 2000
188 p.

 

Ma binôme Nina l'a lu aussi! Son Avis 

 

4ème de couverture :

      "Sur une île au large de Cherbourg, un vieil homme et une jeune fille vivent isolés, entourés de serviteurs et de gardes du corps, à l'abri de tout reflet ; en aucun cas Hazel ne doit voir son propre visage.
Engagée pour soigner la jeune fille, Françoise, une infirmière, va découvrir les étranges mystères qui unissent ces deux personnages. Elle saura pourquoi Hazel se résigne, nuit après nuit, aux caresses du vieillard. Elle comprendra au prix de quelle implacable machination ce dernier assouvit un amour fou, paroxystique..."

 

Mon Avis : ♥♥♥♥ • relecture •

J'avais envie de lire un court roman et mon choix s'est porté assez naturellement sur Mercure d'Amélie Nothomb. Je l'ai déjà lu il y a quelques années et j'étais donc curieuse de voir s'il me plairait toujours autant aujourd'hui... Il faut que je vous le précise, Amélie Nothomb et moi ne sommes pas très souvent copines : j'ai lu plusieurs de ses titres mais seul Mercure a su me convaincre. Et c'est à nouveau le cas aujourd'hui.

Mercure est un roman qui se dévoile petit à petit. Le vieux capitaine cache un lourd secret et le lecteur ne le décode pas immédiatement. Puis, une fois la machination dévoilée, nous comprenons progressivement le pourquoi du comment, à travers la psychologie de chaque personnage. Je me rappelais encore de l'histoire donc je n'ai pas vraiment été surprise pendant ma lecture, néanmoins cela ne m'a pas empêché d'être embarquée dans l'histoire comme la première fois. Il faut dire que j'aime particulièrement les huis clos et qu'avec ce roman je suis gâtée.

Amélie Nothomb a une belle plume, entraînante de surcroît, et elle nous propose une intrigue bien ficelée. Vous l'aurez sans doute compris à l'aide du résumé, les thèmes principaux abordés dans Mercure sont l'apparence physique et l'amour absolu. Amélie Nothomb ne surprend pas mais remplit le contrat. Elle propose toutefois quelque chose d'assez inhabituel, à savoir deux fins : c'est à son lecteur de choisir. Pour ma part, ce sera la fin numéro 1 mais il faut avouer que la fin numéro 2 ressemble plus à du pur Amélie Nothomb.

Amélie Nothomb ne peut écrire un roman sans faire un clin d'oeil au Japon, son pays chéri ; ici nous apprenons comment les princesses nipones se lavaient les cheveux... Ça fait sourire.

Mercure sur la Fnac.com

© Eloo 03/2014

Posté par Eloo aime lire à 18:55 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags :

18 mars 2014

Cycle Drenaï (t.1) : Légende

legende

 

Auteur : David GEMMELL
Editions : Bragelonne
Date de parution : 2000
(Première édition : 1984)
355 p.

 

Le Saviez-vous? Légende a remporté le Prix Tour Eiffel en 2002.
Ce roman est un incontournable dans son genre (Fantasy ; sous-genre : Héroic Fantasy).

 

4ème de couverture :

"Druss est une légende.
Ses exploits sont connus de tous. Surnommé le Capitaine à la Hache lors de ses plus grandes batailles, il aurait pu devenir riche en tant que mercenaire... Au contraire, fuyant la célébrité, il a choisi de vivre retiré loin des hommes, perché au sommet d'une montagne glacée. Il a remisé son arme, vivant reclus, se contentant de la compagnie de quelques léopards des neiges. Il attend patiemment son ennemie de toujours : la Mort.

Dros Delnoch est une forteresse imprenable.
Passage indispensable à la frontière de deux mondes, c'est l'ultime limite qu'une armée doit impérativement franchir si elle veut envahir l'Empire drenaï. Protégée par six remparts, elle est la place forte mythique. C'est aussi le dernier foyer d'une résistance désespérée, car tous sont déjà tombés devant l'envahisseur nadir. Il lui faudrait un atout déterminant, un chef charismatique : Druss, le vieux guerrier."

