04 juillet 2012

Hunger Games (t.3) : La Révolte de Suzanne COLLINS

Hunger-Games-la-revolte-de-Suzanne-Collins_m

♠ Hunger Games (t.2) : La Révolte de Suzanne COLLINS
Edition Pocket Jeunesse. 2011. 417 p.

 

4ème de couverture :

      "Contre toute attente, Katniss a survécu une seconde fois aux Hunger Games. Mais le Capitole crie vengeance. Katniss doit payer les humiliations qu'elle lui a fait subir. Et le président Snow a été très clair : Katniss n'est pas la seule à risquer sa vie. Sa famille, ses amis et tous les anciens du district Douze sont visés par la colère sanglante du pouvoir. Pour sauver les siens, Katniss doit revenir le geai moqueur, le symbole de la rébellion. Quel que soit le prix à payer."

 

Mon Avis : ♥ ♥ ♥

En conclusion de ma chronique pour le tome 2, Hunger Games : L'Embrasement, je vous disais mon espoir de lire un dernier tome qui tienne les promesses de cette saga et qui nous offre un feu d'artifice final. Et bien oui, le pari est tenu par son auteur Suzanne Collins (ouf!).Ce roman est difficile, quelques fois trash, mais on ne peut imaginer une révolte menant à une guerre sans dommages collatéraux. Les pertes tout au long du roman nous atteignent et rendent parfois la lecture laborieuse, mais sans cela, le roman aurait perdu en crédibilité.

J'ai remarqué une évolution des personnages qui m'a plue : ils ont gagné en maturité (guerre oblige). Nous apprenons enfin à mieux connaître Gale & Prim qui sont plus présents, et Katniss ne m'a pas tapé sur le système, ce qui est une première. Elle a même réussi à me toucher à la fin du roman. Néanmoins depuis le début de la saga, je reste une fidèle fervente au personnage de Peeta qui me file toujours autant des frissons.

Concernant le triangle amoureux, j'ai trouvé appréciable que Suzanne Collins ne se contente pas de le faire vivre mais qu'elle le tourne carrément en dérision. Cela ne transparaît véritablement que dans ce tome-ci ; peut-être parce que les principaux acteurs - Gale & Peeta - se sont lassés à juste titre de la situation. Ceci dit, j'aurais aimé que Katniss fasse un choix, au lieu de ça il s'impose de lui-même (mais je n'en dis pas plus).

Hunger Games nous donne évidemment à réfléchir, avec en point de mire les situations politique & économique des districts asservis par le Capitole. Suzanne Collins lance des pistes sur des sujets aussi vastes qu'universels, comme la guerre/la paix, le totalitarisme/la démocratie, l'asservissement/la liberté, mais sans donner aucune leçon ni conclusion. A nous d'y réfléchir ou de se laisser porter par l'histoire, au choix.

Cette saga tient la route jusqu'au bout : le final est pour moi à la hauteur de l'histoire. Bravo à Suzanne Collins pour ce monde futuriste qu'elle a créé sans jamais le laisser lui échapper. A présent, je peux enfin tranquillement regarder l'adaptation cinématographique!

  Je conseille ce livre à partir de 12 ans. 

 

hunger games le film

"sureau mortel" (p. 279) : j'ai envie d'y voir un clin d'oeil à Harry Potter.

 

© Eloo 07/2012  

 

Posté par Eloo aime lire à 07:30 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,


28 juin 2012

La Page blanche de BOULET & Pénélope BAGIEU

la-page-blanche-article

♠ La Page blanche de BOULET (scénario) & Pénélope BAGIEU (dessin)
Edition Delcourt - Coll. Mirages. 2012. 200 p.

 

4ème de couverture :

     "Je pleurais... Je venais chercher quelque chose?... Rencontrer quelqu'un?... Pourquoi hier? Je suis QUI, moi?"

