09 août 2012

Les Dix enfants que madame Ming n'a jamais eus d'Eric-Emmanuel SCHMITT

les-dix-enfants-que-madame-ming-n-a-jamais-eus-cover

♠ Les Dix enfants que madame Ming n'a jamais eus d'Eric-Emmanuel SCHMITT
Editions Albin Michel. 2012. 114 p.

 

4ème de couverture :

      "Madame Ming aime parler de ses dix enfants vivant dans divers lieux de l’immense Chine. Fabule-t-elle, au pays de l’enfant unique ? A-t-elle contourné la loi ? Aurait-elle sombré dans une folie douce ? Et si cette progéniture n’était pas imaginaire ? L’incroyable secret de Madame Ming rejoint celui de la Chine d’hier et d’aujourd’hui, éclairé par la sagesse immémoriale de Confucius."


Mon Avis : ♥ ♥

Eric-Emmanuel Schmitt n'y va décidément pas par quatre chemins : ce roman, comme ses prédécesseurs, est court et concis. Malgré tout, on y trouve son compte et retrouve la plume de l'auteur avec plaisir. Ce livre avec un titre à rallonge est le dernier né du cycle de l'invisible, dont est également issu Oscar et la dame rose que j'avais déjà lu (les titres sont indépendants les uns des autres).

L'interêt de ce roman sont les anecdotes que Madame Ming raconte sur chacun de ses enfants (j'ai trouvé l'histoire du narrateur très secondaire, et pas forcément indispensable). Elles sont si extraordinaires qu'on doute de leur véracité, mais on se laisse malgré tout gentiment dupé à cause de la sincérité troublante de Madame Ming chaque fois qu'elle commence un nouveau récit. J'ai également aimé découvrir Confucius : personnage historique, il a profondément marqué la civilisation chinoise et est considéré comme le premier "éducateur" chinois. Sachez néanmoins que si vous espériez découvrir la Chine (ses moeurs, ses paysages, etc.) à travers ce roman, il vaut mieux passer votre chemin...

Dans ce conte philosophique, Eric-Emmanuel Schmitt nous offre un peu de sa sagesse, comme toujours.
Ce roman ne sort pas du lot, mais il est agréable à lire.

 

 

confucius_54

"Choisissez un travail que vous aimez et vous n'aurez pas à travailler un seul jour de votre vie."
Confucius (551av. J.C. - 479 av. J.C.)

 

 

© Eloo 08/2012

Posté par Eloo aime lire à 14:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


05 août 2012

.

marilyn-lit_galleryphoto_paysage_std

01/06/1926 - 05/08/1962

Posté par Eloo aime lire à 10:57 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

04 août 2012

END : Elisabeth (t.1) de Barbara CANEPA & Anna MERLI

end elisabeth

♠ END : Elisabeth (t.1) de Barbara CANEPA (scénario, dessin) & Anna MERLI (dessin)
Editions Soleil - Coll. Métamorphose. 2012. 50 p.

 

4ème de couverture :

      "Imaginez...
Si le monde autour de vous jamais ne se mouvait.
Si le murmure du vent et le chuchotement de la pluie se répétaient inexorablement dans leur devenir monotone…
Si le silence, souverain régnait jusqu'à ce que l'invisible ne soit vôtre…
Tel est mon univers.
Un monde où la berceuse du temps a cessé d'entonner sa complainte.
Un monde anémié, privé de toute couleur, où les esprits et les âmes perdues trouvent enfin la paix...
... Dans leurs mausolées solennels et sans âge...

J'ai 13 ans. Elisabeth est mon nom.
Mes cheveux sont blancs comme la vie.
Si le cœur vous en dit, vous pourrez me rencontrer.
Mais pour cela, il vous faudra mourir."