 

Pourquoi Nina m'a choisi cette lecture :

nina legende2

Le Blog de Nina

 

Mon Avis : ♥♥♥♥ [Coup de Coeur!]

Depuis le temps que le Chéri me conseille de lire ce roman... Ca y est, c'est fait! Légende est un de ses romans préférés, David Gemmell un de ses auteurs chouchous, et je le comprends : c'est juste une tuerie! Me plonger dans cet univers m'a d'ailleurs rappelé combien j'aime la Fantasy : je me rends compte à quel point ça m'avait manqué de ne pas en avoir lu depuis un moment. C'est important pour moi de lire tous les genres littéraires, de découvrir sans cesse de nouveaux auteurs, mais malgré tout il faut bien le dire, la Fantasy reste définitivement mon genre littéraire 'doudou', je ne suis pour ainsi dire jamais déçue!

David Gemmell a une plume adapté au genre qu'il affectionne : les phrases sont simples et directes, elles nous invitent à rejoindre les héros dans la bataille. Nous ne rencontrons rien de trop gore, ni de trop vulgaire, ce qui n'empêche pas pour autant l'auteur de confronter son lectorat à des scènes très visuels et pas toujours 'faciles'.

David Gemmell utilise quelques figures féminines pour donner un côté douceur à son roman ; elles permettent également d'introduire une pincée de romance. Si ces jeunes femmes restent finalement assez en retrait, leur présence permet néanmoins de rendre Légende accessible à tous les publics, de toucher un lectorat à la fois d'hommes et de femmes.

David Gemmell suit les codes traditionnels de la fantasy et nous offre l'incontournable rebondissement de dernière minute. Ce roman se lit à bout de souffle : il s'y passe toujours quelque chose. Bref, un classique de l'héroïc fantasy à mettre entre toutes les mains : évasion et émotions fortes garanties!

Croyez-moi, Légende est terriblement addictif, il est très difficile de le lâcher avant d'avoir tourner la dernière page...

(Je me dis que ce serait chouette que cette histoire soit adaptée au cinéma, ça pourrait donner un très bon blockbuster, qu'en pensez-vous?)

© Eloo 03/2014

Posté par Eloo aime lire à 18:45 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

25 février 2014

1984

1984

 

Auteur : George ORWELL
Editions : Gallimard
Collection : Folio
Date de parution : 2012
(Première édition : 1949)
407 p.

 

Le Saviez-vous? 1984 est considéré comme une référence de la dystopie et de la science-fiction en général. En 2005, il fait parti de la liste du magazine Times des 100 meilleurs romans et nouvelles dans la langue anglaise, de 1923 à nos jours. Source

 

→ Roman reçu dans le cadre du swap "So British", merci à Méli du blog Bazar de la Littérature.

 

4ème de couverture :

"De tous les carrefours importants, le visage à la moustache noire vous fixait du regard. Il y en avait un sur le mur d'en face. BIG BROTHER VOUS REGARDE, répétait la légende, tandis que le regard des yeux noirs pénétrait les yeux de Winston... Au loin, un hélicoptère glissa entre les toits, plana un moment, telle une mouche bleue, puis repartit comme une flèche, dans un vol courbe. C'était une patrouille qui venait mettre le nez aux fenêtres des gens. Mais les patrouilles n'avaient pas d'importance. Seule comptait la Police de la Pensée."

 

Pourquoi Nina m'a choisi cette lecture :

1984 nina2

 Le Blog de Nina

 

Mon Avis : ♥♥♥

La première remarque qui me vient à l'esprit en refermant 1984 est : "comment vais-je parler de ce livre?". Difficile pour moi de dire que c'est un coup de coeur même si j'ai pleinement conscience d'avoir un chef d'oeuvre entre les mains. Durant toute la lecture du roman, on se sent oppréssé, angoissé, observé même tant on y croit ; et dès le départ on a le présentiment que cela ne peut que finir mal. Qu'il n'y aura pas de message d'espoir au bout...