Une jeune femme se réveille dans Paris. Elle ne se souvient ni de son nom, ni de ce qui l'a amenée là. Son passé a disparu. Avec humour et sensibilité, Pénélope Bagieu et Boulet raconte sa quête d'identité."

 

Mon Avis : ♥ ♥

Le syndrome de la page blanche désigne, chez un écrivain, la difficulté parfois rencontrée pour trouver l'inspiration et la créativité au moment d'entamer ou de continuer une oeuvre (source : Wikipédia). A priori, ce phénomène ne s'est pas appliqué à Boulet qui a écrit le scénario de cette BD one-shot avec beaucoup d'inspiration.

Quant au personnage principal - Eloïse -, elle n'est pas écrivain, mais le livre de sa vie commence effectivement par une page blanche. Cette jeune femme sort un jour d'une espèce de léthargie, assise sur un banc, et ne se rappelle plus de rien, ni de son histoire passée, ni même de son nom! Commence alors une drôle de enquête pour se rappeler qui elle est... J'ai trouvé Eloïse très touchante, et parfois drôle quand elle imagine plusieurs scénarios sur ce qu'il y a bien pu se passer ou sur ce qui est sur le point de lui arriver.

Pénélope Bagieu est pour beaucoup la cause de mon attachement à ce personnage ; son trait de crayon que je connaissais déjà grâce à son Blog est simple et efficace. J'aime beaucoup ce style sans fioriture que l'on retrouve chez plusieurs autres illustrateurs de BD girly actuels qui ont conquis la blogosphère.

Je dois avouer que si j'ai été conquise par cette BD dès le départ, j'ai été un peu surprise par sa fin. Je ne dirais pas que je suis déçue, mais disons que je m'attendais à quelque chose de plus abouti. J'ai d'abord pensé que finalement ça ne cassait pas trois pattes à un canard, mais après réflexion, je me dis que cette conclusion n'est pas non plus si mauvaise que ça. On adhère ou pas, mais malgré tout, il est clair pour moi que Boulet n'a pas versé vers la facilité.

En conclusion, c'est une lecture sympathique qui n'est pas inoubliable mais avec laquelle on passe un bon moment.

   

© Eloo 06/2012 

Posté par Eloo aime lire à 07:36 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

22 juin 2012

Le Rêve du papillon : Lapins sur la lune (t.1) de Richard MARAZANO & Luo YIN

le rêve du papillon

♠ Le Rêve du papillon : Lapins sur la lune (t.1) de Richard MARAZANO (aut.) & Luo YIN (ill.)
Edition Dargaud. 2010. Non paginé.

 

4ème de couverture :

      "Tutu s'est réveillée dans un monde inconnu et absurde où l'hiver est éternel. Un monde gouverné par un dictateur, où des lapins bizarres la suivent partout, et dont les habitants ne l'aiment pas beaucoup... La petite fille ne souhaite très vite qu'une seule chose : rentrer chez elle. Une fable magique et intemporelle en quatre albums, dans un monde de poésie, d'humour et de fantaisie."

Mon Avis : ♥ ♥

Y a une morale là-dessous. Mais laquelle? Je pense qu'il me faudra plus que la lecture du premier tome (la saga doit se découper en 4 tomes) pour lui trouver un intitulé...

J'ai choisi de lire cette BD car la couverture et l'illustration m'ont tapé dans l'oeil. Le trait, clairement manga, est superbe ; et les jeux de couleurs sont tout à fait appropriés à chaque nouvelle situation (alternance de couleurs vives & de couleurs ternes, voire parfois grises). L'illustration donne tout de suite le ton de l'atmosphère voulu par le scénario, tantôt très lumineuse, mystérieuse ou encore obscure.