 

Mon Avis : ♥ ♥ ♥

S'il faut un coupable, je le dénoncerai sans état d'âme : Benjamin Lacombe. Il ne tarit pas d'éloge sur Elisabeth, donc lorsque j'ai vu cette BD, bien rangée dans un rayon (bien en vue) de la librairie, j'ai... craqué! Et bien m'en a prit, les deux auteurs nous en mettent plein les mirettes!

La couverture nous annonce d'office les magnifiques illustrations à suivre. Elle nous invite dans un doux cauchemar, où l'on se sent bien au point de ne plus vouloir se réveiller. Les couleurs sombres sont à l'honneur ; sans pour autant éclipser les quelques couleurs vives qui, du coup, nous éclaboussent la vue en surgissant, aussi éphémères qu'insaisissables.

L'intrigue a vraiment été réfléchie et fouillée, donc j'attend avec impatience de voir comment Barbara Canepa va s'en sortir pour la suite car la barre a été placée très haute! J'ai trouvé que le thème de la mort est abordée d'une façon nouvelle, et la représentation de l'espoir secret de l'homme qu'il puisse y avoir une seconde vie dans l'au-delà (ou entre Terre et Ciel) m'a plu. En fait, on ne sait pas vraiment où se trouve Elisabeth et tout ce mystère entourant sa déchéance et sa famille creuse l'appétit. Où nous emmène les auteurs, que veulent-elles nous dire?

Un début prometteur. Une folle envie de lire la suite. Et une hypothèse : END pour Elisabeth - Nora - Dorothéa? J'espère le savoir bien assez vite...

 

© Eloo 08/2012

Posté par Eloo aime lire à 14:22 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

01 août 2012

Et de 2! [Concours inside]

Blog_Day
[création © Eloo / source images : digital-crea.fr]

 

Héhé, le 20 août prochain, ElooBooks fêtera ses 2 ans d'existance... Déjà! Mais l'heure du bilan n'est pas encore arrivée (regardez bien ma montre), pour le moment c'est l'heure de marquer le coup!

Du 1er août 0h00 au 20 août 0h00, un concours est officiellement lancé & ouvert sur le blog.

Et qui dit 2 ans dit... 2 gagnants (cela va de soit!)

 

Passons à présent à la présentation des "lots" (qui ont été de très belles découvertes pour moi cette année - oui, je sais, l'année n'est pas finie!) :

1)un roman  Et puis, Paulette... de Barbara Constantine aux éditions Calmann-Lévy (2012 ; 312 p.). • ma chronique

Le petit + : l'exemplaire est dédicacé par l'auteur!

        Et_puis_Paulette_de_B_CONSTANTINE 

2) une BD Confessions d'une GLITTER Addict de Diglee aux éditions Marabout (coll. MARAbulles ; 2012 ; non paginé). • ma chronique

     confessions_d_une_glitter_addict_diglee_6

 

Dis, comment qu'on fait pour participer?

Il faut tout simplement laisser un joli commentaire en bas de l'article ou envoyer un e-mail à eloobooks[at]gmail.com avec :

1. le nom du livre que tu souhaites gagner (ça peut être les 2, petit gourmand!)
En option :
2. ton pseudo facebook/twitter/livraddict ; si tu me suis ce sera une chance supplémentaire de gagner (à chaque fois)
3. ta page facebook si tu me suis avec et/ou si tu as fais de la promo' pour ce concours = une chance supplémentaire de gagner (à chaque fois)
-> T'inquiètes pas, si tu viens régulièrement sur ce blog et que tu y as déjà laissé une trace (commentaires), tu auras aussi une chance supplémentaire de remporter un lot (mais pour ça, j'suis seule juge héhé!)...

Soyez clair & précis pour qu'il n'y ait pas de ratés de ma part, et n'hésitez pas à vérifier que votre participation a bien été prise en compte (retour de commentaire ou d'e-mail).

