16 janvier 2011

Les Chevaliers d'Emeraude d'Anne ROBILLARD

chevaliersemeraude1 emeraude_tome_2 leschevaliersdemeraude3 chevaliertome4 


Les Chevaliers d'Émeraude (12 t. - série terminée)
d'Anne ROBILLARD
Édition Michel Lafon
FANTASY -> High Fantasy

Le feu dans le ciel (t.1) ; Les dragons de l'empereur noir (t.2) ; Piège au royaume des ombres (t.3) ; La princesse rebelle (t.4) ; L'île des lézard (t.5) ; Le journal d'Onyx (t.6) ; L'enlèvement (t.7) ; Les dieux déchus (t.8) ; L'héritage de Danalieth (t.9) ; Représailles (t.10) ; La justice céleste (t.11) ; Irianeth (t.12).


Mon avis :


      Les Chevaliers d'Émeraude est une longue saga en 12 tomes, et pour que cela soit plus simple pour moi et plus compréhensible pour vous, je vais vous donner mon avis en utilisant une très vieille méthode : les + et les -! Pardonnez-moi donc s'il y a un manque d'effort au niveau de ma prose cette fois-ci!

Petite alternance de + et de - qui vont plus ou moins ensemble (je commence par le + car je suis de nature positive et optimiste!) :

Le + : Les Chevaliers d'Émeraude est une saga complexe et fouillée, on remarque clairement le sens du détail de l'auteur.
Le - : J'ai parfois trouvé que les dénouements étaient un peu faciles, tirés par les cheveux. Dès qu'une situation s'enlise et stagne, l'auteur apporte des solutions qui arrivent de nul part, qui tombent du ciel pour ainsi dire. Ça l'a "sauvait" et lui permettait de continuer son histoire, moi ça ne m'a pas convaincu.

Le + : Beaucoup de tomes et du temps qui passe entre les parutions, heureusement l'éditeur a eu la bonne idée de mettre un résumé de l'histoire passée au début de chacun des livres. Je vous jure, ça aide!
Le - : L'attente entre la parution de chaque tome ainsi que le nombre de tomes lui même m'a démotivé petit à petit, pour faire simple, je me suis essoufflée. Était-il indispensable d'écrire l'histoire en 12 tomes? Je ne pense pas. A mon sens, l'auteur pouvait dire tout ce qu'elle avait à dire en moins de lignes.

Le + : Certains personnages sont vraiment attachants. On prend plaisir à les suivre dans leur aventure et on a tendance à s'identifier à certains d'entre eux car ils ont chacun des traits de caractères différents (ce qui est leur force).
Le - : Trop de personnages. Pendant la lecture, on a tendance à se creuser les méninges et à se demander "c'est qui déjà celui-là?". Au début du livre, tous les Chevaliers sont listés mais je ne vois pas vraiment l'intérêt de les nommer alors que la plupart sont de simples figurants sur qui on ne sait rien de plus (cela dit, ils sont très utiles quand il faut quelques morts du côté des gentils, on ne s'est pas attaché à eux et l'auteur non plus).

 

les_chevaliers_d_meraude_5 les_chevaliers_d_meraude_6 emeraude7 leschevaliersdemeraude8

Le + : On a envie de connaître le dénouement (on sait que le grand méchant, Amecareth, doit être vaincu - 'faut que ça finisse bien quand même- mais on ne sait pas comment). Anne Robillard s'en sort pas mal côté suspense, j'avoue ne pas avoir deviner comment l'histoire allait se terminer.
Le - : Par contre, dans le même registre, j'ai trouvé énervant qu'elle use de "faux-suspense" relativement souvent. C'est du type : "Bidule ne s'était pas rendu compte que derrière lui, quelqu'un l'observait. C'est à ce moment-là que Bidule entendit un bruit, se retourna et attaqua son adversaire". Oui, ça m'a clairement agacée.

Le + : Cette saga est abordable, elle vise tous les publics. A mon avis, elle est idéale lorsque l'on ne connait pas trop la fantasy et que l'on a envie de se lancer.
Le - : J'ai malheureusement trouvé (et à mon grand regret) que l'auteur manquait cruellement de style. Les phrases, les mots, les expressions étaient dans leur plus simple appareil. Ça aurait pu être écrit de façon plus jolie.

Le + : De très belles couvertures qui donnent vraiment envie. Comme toutes celles de Michel Lafon!

Le - : Je m'attendais à une fin plus en apothéose, après 12 tomes d'attente. Dans ses remerciements, l'auteur annonce la suite de cette saga avec une nouvelle série "Les héritiers d'Enkidiev". C'est sûrement pour cette raison que tout n'est pas résolu à la fin d'Irianeth, le tome 12. Lire jusqu'au bout et ne pas avoir toutes les réponses : quelle déception! C'est une technique qui peut s'avérer efficace pour tenir ses lecteurs et lui proposer une nouvelle série, mais, par esprit de contradiction,  je ne sais pas si je répondrai présente!