Si j'ai été d'emblée conquise par le dessin, j'attend de lire les prochains tomes pour me faire une opinion définitive sur l'histoire. Dans ce premier opus, on découvre un monde qui m'a parfois un peu dérouté et j'espère pouvoir me familiariser davantage avec ce nouvel environnement dès le second tome. On est comme l'héroïne Tutu, on ne comprend pas grand chose au fonctionnement de cette société pour le moins bizarre. On n'a donc pas d'autre choix que de se laisse bercer jusqu'à la dernière page. Du coup, je me suis sentie un peu frustrée car je n'ai pas pu m'impliquer plus que ça. Je me suis sentie étrangère à ce qui se passait, comme si je regardais ça de très loin. En fait, j'ai l'impression qu'il manquait un petit quelque chose, mais je suis incapable de le nommer...

En conclusion : pas de conclusion hative! Lapins sur la lune me laisse songeuse et j'attends de lire la suite pour voir où tout ça va me mener! 

 

lapins sur la lune

Il paraît que cette BD a plus d'un point commun avec le film d'animation Le Voyage de Chihiro. (source : Bédéthèque) 

Ces similitudes n'ont pu que m'échapper puisque je n'ai pas vu ce film (c'est d'ailleurs regrettable, il faut que j'y remédie!). 

 

© Eloo 06/2012   

 

Posté par Eloo aime lire à 08:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 juin 2012

La Délicatesse de David FOENKINOS

la délicatesse

♠ La Délicatesse de David FOENKINOS
Editions Gallimard - Coll. Folio. 2011. 209 p.

 

4ème de couverture :

      "François pensa : si elle commande un déca, je me lève et je m'en vais. C'est la boisson la moins conviviale qui soit. Un thé, ce n'est guère mieux. On sent qu'on va passer des dimanches après-midi à regarder la télévision. Ou pire : chez les beaux-parents. Finalement, il se dit qu'un jus, ça serait bien. Oui, un jus, c'est sympathique. C'est convivial et pas trop agressif. On sent la fille douce et équilibrée. Mais quel jus? Mieux vaut esquiver les grands classiques : évitons la pomme ou l'orange, trop vu. Il faut être un tout petit peu original, sans être toutefois excentrique. La papaye ou la goyave, ça fait peur. Le jus d'abricot, c'est parfait. Si elle choisit ça, je l'épouse... -Je vais prendre un jus... Un jus d'abricot, répondit Nathalie. Il l'a regarda comme si elle était une effraction de la réalité."

 

Mon Avis : ♥ ♥ ♥

La Délicatesse est un roman sans prétention. L'auteur David Foenkinos nous livre une histoire loin d'être hors du commun, une histoire qui pourrait très bien arriver à notre voisin de palier... Et c'est pour ça que j'ai adoré. Pour moi, la simplicité et le réalisme de la mise en situation et des personnages donnent à ce roman son truc en plus.

Dès le départ, j'ai aimé le personnage de Nathalie : pour sa première description "Elle aimait rire, elle aimait lire. Deux occupations rarement simultanées puisqu'elle préférait les histoires tristes" (p. 11) et parce qu'elle aime découvrir d'excellents auteurs méconnus, ce "qui peut faire réfléchir à l'injustice de la postérité." (p. 31). Nathalie est le personnage avec qui tout commence ; néanmoins, l'auteur nous permet aussi de discerner les facettes des autres personnages à travers leurs états d'âme qui nous sont livrés à l'état brut, tandis qu'ils défilent dans la tête de chacun. Si bien qu'il n'y a pas à proprement parler un personnage principal mais des personnages, tous liés soit par les sentiments, par la filiation, par le travail ou par le coup du sort. J'ai trouvé cet état de fait agréable.

Bien sûr, on ne peut occulter le fait que ce roman est un messager d'espoir. Après le décès de l'homme de sa vie, Nathalie ne se croit plus capable de vivre une nouvelle relation avec un autre homme. Elle se contente de survivre, et dans un premier temps c'est bien suffisant. Mais "le temps guérit toutes les blessures" (encore un adage ridicule  dirait presque D. Foenkinos dans son roman), et Nathalie ne dérogera pas à cette règle.