C'est effrayant de se dire que le monde dans lequel vit le personnage principal, Winston, pourrait tout à fait exister puisque George Orwell s'est inspiré de régimes totalitaires authentiques, tels que le stalinisme et le nazisme, pour construire son roman. On peut dire que cet auteur est un génie et que son roman est un avertissement, ni plus ni moins.

"Big Brother is watching you."

Ce roman peut marquer chaque lecteur d'une manière différente. Certains s'arrêteront sur les descriptions de cette société de la surveillance, d'autres sur le tableau des réductions des libertés, ou d'autres encore sur les manifestations obligatoires de haine, etc. Je crois que personnellement, c'est l'appauvrissement de la langue qui m'a le plus bousculé. Dans la logique des choses, une langue vivante évolue et s'enrichit au fil du temps. Ici, le principe est de supprimer le plus de mots possibles de l'ancienne langue, jugés inutiles, pour en créer une nouvelle appelée le novlangue. Le langage est alors réduit à une fonction strictement informative et permet au Parti de contrôler la pensée. Il me semble que si j'avais vécu dans cette société et que j'avais possédé le cran nécéssaire, j'aurais écrit tous les mots supprimés dans un journal pour qu'on n'oublie pas leur beauté...

Je ne vais surprendre personne avec cette conclusion : même si ce roman est difficile (on ressort de cette lecture aussi brisé que peut l'être Winston), il faut le lire.

"La guerre, c'est la paix.
La liberté, c'est l'esclavage.
L'ignorance, c'est la force."

© Eloo 02/2014

Posté par Eloo aime lire à 20:26 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,


18 février 2014

La Liste de mes envies

9782709638180-T

 

Auteur : Grégoire Delacourt
Editions : JC Lattès
Date de parution : 2012
format ePub

 

Le Saviez-vous? L'adaptation cinématographique de ce roman sort en salle le mercredi 28 mai 2014, avec Mathilde Seigner & Marc Lavoine dans les rôles principaux.

 

4ème de couverture :

      "Jocelyne, dite Jo, rêvait d’être styliste à Paris. Elle est mercière à Arras. Elle aime les jolies silhouettes mais n’a pas tout à fait la taille mannequin. Elle aime les livres et écrit un blog de dentellières. Sa mère lui manque et toutes les six minutes son père, malade, oublie sa vie. Elle attendait le prince charmant et c’est Jocelyn, dit Jo, qui s’est présenté. Ils ont eu deux enfants, perdu un ange, et ce deuil a déréglé les choses entre eux. Jo (le mari) est devenu cruel et Jo (l’épouse) a courbé l’échine. Elle est restée. Son amour et sa patience ont eu raison de la méchanceté. Jusqu’au jour où, grâce aux voisines, les jolies jumelles de Coiff’Esthétique, 18.547.301€ lui tombent dessus. Ce jour-là, elle gagne beaucoup. Peut-être."

 

Pourquoi Nina m'a choisi cette lecture :

liste de mes envies nina2

Le Blog de Nina

 

Mon Avis : ♥♥♥

Ce roman est un des gros best sellers français de l'année 2012 (150.000 exemplaires vendus 4 mois seulement après sa sortie). Comme toujours, j'arrive après la guerre, curieuse mais sceptique. Alors oui, La Liste de mes envies est un roman agréable qui se dévore tout seul, mais honnêtement, il n'est pas incontournable non plus.

La plume de Grégoire Delacourt est concise et précise, il n'y a pour ainsi dire pas un mot plus haut que l'autre. L'auteur a une manière d'écrire qui m'a fait penser à un long fleuve tranquille. Trop plat, trop lisse pour moi : il me manquait le petit caillou qu'on jette dans l'eau et qui dérange tout. Néanmoins, il faut bien admettre que Grégoire Delacourt maitrise la langue française et j'ai d'ailleurs apprécié les quelques notes de poésie que l'on rencontre au fil des pages.