En Conclusion : Peut-être plus de - que de +. Il n'empêche que je ne regrette pas d'avoir lu les Chevaliers d'Émeraude dans son intégralité. J'ai accroché dès le début, j'ai pris du plaisir à la lecture, j'ai eu envie de connaître la suite (comme quoi le manque de style n'est pas dramatique puisqu'il ne m'a pas empêcher de poursuivre ma lecture)... Et puis un petit dérapage, j'ai eu moins envie durant les 3 derniers tomes et je ne sais pas trop comment c'est arrivé. C'est tout de même une lecture que je conseille. Et puis je crois qu'il était important pour moi de dire les -  de cette série qui n'a pas besoin de justifier son succès. Il est mérité malgré tout!

 

les_chevaliers_d_meraude_9 Les_Chevaliers_d_Emeraude_tome_10 les_chevaliers_d_meraude_11 chevaliers_d_emeraude

Posté par Eloo aime lire à 19:05 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,


05 janvier 2011

Chester de Mélanie WATT

chester

 

 Chester de Mélanie WATT
(Euh non... Pardon... de Chester!)
Édition Bayard Jeunesse
2008

      Chester est un chat égocentrique et têtu qui refuse de laisser Mélanie raconter son histoire de souris. Ne se rend-elle pas compte que lui seul peut être le véritable héros de l'histoire?? Non, visiblement pas. Alors Chester prend les choses en main et décide d'agrémenter le texte de Mélanie de ses propres commentaires, avec son marqueur rouge, afin de voler la vedette à la souris. Attention! Mélanie a plus d'un tour dans son sac pour déjouer les plans de son chat, mais Chester aussi!

Un album original et très drôle!

Mon avis :

Posté par Eloo aime lire à 10:03 - - Commentaires [7] - Permalien [#]

24 décembre 2010

HO-HO-HO!


Joyeuses Fêtes les Gens!

 

Je vous laisse en compagnie de Sam, Johanna et les autres...

clique ici!




Bisous les ours!

Posté par Eloo aime lire à 11:23 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

Moi vivant, vous n'aurez jamais de pauses ou comment j'ai cru devenir libraire de Leslie PLEE

moi_vivant_vous_n_aurez_jamais_de_pauses

Moi vivant, vous n'aurez jamais de pauses ou comment j'ai cru devenir libraire
de Leslie PLEE
Edition Jean-Claude Gawsewitch
2009 - 95 p.

      Leslie Plée est une jeune femme pleine de vie et d'envies qui pense réaliser son rêve en devenant libraire. Engagée dans une grande surface de produits culturels - Cultura pour ne pas la citer -, elle va vite déchanter.
Dans sa BD, elle nous raconte ses mésaventures avec humour, voire même une pointe d'ironie. On la suit de l'ouverture du magasin (où il faut nettoyer les étagères avec du papier toilette) à sa démission. On y croise les chefs qui n'ont que le mot "rentabilité" à la bouche, le collègue lourd, et les clients aux demandes improbables (mais qui ne prennent rien au bout du compte, sinon ce serait trop facile).
Je conseille cette BD à tous. On pourrait croire aux premiers abords qu'elle ne touche que ceux qui travaillent dans le monde du livre, mais ce n'est pas le cas. Elle met en lumière une facette du monde du travail bien réel et qui existe dans tous les domaines professionnels.
Le trait est soigné, les dessins sont drôles et les critiques toujours sur un ton humoristique. L'auteure, Leslie Plée a bien raison, il vaut mieux en rire...

Mon avis :

 

-> Pour continuer à suivre les aventures de Leslie Plée, c'est par iCi!

Posté par Eloo aime lire à 11:19 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

07 décembre 2010

Adèle Mortadelle d'Audrey CALLEJA

ad_lemortadelle

Adèle Mortadelle d'Audrey CALLEJA
Édition l'Atelier du poisson soluble
2009

       Adèle vit avec sa maman, son papa et ses deux demi-sœurs qui la surnomment "Mortadelle" pour se  moquer un peu d'elle. Son papa rentre tard la nuit, ce qui énerve sa maman, puis un jour il ne rentre plus du tout. Il part avec les demi-sœurs et laisse un grand vide dans la maison et dans la vie d'Adèle. Sa maman va alors lui offrir un chat ; celui-ci ne comble pas l'absence de Papa mais il aide Adèle à se changer les idées et à rêver de choses qui ne font pas mal.


Mon avis :etoile_jaune


Adèle Mortadelle est un très bel album aux illustrations éclatées, comme la famille qui y est représentée. On y trouve de tout : des adultes dépassés et des enfants un peu perdus, de la joie et des rires, des peurs et des pleurs, de l'amour, beaucoup d'amour...

Cet album explique avec simplicité pourquoi une famille, aussi solide qu'un tronc soit-elle, peut soudain s'effriter et se séparer. Adèle nous montre alors qu'il faut continuer à grandir malgré tout, malgré les obstacles et les séparations. Car si elle apprend une chose la Mortadelle, c'est bien qu'il est toujours possible de se reconstruire et de continuer son bout de chemin, puisqu'après tout, rien n'est insurmontable.

Un vrai coup de cœur!

 

Blog d'Audrey Calleja (cliquez... vite!)

Posté par Eloo aime lire à 20:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


06 décembre 2010

...

"Ils se donnèrent la main en remontant à la surface. La main, c'est bien. Ça n'engage pas trop celui qui la donne et ça apaise beaucoup celui qui la reçoit..."

Extrait de Ensemble, c'est tout
Anna Gavalda

 

 

 

donner_la_main

Posté par Eloo aime lire à 16:44 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

03 décembre 2010

Lottie Biggs n'est presque pas cinglée de Hayley LONG

lottie_biggs_n_est_presque_pas_cingle_8646687

Lottie Biggs n'est presque pas cinglée de Hayley LONG
Édition Albin Michel - Coll. Bliss
2009 - 252 p.

      (Mot de l'éditeur)

Lottie a la réputation – méritée – d’être une fille excentrique. Aucun problème pour Lottie, du moment qu’elle peut profiter de son amitié indéfectible avec Goose… Ensemble, elles mangent des glaces au café du coin, traînent au magasin de chaussures où elles travaillent le samedi. Elles parlent aussi des garçons bien sûr, ou plutôt, d’un garçon : l’irrésistible Neil Adam, pour qui Goose a même écrit une chanson. Mais lorsque Lottie apprend que Goose sort avec Neil, elle devient très excessive. Pour Lottie désormais, tout est génial ou au contraire, rien ne va plus…


Mon avis : x


Je vais être honnête : je n'ai pas aimé. Comme la plupart des lecteurs, je m'attendais à une histoire plutôt drôle et pleine de fraîcheur, et je pensais qu'on allait me raconter les déboires amoureux d'une adolescente de 15 ans. La couverture est très belle (j'adore le travail de Pénélope Bagieu soit dit-en passant) mais elle induit incontestablement en erreur. Car ce n'est pas du tout une histoire légère.

Charlotte Beryl Biggs -Lottie pour les intimes- nous raconte sa vie par l'intermédiaire d'une rédaction qu'elle doit faire pour le collège. On va suivre ses excentricités, se demander au fil des pages ce qui lui arrive (car plus on lit, plus on se rend compte que quelque chose cloche), pour finalement finir par comprendre que Lottie souffre du trouble bipolaire (ou maniaco-dépression). On suit alors les étapes progressives vers son rétablissement.

Le thème de la dépression est rarement abordé dans les romans ados, et on ne peut donc que féliciter Hayley Long pour son initiative, d'autant plus que cette histoire est bien écrite et "interactive" (Lottie nous fait profiter de ses dessins dans les marges, elle écrit "à la main" lorsqu'on lui confisque son ordinateur, etc.).

Le fait que le trouble mental soit le thème central du livre et qu'il mette autant de temps à s'installer dans l'histoire m'a beaucoup gêné. En fait, au début, je ne voyais pas trop où l'auteur voulait en venir. Lottie nous raconte sa vie dans les moindres détails -presque heure par heure-, détails que j'ai trouvé parfois insignifiants et sans intérêts et qui ont fait que je me suis ennuyée ferme une bonne partie du roman. Peut-être que cette première partie était indispensable pour ensuite aborder la maladie de Lottie (après tout, je ne suis pas une experte dans ce domaine, loin de là), mais j'ai vraiment pensé à abandonner ma lecture. Finalement, je me suis accrochée jusqu'au bout car j'avais lu de belles critiques sur la blogosphère et parce que je savais que le thème de la dépression devait y être abordé.

Après avoir lu la dernière page, je me suis posée les questions  suivantes :
Est-ce qu'un ado va avoir suffisement de patience pour lire jusque là? Jusqu'à ce qu'on entre enfin dans le vif du sujet? 
Ne va t-il pas laisser le livre de côté quand il se rendra compte que l'histoire drôle et légère qu'il pensait lire n'en est pas une?
Va t-il réellement comprendre le mal dont souffre Lottie et s'y intéresser?
Ce sont des questions que je laisse en suspense, je n'ai pas la prétention d'en connaître les réponses...

Je ne regrette pas d'avoir lu ce livre. Je pense qu'il peut être intéressant de le faire lire à quelqu'un qui souffre de cette maladie, ainsi qu'à son entourage. C'est clair, ça aide à comprendre.
Peut-être que je n'étais pas dans le bon état d'esprit pour lire ce roman. Pour l'instant, je n'ai pas vraiment envie de commencer le tome 2, Lottie Biggs n'est presque pas désespérée. Plus tard peut-être...


Chez Clarabel, Faelys, Radicale et Savon... (si vous voulez aussi votre lien, n'hésitez pas à vous manifester - à cor et à cri s'il le faut ;-) - ...)

Posté par Eloo aime lire à 11:20 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :

21 novembre 2010

Sambre d'YSLAIRE

sambre1 Yslaire_Sambre4w

Sambre (5 t. - série terminée) d'YSLAIRE (Scénario et Dessin)
(avec la participation de Balac aux scénarios des deux premiers tomes)
Édition Glénat

- Plus ne m'est rien...
- Je sais que tu viendras
- Révolution, révolution...
- Faut-il que nous mourions ensemble?
- Maudit soit le fruit de ses entrailles

      Nous sommes ici spectateur d’une histoire d’amour impossible, celle de Bernard et de Julie, sur un fond historique pesant, celui de la France du 19ème siècle et de la Révolution française de 1848 (sous le règne de Louis Philippe, 2ème révolution qui met fin à la Monarchie de Juillet). L’atmosphère de cette BD est particulière, presque oppressante : des secrets de familles enfouis, des personnages névrosés, une passion dévorante… Et deux couleurs très présentes, choisies avec soin pour accentuer le tout : le rouge et le noir. Ils représentent le sang ainsi que la noirceur de l’âme des personnages, ils font un clin d’œil à l’œuvre de Stendhal Le rouge et le noir, ils sont représentatifs de la révolution, et ils font monter l’angoisse chez le lecteur (avec des couleurs pareilles, on se dit que cela ne peut que finir mal et c’est bien évidemment le cas).

La Liberté est un personnage central dans la saga Sambre et on ressent combien cette notion est chère à Yslaire. Il l’aborde de différentes manières :

    - en faisant un clin d’œil au célèbre tableau de Delacroix la « Liberté guidant le peuple »,

    - en reposant son intrigue sur une théorie d’une classification des êtres humains en fonction de leurs couleurs des yeux (non sans rappeler une autre célèbre classification, du temps des nazies) et qui empêche donc d’avoir la moindre liberté,

    - en permettant à Julie de représenter sa conception de la liberté.

Le dernier tome de cette saga familiale s’éloigne des précédents car il n’aborde plus le thème de l’amour impossible entre Bernard et Julie (ce qui est un peu déroutant les premières pages). Il aborde plutôt la quête d’identité de leur enfant, Bernard-Marie, qui ne les a pas connus. Il est élevé par sa tante aveugle qui veut se substituer à ses parents et qui ignore ses questions sur ses origines.

 

Mon avis :

Contrairement à la majorité des lecteurs de Sambre, je n’irai pas jusqu’à dire que cette BD, qui entre parfaitement dans le mouvement de Romantisme, est un chef d’œuvre. Néanmoins, il faut bien avouer que les dessins sont magnifiques et le scénario prenant. C’est à voir, à lire et à apprécier !

Dans le top 100 des indispensables BD, Sambre se trouve à la 44ème position.

 

sambre_2

Posté par Eloo aime lire à 18:34 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

15 novembre 2010

A l'aide! de Heinz JANISCH et Philippe GOOSSENS

__l_aide_

A l'aide! de Heinz JANISCH (aut.) et de Philippe GOOSSENS (ill.)
Edition Nord-Sud
2005

      A qui ce n'est jamais arrivé d'être au toilette et... Oh malheur! il n'y a plus de papier!!
... Bande de petits menteur, je sais que ça vous est déjà à tous arrivé au moins une fois ; et à Chloé aussi! Alors en attendant que sa maman lui apporte un nouveau rouleau, elle s'imagine comment font les autres quand ils se retrouvent eux aussi en panne de papier toilette! Les autres? Ce sont les dragons, les souris, les kangourous, ou encore les dromadaires... Et si, au bout de sa rêverie, ce n'était pas sa maman qui lui apportait le précieux papier?
Les dessins sont simples mais l'histoire est drôle et pleine de tendresse...
Album à laisser dans un coin des toilettes... Au cas où! :D

Mon avis :

 

__l_aide_0002

Posté par Eloo aime lire à 10:43 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

...

"Ils s'étreignirent, et toute leur rancune se fondit comme une neige sous la chaleur de ce baiser."

Extrait de Madame Bovary
Gustave Flaubert



doisneau_robert_le_baiser_de_l_hotel_de_ville_paris_1950

Le baiser de l'Hôtel de Ville, Paris, 1950.
Robert DOISNEAU, photogr.

Posté par Eloo aime lire à 10:17 - - Commentaires [1] - Permalien [#]