Concernant le style, je dois dire que David Foenkinos écrit de façon agréable, voire même parfois poétique. Il combat la monotonie à chaque instant : on trouve au détour des pages quelques figures de style (la phrase "Elle avait traversé l'adolescence sans heurt, respectant les passages piétons" (p. 11) m'a plu parmi quelques autres), parfois la narration se mue en script, et les notes de bas de pages bien qu'inutiles (c'est fait exprès!) donnent son charme au roman. L'insertion de chapitres "pauses" (= qui ne font pas avancer l'histoire, mais donnent des précisions sur un sujet abordé peu avant) sont comme des friandises : on ne peut s'empêcher d'en vouloir davantage! Petite parenthèse, j'ai particulièrement aimé le chapitre 92 "Quelques précisions techniques concernant les allergies au poisson" (p. 168), très instructif puisque mon Chéri a lui-même développé cette allergie (^^)...

Pour conclure, je vous conseillerai simplement de lire La Délicatesse avec la chanson L'Amour en fuite (Alain Souchon) en bruit de fond (sur deezer).

 

 

© Eloo 06/2012   

 

Posté par Eloo aime lire à 07:30 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :

15 juin 2012

La Bibli des deux ânes de Monica BROWN & John PARRA

9782355041723

♠ La Bibli des deux ânes de Monica BROWN (aut.) & John PARRA (ill.)
Edition Rue du monde. 2011. Non paginé.

 

4ème de couverture :

      "Un conte émouvant en hommage à Luis Soriano Bohorquez, bibliothécaire bénévole qui, depuis plus de vingt ans, arpente les montagnes de Colombie pour partager ses livres avec les enfants !"

 

Mon Avis : ♥ ♥ ♥

Ce qui fait avant tout la force de cet album, c’est l’histoire exceptionnelle et vraie qu’elle raconte. L’histoire d’un homme qui, depuis 1990, va d’un village colombien isolé à un autre chaque samedi, accompagné de ses deux ânes – Alfa et Beto- chargés de livres. Ici, nous avons les Bibliobus, et bien en Colombie ils ont cette incroyable « Biblioburro » (« burro » signifiant « âne » en espagnol). A chacun de ses arrêt, Luis Soriano Bohorquez raconte des histoires aux enfants, leur apprends à lire et leur permet de garder certains livres jusqu’à son prochain passage. Il contribue ainsi à l’alphabétisation des petits colombiens qui n’ont pas souvent la chance d’être scolarisés.

Cet album met en avant une belle aventure humaine, une belle leçon de vie qui rappelle qu'avec peu, on peut donner beaucoup.

Sachez que grâce aux dons de livres, cette « Biblioburro » compte plus de 5000 titres à l’heure d’aujourd’hui. Et nous pouvons nous aussi contribuer à cette action à notre niveau, puisque la maison d’édition Rue du monde s’engage à participer à l’équipement de cette bibliothèque mobile pour chaque album vendu.

 

"Une belle histoire qui m'a ému aux larmes... Mon seul espoir est de transmettre de belles valeurs humaines et de l'imagination aux enfants pour qu'ils puissent rêver et créer un monde meilleur..." Luis Soriano Bohorquez, bibliothécaire du Biblioburro en Colombie.

 

© Eloo 06/2012  

Posté par Eloo aime lire à 07:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


13 juin 2012

Au Bonheur des Dames d'Emile ZOLA

au-bonheur-des-dames_couv

♠ Au Bonheur des Dames d'Emile Zola
Editions Le Livre de poche - Coll. Classiques. 1998. 542 p.
Première édition : 1883

 

4ème de couverture :

      "Octave Mouret affole les femmes de désir. Son grand magasin parisien, Au Bonheur des Dames, est un paradis pour les sens. Les tissus s'amoncellent, éblouissants, délicats, de faille ou de soie. Tout ce qu'une femme peut acheter en 1883, Octave Mouret le vend, avec des techniques révolutionnaires. Le succès est immense. Mais ce bazar est une catastrophe pour le quartier, les petits commerces meurent, les spéculations immobilières se multiplient. Et le personnel connaît une vie d'enfer. Denise échoue de Valognes dans cette fournaise, démunie mais tenace. Zola fait de la jeune fille et de son puissant patron amoureux d'elle le symbole du modernisme et des crises qu'il suscite. Zola plonge le lecteur dans un bain de foule érotique. Personne ne pourra plus entrer dans un grand magasin sans ressentir ce que Zola raconte avec génie : les fourmillements de la vie."