Les grandes questions de ce romans sont les suivantes : comment réagir lorsque l'on gagne une grosse somme d'argent et quel impact, positif ou négatif, ce gain aura t-il sur nos vies? J'ai trouvé toute la réflexion de Grégoire Delacourt assez intéressante. Je n'avais jamais eu l'occasion de me poser ce genre de questions - il faut préciser que je ne suis pas joueuse-, mais je dois dire que je rejoignais souvent l'auteur dans son interprétation de la situation. Mais ça ne m'a pas transcendé non plus.

L'auteur laisse s'installer une certaine distance entre ses personnages et son lecteur. Je ne me suis attachée ni identifiée à aucun des personnages ; cela aurait pourtant pu se produire avec Jocelyne qui tient un blog tout comme moi. Mais non. Quant à ses copines les jumelles coiffeuses, je les ai trouvées vraiment fun, je pense que ces deux personnages auraient mérité d'être davantage développés et mis en valeur.

Je n'ai pas l'impression que ce roman m'ait apporté grand chose ni qu'il ait réussi à me toucher, mais je n'ai pas non plus l'impression d'avoir perdu mon temps. Je reste sur mon idée que ce roman est bien, mais qu'il aurait pu être mieux. Je ne cache pas que son grand succès a influencé mon jugement, je suis partie du principe qu'il devait avoir LE truc en plus puisqu'il a fait chavirer tant de monde... Et je ne l'ai pas trouvé. Si je ne l'avais pas cherché, peut-être que mon avis aurait été différent...

© Eloo 02/2014

Posté par Eloo aime lire à 20:01 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

11 février 2014

Le Meurtre de Roger Ackroyd

Le_meurtre_de_Roger_Ackroyd

 

Auteur : Agatha CHRISTIE
Editions : Le Livre de Poche
Date de parution : 2009
(Première édition : 1926)
221 p.

 

Le Saviez-vous? Le Meurtre de Roger Ackroyd est le premier vrai succès littéraire d'Agatha Christie. Pour sa première parution, son éditeur Sir Godrey Collins l'a vendu à près de 5000 exemplaires. Ce roman fut par ailleurs très critiqué par les pairs d'Agatha Christie qui estimaient que sa narration particulière portait atteinte aux principes codifiés du roman policier de l'époque.
Source : Agatha Christie : la romance du crime de François Rivière.

 

4ème de couverture :

      "Un soir, dans sa propriété de Fernly Park, l'industriel Roger Ackroyd se confie à son ami le Dr. Sheppard. La veuve qu'il envisageait d'épouser s'est suicidée pour échapper à un chantage. Dans une ultime lettre, elle lui révèle le nom de celui qui détient un terrible secret : un an plu tôt, elle a assassiné son mari."

 

Pourquoi Nina m'a choisi cette lecture :

ackroyd nina

Le Blog de Nina

 

Mon Avis : ♥♥♥♥ [Coup de Coeur!]

Agatha Christie nous offre une nouvelle fois un roman policier unique en son genre. Celui-ci sort clairement des sentiers battus, et c'est un bonheur de constater que cet auteur arrive toujours à se renouveler, et à proposer quelque chose de différent par rapport à ses précédants polars. Bon avouons-le tout de go, Le Meurtre de Roger Ackroyd se situe vraiment au-dessus du lot, notamment grâce à son originalité narrative, et c'est d'ailleurs ce roman qui a permis à la grande Dame de se faire connaître à un large public. 

C'est aussi le premier roman policier d'Agatha Christie où j'arrive à deviner le coupable pendant ma lecture. J'étais en train de dévorer les cinquante dernières pages quand une intuition m'est venue. J'aurais été bien incapable d'argumenter quoi que ce soit, tant je ne me basais sur rien et tant cela me semblait invraisemblable... Jusqu'à ce que ce cher Hercule Poirot nous explique tout en fin de roman, comme il a toujours coutume de le faire.