Ce concours est ouvert à tous les résidents de France métropolitaine (je sais, c'est pas juste, mais je ne peux pas faire autrement...)
Les noms des 2 gagnants seront dévoilés sur le blog en temps et en heure. Ces derniers seront également recontactés par e-mail (donc gare aux fautes lors de votre "inscription" par commentaire!)

Bonne chance! :)

INSCRIPTIONS CLOSES!

 

© Eloo 08/2012

Posté par Eloo aime lire à 00:00 - - Commentaires [27] - Permalien [#]
Tags :

31 juillet 2012

Éloge de la cellulite et autres disgrâces de Dominique DYENS

eloge de la cellulite

♠ Éloge de la cellulite et autres disgrâces de Dominique DYENS
Editions Héloïse d'Ormesson. 2006. 171 p.

Nouvelles caustiques
Faut-il dégraisser les femmes comme les entreprises?

 

4ème de couverture :

      "Que penser d'une société de laquelle toute femme qui ne serait pas liftée, siliconée, botoxée serait bannie, réduite à la clandestinité ; où les hommes hantés par le spectre du chômage troqueraient leurs épouses contre un emploi ; où l'implantation à l'échelle nationale de Maisons Closes pour Femmes Respectables sauverait l'économie française du marasme?
Cauchemar, hypothèse loufoque, Dominique Dyens observe avec esprit ce monde gouverné par l'apparence et les régimes. Provocatrice et drôle, elle plaide pour les rondeurs et la revanche des ménagères. Entre conte surréaliste et fable contemporaine, ses histoires caustiques renouent avec l'écriture acérée des romancières anglaises.

Un Eloge qui tient la ligne et traite le mal par le rire."

 

Mon Avis : ♥ ♥

J'ai passé un agréable moment de lecture avec ce recueil de nouvelles écrit par Dominique Dyens ; ce n'était pourtant pas couru d'avance car ce genre littéraire n'est pas franchement ma tasse de thé. Je finis toujours une nouvelle avec un arrière goût d'inachevé sous la langue, et une belle frustration du même coup. Les sept histoires d'Eloge de la cellulite et autres disgrâces font exception, elles me semblent toutes être d'une longueur idéale. L'auteur n'oublie pas que le lecteur est souvent friand de détails, mais elle n'en fait pas trop non plus.

Le résumé présente parfaitement le contenu du livre : c'est grinçant et caustique, un brin caricatural mais aussi avec un fond de vérité (au secours!). Si certaines nouvelles nous présentent le pire, d'autres reflètent la réalité parfois triste de nos vies. Et toujours des femmes qui cherchent leur place dans la société...

Bien que ce recueil de nouvelles ne soit pas un coup de coeur, je ne peux qu'inciter les personnes qui portent un intérêt à Eloge de la cellulite et autres disgrâces à se lancer dans cette lecture. C'est bien écrit, c'est plein d'humour et ça se lit très vite!

 

 © Eloo 07/2012

Posté par Eloo aime lire à 12:49 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,


24 juillet 2012

Et puis, Paulette... de Barbara CONSTANTINE

Et-puis-Paulette-de-B-CONSTANTINE

♠ Et puis, Paulette... de Barbara CONSTANTINE

Edition Calmann-Lévy. 2012. 312 p.

 

4ème de couverture :

      "Ferdinand vit seul dans sa grande ferme vide. Et ça ne le rend pas franchement joyeux. Un jour, après un violent orage, il passe chez sa voisine avec ses petits-fils et découvre que son toit est sur le point de s’effondrer. À l’évidence, elle n’a nulle part où aller. Très naturellement, les Lulus (6 et 8 ans) lui suggèrent de l’inviter à la ferme. L’idée le fait sourire. Mais ce n’est pas si simple, certaines choses se font, d’autres pas… 
Après une longue nuit de réflexion, il finit tout de même par aller la chercher. 
De fil en aiguille, la ferme va se remplir, s’agiter, recommencer à fonctionner. Un ami d’enfance devenu veuf, deux très vieilles dames affolées, des étudiants un peu paumés, un amour naissant, des animaux. Et puis, Paulette…"

Mon Avis : ♥ ♥ ♥

Il n'y a bien que les hommes seuls qui connaissent le prix de la solitude. C'est à partir de cette constatation que reposent les fondations du roman de Barbara Constantine, Et puis, Paulette... Un homme seul décide d'héberger une femme dans le besoin, puis un homme veuf depuis peu, puis deux autres vieilles femmes... Et puis ça continue comme ça et on se dit que le défilé ne va jamais s'arrêter! Mais qu'importe, la maison est grande et le bruit c'est la vie!