 

Mon Avis : [Classique]

Bien qu'Au Bonheur des Dames (1883) soit le 11ème tome du cycle Les Rougon-Macquart, il se lit parfaitement de manière indépendante. Le personnage principal de ce roman est un grand magasin parisien de tissus dirigé par Octave Mouret, le Bonheur des Dames. Emile Zola l'a créé de toutes pièces, s'inspirant de grands magasins de son époque tels que Le Bon Marché ou Les Grands Magasins du Louvre.

Au Bonheur des Dames permet à l'auteur d'analyser la société dans laquelle il évolue. A travers son texte, on suit avec impuissance le petit commerce de proximité se faire progressivement "dévoré" (Zola utilise souvent ce genre de métaphore) par le grand magasin (=la grande distribution). Par la même, on découvre l'apparition des premiers gestes commerciaux, des produits aux rabais et des diverses ruses pour inciter les clients à acheter davantage. Ce qu'il se passe dans nos magasins aujourd'hui n'est décidément rien de nouveau, Emile Zola aborde un sujet plus que jamais d'actualité.

L'auteur possède également un regard implacable sur l'être humain. Il met les pires vices des femmes en avant (la fièvre acheteuse est personnifiée par Mme. Marty, la jalousie maladive par Mme. Desforges, etc.), et montre parfois l'homme comme un être relativement primaire (Mouret est prêt à donner des milliers de francs à une jeune femme qui n'attend de lui qu'une preuve d'amour). Quand l'auteur décrit les riches clientes du magasin, il donne l'impression d'avoir bien peu d'estime pour les femmes qu'il montre faibles, sans résistance ni volonté. Mais le personnage de Denise nous détrompe immédiatement. Sous sa plume, Emile Zola en a fait une héroïne forte sous ses airs fragiles. Il en a fait une femme d'exception.

Quant à son personnage d'Octave Mouret, il est complexe et très travaillé. Emile Zola le rend fou d'amour pour sa jeune vendeuse Denise ; celui qui est prêt à mettre sur la paille tous ses concurrents sans aucun état d'âme aurait-il donc tout de même un coeur? Octave Mouret est un homme qui apparaît avant tout insatiable : il en veut toujours plus (plus de produits, plus d'espaces, plus de recettes, plus de femmes à ses genous, etc.) et en général, il obtient ce qu'il désire. Il ne peut donc supporter qu'une jeune femme puisse lui résister. Et comme Denise est la seule à ne pas se laisser cueillir comme une fleur, il tombe amoureux d'elle. Car celle-ci prouve par sa résistance qu'elle est son égale.

Comme il est souvent de mise dans la littérature du XIXème siècle, Au Bonheur des Dames regorge de descriptions. Chaque scène et chaque nouvelle situation est l'occasion pour Emile Zola de nous décrire l'environnement présent. Dans certains livres, cela peut parfois devenir lassant et rébarbatif, mais ici ce n'est pas le cas. L'auteur a un très beau style et il est très agréable de le lire. Avec plaisir, on le laisse nous faire visiter chaque lieu de son histoire.

En conclusion, je dirais que ce roman est une très belle découverte. Il m'a permis de rencontrer Emile Zola dans d'excellentes conditions. Je ne peux que vous le conseiller!