J'ai trouvé le petit détective belge moins agaçant cette fois-ci : son côté 'sûr de lui' a été moins mis en avant, mais certaines choses expliquent cela! Hé oui, c'est un roman à lire jusqu'au bout, sans tricher bien entendu, car il se révèle plein de surprises!
Pour les besoins de son enquête, Agatha Christie a été obligée de se passer du capitaine Arthur Hastings, le vieil ami de Hercule Poirot. J'espère néanmoins rencontrer à nouveau ce personnage dans un prochain roman car il est très attachant et il m'a manqué durant ma lecture.

© Eloo 02/2014

Posté par Eloo aime lire à 20:17 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , ,

05 février 2014

La Fille de l'hiver

la fille de l'hiver

 

Auteur : Eowyn IVEY
Editions : Fleuve Noir

Date de parution : 2012
430 p.

 

Le Saviez-vous? Eowyn Ivey s'est inspirée d'un conte traditionnel russe pour écrire ce roman.

 

4ème de couverture :

      "L'Alaska, ses forêts impénétrables, ses étendues enneigées. Son silence. Sa solitude.
Depuis la mort de leur bébé, le mariage de Mabel et Jack n'a plus jamais été le même. Partir vivre sur ces terres inhospitalières paraissait alors une bonne idée. Seulement, le chagrin et le désir d'enfant les ont suivis là-bas et la rudesse du climat, le travail éreintant aux champs les enferment chacun dans leur douleur.
Jusqu'à ce soir de début d'hiver où, dans un moment d'insouciance, le couple sculpte un bonhomme de neige à qui ils donnent les traits d'une petite fille. Le lendemain matin, celui-ci a fondu et de minuscules empreintes de pas partent en direction de la forêt...
Peu de temps après, une petite fille apparaît près de leur cabane, parfois suivie d'un renard roux tout aussi farouche qu'elle. Qui est-elle? D'où vient-elle? Est-elle une hallucination ou un miracle? Et si cette petite fille était la clé de ce bonheur qu'ils n'attendaient plus?

 

Pourquoi Nina m'a choisi cette lecture : 

fille de l'hiver nina

l'avis de Clara • l'avis de Margaud
Le Blog de Nina

 

Mon Avis : ♥♥♥

C'est déjà le second hiver que je me dis que ce roman est la lecture idéale pour la saison. Grâce à Nina, cette fois-ci je l'ai vraiment lu. Je ne saurais finalement dire pourquoi j'avais envie de le lire tout en appréhendant de me lancer dans l'histoire. La couverture est si belle, le résumé si doux, que j'avais peut-être peur d'être déçue. Ce roman n'a pas été un coup de coeur mais je suis heureuse d'avoir pris le temps de le découvrir.

Eowyn Ivey a une très belle plume, pleine de finesse et de poésie. J'ai été impressionnée lorsque j'ai appris qu'il s'agissait d'un premier roman, tant la prose est maîtrisée. A croire que l'auteur a eu d'autres vies 'littéraires' avant celle-ci...

Mabel et Jack, les deux personnages principaux, sont très attachants. Dès les premières pages, leur tristesse s'insinue en nous et nous fait formuler ce voeu silencieux : que quelque chose/quelqu'un  leur redonne enfin le sourire. Les conditions de vie en Alaska sont rudes ; grâce aux descriptions appliquées de l'auteur, je m'imaginais dans la cabane du vieux couple en train de me frotter les mains devant le poële, dans l'espoir vain de me réchauffer. Le ton du roman est rapidement donné : on ne peut pas vivre dans un endroit aussi isolé, seulement survivre. En s'exilant, Mabel et Jack cherchent un nouveau sens à leur vie. Mais peut-on vraiment en trouver un sur les terres froides d'Alaska? Et puis la petite fille apparaît, et la donne change...