Le moins que l'on puisse dire est que ce roman possède un trop-plein d'optimisme! Autant de solidarité, c'est plutôt rare d'en voir et d'en vivre dans la réalité. Et puis, Paulette... est plein de bons sentiments, mais c'est surtout un roman qui nous ramène aux justes valeurs. Il nous rappelle notamment que même si la vie n'est pas toujours belle, il est toujours possible de s'en sortir quand on s'y met à plusieurs...

Et parce que nous vivons dans une société vieillissante, ce livre est également un souffle de fraicheur qui nous chuchote au creux de l'oreille que les personnes âgées, ok elles sont pas toujours faciles, mais elles ne doivent pas non plus être considérés comme un "poids morts" par les moins vieux... A mon sens, c'est une bien jolie philosophie!

L'écriture de Barbara Constantine est spontanée et tout à fait adéquate à ce type d'histoires qu'elle veut nous raconter... J'aime beaucoup!
Je ne peux que conseiller cette lecture à chacune & chacun!

 

© Eloo 07/2012

Posté par Eloo aime lire à 21:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

07 juillet 2012

Entre Dieu et moi, c'est fini de Katarina MAZETTI

entre-dieu-et-moi-cest-fini

♠ Entre Dieu et moi, c'est fini de Katarina MAZETTI
Editions Actes Sud - Coll. Babel. 2011. 136 p.

 

4ème de couverture :

      "Linnea a quinze ans, plein de complexes et pas mal de questions qui lui trottent dans la tête. La seule qui la comprenait, c’était Pia, son amie pour la vie… enfin, pour cent vingt jours, “sans compter les week-ends”, Linnea a fait le calcul une fois. Depuis que Pia est morte.
Avec Pia, elle pouvait parler de tout : de l’amour, de la mode, du beau Markus dont toutes les filles rêvent, de son père qu’elle voit deux fois par an, de sa mère qui s'engueule avec son nouveau jules, et même de Dieu. Seulement voilà, Pia n’est plus là. Alors pour ne pas se laisser aller à la tristesse ou à la colère, Linnea se souvient.
C'est avec une verve aussi tendre qu'hilarante que Katarina Mazetti incarne une adolescente bravache, curieuse et paumée, qui parle aux murs pour ne  se confier à personne. Formidable roman sur l'amitié et les tourments adolescents, Entre Dieu et moi, c'est fini est suivi de deux autres volumes consacrés à Linnea, bientôt disponibles en collection Babel." (note : ils sont déjà disponibles)

 

Mon Avis : ♥         / spoils \

Cette chronique va être relativement  succincte car je ne sais pas trop quoi penser de ce roman à destination des ados. Je ne peux pas dire que je n'ai pas aimé car il y a de bons éléments, mais je ne peux pas non plus dire que j'ai particulièrement accroché. Pour commencer, il y a eu cette sorte de "faux départ" : il m'a fallu quasiment 1/3 du livre pour entrer dans l'histoire et tenter d'apprivoiser Linnea. Dommage quand on compte le nombre de pages que contient Entre Dieu et moi, c'est fini (136)...

Jusqu'à la fin, j'ai eu très envie d'être touché par les personnages de Linnea et de Pia. Malheureusement, je me suis sentie juqu'au bout loin de leur univers. Elles sont dans leurs délires de copines et je n'ai pas réussi à m'y intégrer (j'ai quitté le lycée il y a 5 ans et c'est peut-être plus loin que je ne le pensais!).
Pia est un personnage complexe. On sent qu'elle déraille un peu, mais il est difficile d'y voir un symptôme de dépression, cela peut aussi être interprêté comme un simple jeu entre elle et Linnea. En tout cas, je n'ai pas trouvé la différence transcendante. De plus, il manque pour moi quelque chose d'essentiel à ce roman : une explication. L'auteur a pris le parti de laisser la narration à Linnea, du coup nous ne savons que ce que la jeune fille sait ou veut bien nous dire. J'aurais aimé connaître les raisons de la dépression de Pia, qui la pousse quand même jusqu'au suicide.

Pour conclure avec le style d'écriture, je l'ai trouvé agréable - quoique diffus (ce n'est pas parce que Linnea est une ado qu'elle doit posséder des pensées désordonnées!) - mais il ne se différencie pas forcément d'un autre.

J'aurais vraiment aimé vivre une belle rencontre avec Linnea... C'est ce qu'on appelle un rendez-vous manqué.

 

© Eloo 07/2012 

Posté par Eloo aime lire à 09:27 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

04 juillet 2012

ElooBooks prend son envol...!

     Je me suis enfin décidée à apprivoiser le piou-piou le plus célèbre du web... On verra ce que ça donne!

Avis donc aux pious-addict -> Clic, clic, clic (sur le piou que tu préfères!) (Ca me fera plaisir!)


twitter piou piou

 Sus aux pious!

 

 

Bien sûr, vous pouvez toujours me retrouver sur ...    

 ElooBooks

Posté par Eloo aime lire à 19:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Hunger Games (t.3) : La Révolte de Suzanne COLLINS

Hunger-Games-la-revolte-de-Suzanne-Collins_m

♠ Hunger Games (t.2) : La Révolte de Suzanne COLLINS
Edition Pocket Jeunesse. 2011. 417 p.

 

4ème de couverture :

      "Contre toute attente, Katniss a survécu une seconde fois aux Hunger Games. Mais le Capitole crie vengeance. Katniss doit payer les humiliations qu'elle lui a fait subir. Et le président Snow a été très clair : Katniss n'est pas la seule à risquer sa vie. Sa famille, ses amis et tous les anciens du district Douze sont visés par la colère sanglante du pouvoir. Pour sauver les siens, Katniss doit revenir le geai moqueur, le symbole de la rébellion. Quel que soit le prix à payer."

 

Mon Avis : ♥ ♥ ♥

En conclusion de ma chronique pour le tome 2, Hunger Games : L'Embrasement, je vous disais mon espoir de lire un dernier tome qui tienne les promesses de cette saga et qui nous offre un feu d'artifice final. Et bien oui, le pari est tenu par son auteur Suzanne Collins (ouf!).Ce roman est difficile, quelques fois trash, mais on ne peut imaginer une révolte menant à une guerre sans dommages collatéraux. Les pertes tout au long du roman nous atteignent et rendent parfois la lecture laborieuse, mais sans cela, le roman aurait perdu en crédibilité.

J'ai remarqué une évolution des personnages qui m'a plue : ils ont gagné en maturité (guerre oblige). Nous apprenons enfin à mieux connaître Gale & Prim qui sont plus présents, et Katniss ne m'a pas tapé sur le système, ce qui est une première. Elle a même réussi à me toucher à la fin du roman. Néanmoins depuis le début de la saga, je reste une fidèle fervente au personnage de Peeta qui me file toujours autant des frissons.

Concernant le triangle amoureux, j'ai trouvé appréciable que Suzanne Collins ne se contente pas de le faire vivre mais qu'elle le tourne carrément en dérision. Cela ne transparaît véritablement que dans ce tome-ci ; peut-être parce que les principaux acteurs - Gale & Peeta - se sont lassés à juste titre de la situation. Ceci dit, j'aurais aimé que Katniss fasse un choix, au lieu de ça il s'impose de lui-même (mais je n'en dis pas plus).

Hunger Games nous donne évidemment à réfléchir, avec en point de mire les situations politique & économique des districts asservis par le Capitole. Suzanne Collins lance des pistes sur des sujets aussi vastes qu'universels, comme la guerre/la paix, le totalitarisme/la démocratie, l'asservissement/la liberté, mais sans donner aucune leçon ni conclusion. A nous d'y réfléchir ou de se laisser porter par l'histoire, au choix.

Cette saga tient la route jusqu'au bout : le final est pour moi à la hauteur de l'histoire. Bravo à Suzanne Collins pour ce monde futuriste qu'elle a créé sans jamais le laisser lui échapper. A présent, je peux enfin tranquillement regarder l'adaptation cinématographique!

  Je conseille ce livre à partir de 12 ans. 

 

hunger games le film

"sureau mortel" (p. 279) : j'ai envie d'y voir un clin d'oeil à Harry Potter.

 

© Eloo 07/2012  

 

Posté par Eloo aime lire à 07:30 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

28 juin 2012

La Page blanche de BOULET & Pénélope BAGIEU

la-page-blanche-article

♠ La Page blanche de BOULET (scénario) & Pénélope BAGIEU (dessin)
Edition Delcourt - Coll. Mirages. 2012. 200 p.

 

4ème de couverture :

     "Je pleurais... Je venais chercher quelque chose?... Rencontrer quelqu'un?... Pourquoi hier? Je suis QUI, moi?"

Une jeune femme se réveille dans Paris. Elle ne se souvient ni de son nom, ni de ce qui l'a amenée là. Son passé a disparu. Avec humour et sensibilité, Pénélope Bagieu et Boulet raconte sa quête d'identité."

 

Mon Avis : ♥ ♥

Le syndrome de la page blanche désigne, chez un écrivain, la difficulté parfois rencontrée pour trouver l'inspiration et la créativité au moment d'entamer ou de continuer une oeuvre (source : Wikipédia). A priori, ce phénomène ne s'est pas appliqué à Boulet qui a écrit le scénario de cette BD one-shot avec beaucoup d'inspiration.

Quant au personnage principal - Eloïse -, elle n'est pas écrivain, mais le livre de sa vie commence effectivement par une page blanche. Cette jeune femme sort un jour d'une espèce de léthargie, assise sur un banc, et ne se rappelle plus de rien, ni de son histoire passée, ni même de son nom! Commence alors une drôle de enquête pour se rappeler qui elle est... J'ai trouvé Eloïse très touchante, et parfois drôle quand elle imagine plusieurs scénarios sur ce qu'il y a bien pu se passer ou sur ce qui est sur le point de lui arriver.

Pénélope Bagieu est pour beaucoup la cause de mon attachement à ce personnage ; son trait de crayon que je connaissais déjà grâce à son Blog est simple et efficace. J'aime beaucoup ce style sans fioriture que l'on retrouve chez plusieurs autres illustrateurs de BD girly actuels qui ont conquis la blogosphère.

Je dois avouer que si j'ai été conquise par cette BD dès le départ, j'ai été un peu surprise par sa fin. Je ne dirais pas que je suis déçue, mais disons que je m'attendais à quelque chose de plus abouti. J'ai d'abord pensé que finalement ça ne cassait pas trois pattes à un canard, mais après réflexion, je me dis que cette conclusion n'est pas non plus si mauvaise que ça. On adhère ou pas, mais malgré tout, il est clair pour moi que Boulet n'a pas versé vers la facilité.

En conclusion, c'est une lecture sympathique qui n'est pas inoubliable mais avec laquelle on passe un bon moment.

   

© Eloo 06/2012 

Posté par Eloo aime lire à 07:36 - - Commentaires [5] - Permalien [#]