 

© Eloo 06/2012  

Posté par Eloo aime lire à 07:36 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

06 juin 2012

Confessions d'une GLITTER Addict de DIGLEE

confessions-d-une-glitter-addict-diglee_6

Confessions d'une GLITTER Addict de DIGLEE

Edition Marabout - Coll. MARAbulles

2012. Non paginé.

4ème de couverture :

      "Maureen Wingrove, alias Diglee, est illustratrice freelance depuis un an et demi, et travaille pour la presse, l'édition et la bande dessinée. Retrouvez-là sur : http://diglee.com."

 

Mon Avis : ♥ ♥ ♥

Ce n'est pas nouveau : j'aime beaucoup le travail de Diglee. Au point d'être d'ailleurs toujours à l'affût d'un nouvel article sur son blog, quitte à y faire un tour deux fois par jour (ne vous inquiétez pas, je vais  parfaitement bien). Donc comprenez-bien, acheter sa nouvelle BD Confessions d'une GLITTER Addict était bien plus qu'un simple achat compulsif, c'était une nécéssité.

Mais alors d'où vient cet engouement me demanderez-vous? (Autobiographie d'une fille GAGA s'est très bien vendue) Et bien, je crois que ça fait du bien de lire les petites histoires & anecdotes de Diglee car elles pourraient arriver à n'importe qui. Je crois que dans la littérature, on a aussi besoin d'un peu de normalité, où l'identification est automatique. C'est agréable de lire des histoires réelles, des histoires qui mettent en scène des personnes que l'on pourrait croiser dans la rue, qui pourraient être nos amis. Ça a quelque chose de rassurant. Et puis l'inévitable moment où l'on s'écrie "oh il m'est arrivé exactement la même chose!" fait vraiment du bien.

Celle qui nous offre ce bouquet de normalité est cependant loin d'être banale. Diglee a un goût vestimentaire propre et des chaussures fétiches qui mettent des paillettes plein les yeux. Mais ce qui rend, entre autres, sa personne si intéressante, c'est sa facilité à prendre le recul nécessaire afin de pouvoir nous raconter des histoires relativement personnelles. Elles sont souvent drôles, parfois gênantes ou ridicules, mais Diglee ne perd jamais son  humour ni son sang froid (sauf peut-être devant Titanic, mais ça c'est autre chose).

Pour conclure, je dirais que l'insatiable que je suis aurait aimé plus d'inédits. Et j'avoue qu'un fil conducteur aurait été appréciable aussi (s'il m'a échappé, merci de me le notifier!). Mais ça c'est vraiment parce que j'aime râler. Ce qu'il faut retenir, c'est qu'on ne peut pas passer à côté de cette BD qui donne vraiment la patate!

Le détail qui tue : la tranche dorée!

 

© Eloo 06/2012  

 

Posté par Eloo aime lire à 10:30 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

30 mai 2012

[Cinéma] Le Terminal réalisé par Steven SPIELBERG

Le_terminal 

Le Terminal réalisé par Steven SPIELBERG

Avec Tom Hanks, Catherine Zeta-Jones, Stanley Tucci, Zoé Saldana, et al. 2004. 2h08.

 

Synopsis :

      "Viktor Navorski est l'un de ces milliers de touristes, venus des quatre coins du monde, qui débarquent chaque jour à l'Aéroport JFK de New York. Mais, à quelques heures de son arrivée, voilà qu'un coup d'État bouleverse sa petite république d'Europe Centrale, mettant celle-ci au ban des nations et faisant de Viktor... un apatride. Les portes de l'Amérique se ferment devant lui, alors même que se bouclent les frontières de son pays : Viktor est bel et bien coincé..." source : allociné.

Bande-annonce :  

(in English please)

 

Mon Avis : ♥ ♥ ♥

J'avais vu Le Terminal il y a très longtemps et je n'en gardais à la fois que des vagues souvenirs et la certitude qu'il m'avait plu. J'avais envie de le revoir pour rafraîchir ma mémoire alors ni une ni deux, j'ai emprunté le DVD à la médiathèque.

Nombreux sont ceux qui soutiennent que Le Terminal est loin d'être le meilleur Spielberg ; pourtant, si ce film est certes sans prétention, il est fort en émotion. Le mérite revient principalement (outre le scénario) à Tom Hanks, un acteur extraordinaire comme il n'en existe pas beaucoup. Il m'a vraiment secoué en Viktor Navorski perdu au milieu de la foule mouvante de l'aéroport. Il a d'ailleurs réussi à me piéger dans ce lieu sans repère, attendant avec lui une solution qui semble à la fois ni proche ni lointaine. Et quand on y pense, c'est un sentiment relativement angoissant.

Certains reprochent également à ce film d'avoir quelques longueurs. Soit. Mais il ne faut pas perdre de vue qu'un des thèmes récurrents est l'attente. Quand t'attends, tu trouves que le temps passe vite toi? Héhé personnellement, ça ne m'a pas dérangé de me calquer au rythme de vie de Viktor Navorski ; bien au contraire, j'ai trouvé que l'on tenait là un des points forts du film.

Bref, je n'ai pas l'intention d'en faire des tonnes non plus, j'ai simplement envie de dire que c'est un film qui possède beaucoup de charme et qui raconte une belle histoire. Ce serait dommage de passer à côté...

Et pour ceux qui ont déjà vu ce film et qui se sont posés la même question que moi : la Krakozie est bien sûr un pays qui a spécialement été inventé pour les besoins du scénario, mais par contre Tom Hanks parle une langue bien réelle : le bulgare! 

 

622242--le-terminal-avec-catherine-zeta-jones-637x0-3

Ce film est inspiré d'une histoire vraie. (en savoir plus)

 

© Eloo 05/2012 

 

Posté par Eloo aime lire à 21:05 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

24 mai 2012

Zombillénium : Ressources humaines (t.2)

zombillenium,-tome-2---ressources-humaines-203034-250-400

Zombillénium : Ressources humaines (t.2) / Arthur de PINS

Edition Dupuis. 2011. Non paginé.

 

 

4ème de couverture :

      "Ici, on embauche... pour l'éternité."

 

Mon Avis : ♥ ♥ 

Je me suis lancée avec beaucoup d'enthousiasme dans la lecture de ce tome 2 car j'avais adoré son prédécesseur. Et je dois dire que dès les premières pages, j'ai eu une surprise de taille! Pour rappel, Gretchen le tome 1, se terminait en laissant beaucoup de "portes ouvertes". Je pensais donc tout naturellement que Ressources humaines qui lui fait suite reprendrait l'histoire à partir de là où l'on s'était arrêté. Or, il n'en est rien. Ce second tome peut quasiment se lire de façon indépendante car Arthur de Pins nous offre une toute nouvelle intrigue. Le cadre reste le même, nous sommes toujours dans le parc d'attractions Zombillénium, mais nous rencontrons de nouveaux personnages tandis que ceux que nous connaissions déjà sont souvent relégués au second plan. Petite deception pour moi mais qui n'a pas duré longtemps car je suis toujours autant éblouie par le dessin d'Arthur de Pins : cet auteur-illustrateur arrive à m'emmener ailleurs, c'est incroyable. J'ajouterais que dans cet opus, il y a peut-être un peu moins d'humour, mais ce manque a été compensé par la bonne idée de l'auteur de nous laisser en bonus un journal qui relate les évènements obscures qui ont lieu près du parc, à Douchy-les-Mines.

Personnellement (mais je me trompe peut-être), je vois ce tome 2 comme une parenthèse, une façon pour Arthur de Pins de nous faire découvrir le fonctionnement du parc, ses employés et ses visiteurs... En somme, il nous fait languir! J'attends donc avec impatience le tome 3, j'espère que celui-ci rebondira sur l'intrigue mis en place dans le premier tome. En tout cas, je sens que de Pins à encore beaucoup à nous raconter sur le parc d'attractions Zombillénium... Dommage qu'il faille attendre jusqu'en juin 2013! (merci Acro pou l'info!)

 

© Eloo 05/2012 

 

Posté par Eloo aime lire à 20:31 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

17 mai 2012

Hunger Games (t.2) : L'Embrasement de Suzanne COLLINS

hunger-games-l-embrasement

Hunger Games (t.2) : L'Embrasement de Suzanne COLLINS

Edition Pocket Jeunesse. 2010. 398 p.


4ème de couverture :

      "Les Jeux continuent ! Plus terribles que jamais…

Après le succès des derniers Hunger Games, le peuple de Panem est impatient de retrouver Katniss et Peeta pour la Tournée de la victoire. Mais pour Katniss, il s’agit surtout d’une tournée de la dernière chance. Celle qui a osé défier le Capitole est devenue le symbole d’une rébellion qui pourrait bien embraser Panem. Si elle échoue à ramener le calme dans les districts, le président Snow n’hésitera pas à noyer dans le sang le feu de la révolte. A l’aube des Jeux de l’Expiation, le piège du Capitole se referme sur Katniss…"


Mon Avis : ♥ ♥

A peine lâché le tome 1 que j'attaque le tome 2 - 'faut dire que Peeta a des arguments ()... Mais entrons tout de suite dans le vif du sujet avant que je ne me transforme en petite midinette amourachée qui entoure le prénom de son bien-aimé avec des coeurs guimauves tout tremblotant (quoi trop tard?! Humpf!)...

Toujours cette écriture instinctive qui me plaît tant chez Suzanne Collins, du suspense & des retournements de situations qui rendent mon coeur galopant, et une idée originale concernant les Jeux de l'Expiation à laquelle j'ai vraiment adhéré. Oui, ça en fait une bonne lecture. Mais...

Mais il y a 2-3 p'tites choses qui m'ont chiffonné, si bien que je le dis : j'ai préféré le tome 1 et mon intérêt pour cette saga s'émousse un chouia.

Jusqu’aux Jeux de l’Expiation - c'est à dire durant la première partie -, il se passe énormément de choses mais qui ne sont malheureusement que survolés. J’aurais vraiment aimé un rythme moins soutenu qui nous permette de grappiller des informations supplémentaires. On sent que pour l’auteur cette partie n’est pas essentielle mais je ne suis pas forcément d'accord. J’aurais notamment aimé que la Tournée de la victoire s’éternise un peu plus, qu’elle soit plus détaillée et l'occasion pour nous de visiter plusieurs districts. De la même façon, des évènements "spéciaux" (je pense à un en particulier mais je ne veux pas spoiler) se déroulent lorsque la Tournée fait halte au Capitole ; dommage qu'ils aient été réduits à quelques lignes et que l'auteur utilise la simple narration : on a l'impression de ne pas les vivre en direct.

Mon deuxième gros reproche est à l'attention des personnages. Je n'arrive toujours pas à m’identifier à Katniss, et dans ce tome, "la fille du feu" a même réussi à m’agacer quelques fois : c’est une vraie tête brûlée qui fait des plans sur la comète sans réfléchir aux conséquences ; elle serait prête à mettre au point de vraies missions-suicides sans s'en rendre compte ! Heureusement qu’elle ne passe pas souvent à l’action… Quant à Peeta, je trouve qu'il a en grande partie un rôle de potiche, (c'est mon subjectif rempli d'amour découlinant de mièvrerie qui parle en cet instant j'en conviens) et ça m'a chagriné car il vaut mieux que ça! C'est un garçon intelligent et je crois que même l'auteur sous-estime ses capacités...

 En conclusion, une suite intéressante qui n'est peut-être pas à la hauteur de son prédécesseur, mais qui promets de belles choses pour la fin... Donc à bientôt avec la chronique de Hunger Games : La Révolte que je lirai sous peu ; espérons que ce dernier tome tiendra ses promesses et nous offrira un feu d'artifice final!

Je conseille ce livre à partir de 12 ans.

  

© Eloo 05/2012 

 

Posté par Eloo aime lire à 11:03 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,