Arrivée à la moitié du roman, j'ai trouvé que le récit commençait à tirer en longueur. J'ai eu un petit moment de flottement jusqu'à arriver à la troisième et dernière partie. On passe quelques années et j'ai été à nouveau rattrapée par l'histoire. Finalement, lorsqu'on arrive à la fin de La Fille de l'hiver, on ne sait pas vraiment s'il s'agit d'un miracle, d'une magie du Nord, si tout est bien réel. Et je crois que ça n'a pas d'importance. C'est un conte, alors tout est possible... Et la petite fille qui sommeille encore en moi a envie de croire.

© Eloo 02/2014

Posté par Eloo aime lire à 19:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

27 décembre 2013

La Princesse des glaces de Camilla LÄCKBERG

princesse des glaces

La Princesse des glaces de Camilla LÄCKBERG
Editions Actes Sud - Coll. actes noirs. 2008. 381 p.

Le Saviez-vous? 
Ce roman a reçu le Grand prix de littérature policière et le prix Polar international en 2008 (ce sont des prix français).
Le 22 janvier 2014, Casterman publiera l'adaptation BD de La Princesse des glaces, signée par Olivier Bocquet (scénario) & par Léonie Bischoff (dessin).

banniere

4ème de couverture :

      "Erica Falck, trente-cinq ans, auteur de biographies installée dans une petite ville paisible de la côte ouest suédoise, découvre le cadavre aux poignets tailladés d'une amie d'enfance, Alexandra Wijkner, nue dans une baignoire d'eau gelée. Impliquée malgré elle dans l'enquête (à moins qu'une certaine tendance naturelle à fouiller la vie des autres ne soit ici à l'œuvre), Erica se convainc très vite qu'il ne s'agit pas d'un suicide. Sur ce point - et sur beaucoup d'autres -, l'inspecteur Patrik Hedström, amoureux transi, la rejoint. 
A la conquête de la vérité, stimulée par un amour naissant, Erica, enquêtrice au foyer façon Desperate Housewives, plonge dans les strates d'une petite société provinciale qu'elle croyait bien connaître et découvre ses secrets, d'autant plus sombres que sera bientôt trouvé le corps d'un peintre clochard - autre mise en scène de suicide. 
Au-delà d'une maîtrise évidente des règles de l'enquête et de ses rebondissements, Camilla Läckberg sait à merveille croquer des personnages complexes et - tout à fait dans la ligne de créateurs comme Simenon ou Chabrol - disséquer une petite communauté dont la surface tranquille cache des eaux bien plus troubles qu'on ne le pense."

 

Pourquoi Nina m'a choisi cette lecture :

princesse des glaces nina3

 Le Blog de Nina

banniere  

Mon Avis : ♥♥♥

Je traîne parfois des pieds pour lire un roman à succès car je sais pertinemment que je n'aurai pas besoin de le conseiller à la médiathèque : il sera sans cesse emprunter sans mon aide. Mais c'est aussi bien de comprendre pourquoi un livre engendre un tel engouement, pourquoi il fait la différence.

Après la lecture de ce roman, je comprends sans mal le succès de Camilla Läckberg. Voici un polar très sympathique à lire, sans prise de tête, et où nous entrons suffisamment dans la vie des personnages principaux pour s'attacher à eux. Erica devient une amie pour le lecteur, tout simplement. Ce n'est pas non plus gore, l'auteur n'insiste pas sur les descriptions du meurtre car ce qui l'intéresse est l'enquête qui en découle. Un peu à la manière d'Agatha Christie, mon auteur doudou en matière de polar, mais sans son excentrique détective.

Je n'ai pas trouvé l'écriture (à moins que ce ne soit la traduction) extraordinaire, mais pour ce type de lecture ce n'est pas le plus important. L'essentiel est d'avoir envie de tourner les pages au plus vite pour connaître le fin mot de l'histoire, et c'est bien le cas ici.

Camilla Läckberg s'attarde beaucoup sur la vie personnelle d'Erica et j'ai trouvé ça frustrant par moment. Cela ralentit l'intrigue policière et j'aurais parfois préféré qu'elle avance plus vite. Mais c'est aussi parce que l'auteur nous invite à entrer dans sa vie, à vivre avec elle son histoire avec Patrick et à s'inquiéter avec elle pour sa soeur,  que nous avons envie de connaître la suite de ses aventures.

Je ne suis pas pressée de lire Le Prédicateur, mais je le lirai c'est certain.

 

© Eloo 12/2013

Posté par Eloo aime lire à 11:07 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

18 novembre 2013

L'Armoire des robes oubliées de Riikka PULKKINEN

9782226238405-j

L'Armoire des robes oubliées de Riikka PULKKINEN
Editions Albin Michel. 2012. 397 p.

Le Saviez-vous? L'Armoire des robes oubliées a été sélectionné pour le Finlandia Prize.

banniere

Synopsis :

      "Alors que sa grand-mère Elsa se meurt d'un cancer foudroyant et que tous ses proches se rassemblent pour adoucir ses derniers jours, Anna découvre que, derrière le mariage apparemment heureux de ses grands-parents, se cache un drame qui a marqué à jamais tous les membres de sa famille.  Une vieille robe trouvée par hasard, et dont elle apprend qu'elle aurait appartenu à une certaine Eeva, va réveiller le passé. Cette Eeva, dont on ne lui a jamais parlé, aurait été, dans les années 60, la nourrice de sa mère..." Source

 


 Pourquoi Nina m'a choisi cette lecture :

logo_Libr

"Si j'ai choisi ce livre, c'est d'abord parce qu'il est dans ma Wishlist et donc la curiosité est l'un de mes vilains défauts ! Ensuite, parce qu'il me fait penser à un autre roman que j'avais beaucoup apprécié : Le goût des pépins de pomme de K. Hagena. J'aime les histoires de famille au féminin, leur poésie, leur délicatesse. Et j'espère que c'est ce qu'Eloo y retrouvera."

                                      Le Blog de Nina


banniere

Mon Avis : ♥♥♥♥

Depuis sa sortie, j'ai envie de me plonger dans ce roman car son tout m'intriguait : la couverture, le titre, le résumé.
L'auteur nous conte une belle histoire, une histoire de femmes, mais où les hommes ne sont pas en reste. Il y a la grand-mère Elsa, la mère Eléonnora et la fille Anna. Il y a aussi Martti, respectivement le mari, le père et le grand-père de ces dames. Il y a enfin Eeva, l'étrangère si familière. Et puis il y a de beaux dégâts... Parce que les aléas de la vie malheureusement on ne les commande pas.
De l'histoire je n'en dirai rien de plus car le synopsis ci-dessus en raconte juste ce qu'il faut.

La plume de l'auteur est si poétique que cela semble irréelle ; je me suis accrochée à chaque mot comme si ma vie en dépendait. J'ai lu ce roman à bout de souffle, j'avais besoin d'en connaître la fin. Je crois que finalement il m'a juste manqué un zeste de piquant pour que cette lecture soit parfaite.

Ce roman aurait même pu être un coup de coeur pour moi si l'un de ses thèmes principaux (que je ne vous dévoilerai pas pour ne pas gâcher votre lecture) n'entrait pas en contradiction avec mes valeurs personnelles. Néanmoins, je sais reconnaître un roman de qualité quand il me passe entre les mains.  J'ai été traversée par tout un tas de sentiments et d'émotions pendant ma lecture, fait plutôt rare pour être noté. Cela faisait un moment qu'un livre ne m'avait pas autant secoué...

Je ne peux que vous conseiller ce roman qui met en avant, autres autres, la filiation par le sang et plus encore la filiation par le coeur.
C'est beau, c'est vrai, alors forcément parfois ça fait un peu mal... La vie en somme.

© Eloo 11/2013

Posté par Eloo aime lire à 20:55 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :