13 mai 2018

Mes Lectures • Avril 2018

 

Le mois d'avril a été parsemé de très jolies lectures. Je ne leur rends malheureusement pas justice ci-dessous, car faute de temps, je vous ai écrit des avis très succincts. Je vous invite donc vraiment à aller regarder ma vidéo qui se trouve en bas de cet article : j'y ai beaucoup plus développé mon ressenti.

 

J'ai lu... Le Liseur du 6h27.

IMG_2674

Quel plaisir cela m'a procuré de lire ce roman! L'auteur se sert d'une machine qui détruit les livres pour clamer tout l'amour qu'il leur porte... Il fallait y penser! Les personnages principaux sont terriblement attachants, et même si la bêtise humaine est parfois mise en avant, c'est une histoire extrêmement bienveillante que nous avons entre les mains. Je suis persuadée que Le Liseur du 6h27 plaira à tous les amoureux des livres.

Le Liseur du 6h27 / Jean-Paul Didierlaurent. Editions Au Diable Vauvert. 2014. 217 p.

 

J'ai lu... Chaussette.

IMG_2682

J'ai lu cette bande-dessinée sur un coup de tête et d'une traite. C'est une jolie histoire qui met en avant l'intergénération et qui est racontée avec beaucoup de douceur (aussi bien dans les textes que dans les images). Le plus? Le petit corgi, mon chien préféré... Je conseille cette lecture aux petits et aux grands.

Chaussette / Loïc Clément & Anne Montel. Editions Delcourt. 2017. 31 p.

 

J'ai lu... Comme par magie.

IMG_2700

J'ai la nette impression que c'est ce livre qui est venu à moi et non l'inverse ; il porte donc bien son nom. Comme par magie s'apparente à un livre de développement personnel, mais à mon avis il est bien plus que ça. Il parle de la Créativité et de l'Inspiration. Et il a été un véritable moteur pour moi, car je sais désormais que je suis la bonne voie dans mon processus d'écriture.

Comme par magie / Elizabeth Gilbert. Editions Calmann-Lévy. 2015. 313 p.

  

J'ai lu... La Petite boulangerie du bout du monde.

IMG_2708

Ce roman est une petite douceur qui fait du bien au moral. J'ai parfois trouvé l'écriture un peu maladroite et certaines péripéties sont quelques fois grotesques, mais tout est vite oublié grâce à l'histoire contée qui est si touchante. Big up à Neil évidemment, quel champion!

Lorsque j'ai commencé ma lecture, j'ignorais qu'il existait une suite. Ma curiosité me poussera peut-être à la découvrir, mais sachez toutefois que ce roman offre une vraie fin et se suffit donc à lui-même.

La Petite boulangerie du bout du monde / Jenny Colgan. Editions Pocket. 2015. 495 p.

 

☆ Le récap' en vidéo ☆

© Eloo 05/2018


22 avril 2018

Mes Lectures • Mars 2018

 

Ce mois de mars m'a offert des moments d'émotions intenses, notamment avec le roman Ces rêves qu'on piétine qui m'a marqué à jamais. Dans l'ensemble, je suis ravie des lectures que j'ai pu faire pendant ces trente et un jours, même si je me suis régulièrement laissée distraire par des sessions de jeux en ligne et par des soirées films. Mais ainsi va la vie!

 

J'ai lu... Les Passants de Lisbonne.

IMG_2485

J'ai lu ce roman dans le cadre d'un club des lecteurs organisé à la médiathèque où je travaille. Une lectrice en a parlé avec tant de joie et d'émotion dans la voix que j'ai eu envie de le lire moi aussi. Les Passants de Lisbonne est un roman qui parle d'amour et de deuil. Il est tout à la fois triste et beau. 

Je cite : "Parler de lui au présent, c'était le ranger encore du côté des vivants. Et s'il était vivant, alors je n'étais pas tout à fait morte."

J'ai pris beaucoup de recul en lisant ce livre, j'ai observé les deux personnages de loin, comme s'il était nécessaire que je me protège. Ceci étant dit, Les Passant de Lisbonne m'a offert un moment suspendu dans le temps, une petite parenthèse dans ma vie de lectrice. La plume de Philippe Besson est si belle qu'elle réchauffe les coeurs, même lorsque certains passages décrits sont douloureux. J'espère vraiment avoir l'occasion de lire d'autres romans de cet auteur.

Les Passants de Lisbonne / Philippe Besson. Editions Julliard. 2016. 192 p.

 

J'ai lu... Ces rêves qu'on piétine.

IMG_2496

Ces rêves qu'on piétine est un roman passionnant sur la Seconde guerre mondiale. Il a aussi été un choc. Une claque. Peut-être bien les deux. J'ai eu le coeur au bord des lèvres et des larmes au coin des yeux à la lecture d'un chapitre tout particulier, que je tairai pour ne rien vous dévoiler.

J'ai parfois l'impression de me faire du mal, mais en même temps, je ressens toujours le besoin de lire, encore et encore, des romans sur cette période historique. Parmi tous ceux que j'ai pu lire, celui-ci sort vraiment du lot et je vous le conseille évidemment. Il est dur, poignant, incompréhensible parfois, mais nécessaire.

On entre dans l'intimité de Magda Goebbels, et elle nous partage ses états d'âme. Elle a l'air si humaine... Mais si c'était réellement le cas, comment a t-elle pu sacrifier ainsi ses enfants? Incompréhensible, vous dis-je. Ces rêves qu'on piétine n'apporte pas vraiment de réponse à cela, mais rien que pour avancer main dans la main avec la petite Ava durantt les derniers jours avant l'effondrement du IIIe Reich, ce livre vaut la peine d'être lu.

Ces rêves qu'on piétine / Sébastien Spitzer. Editions de l'Observatoire. 2017. 304 p.

 

J'ai lu... Ourse & Lapin, drôle de rencontre + Ourse & Lapin, un intrus dans la vallée.

IMG_2526

En ce moment, j'ai un truc avec les romans première lecture aux couvertures colorées et sur lesquelles se trouve une bouille d'ours trop mignonne. En janvier, je vous avais présenté Björn (<3) et aujourd'hui je vous parle d'Ourse et de Lapin. J'ai beaucoup aimé les illustrations intérieures de Jim Field, aux tons gris coupés par une seule autre couleur (bleue pour le titre en hiver, verte pour le titre au printemps). Les textes signés par Julian Gough n'ont toutefois pas été aussi drôles que ce dont je m'attendais. Ils manquaient par ailleurs de fluidité : trop d'explications sont données à mon goût, tout au long de l'histoire. Reste à tester avec des enfants bien sûr! Mais en ce qui me concerne, Björn n'a pas été détrôné ;)

Ourse & Lapin, drôle de rencontre / Julian Gough & Jim Field. Editions Flammarion. 2017. 100 p.
Ourse & Lapin, un intrus dans la vallée / Julian Gough & Jim Field. Editions Flammarion. 2017. 94 p.

 

J'ai lu... L'Art de la joie.

IMG_2596

L'Art de la joie est un classique de la littérature italienne que j’ai reçu dans une box Exploratology et que j'ai lu en lecture commune avec Lolita. Pour tout vous avouer, j’ai trouvé ce roman à la fois ennuyant, dérangeant et passionnant. Tout au long de ma lecture, j’ai été partagée entre le sentiment de perdre mon temps et l’envie de poursuivre malgré tout. En bref, L'Art de la joie est une énigme pour moi.

Dans cette histoire nous rencontrons Modesta, elle est née le 01 janvier 1900 et nous traversons ensuite le 20e siècle à son côté. J'ai trouvé le démarrage difficile parce que l'écriture était confuse et bourrée de répétitions. Peut-être l'auteur a t-elle voulu retranscrire ainsi les paroles d'une enfant entre 5 et 9 ans? Cela s'améliore par la suite, mais lorsque l'auteur nous partage les pensées de Modesta, ce n'est jamais simple de la suivre dans ses raisonnements.

Certains passages m'ont profondément ennuyé et je ne sais toujours pas à quoi ils ont bien pu servir. A contrario, lorsque l'on aborde les sujets de l'émancipation de la femme et de la libération sexuelle à travers ce personnage principal féminin indépendant, éduqué et libre dans ses choix, c'est tout à fait passionnant! Dommage que Modesta soit si antipathique, il ne m'a vraiment pas été possible de m'identifier à elle.

Je pense que je suis capable de lister encore un grand nombre de points négatifs, mais si je conclus en donnant un avis global, il sera positif. C'est à n'y rien comprendre. Ceci étant dit, je pense pouvoir affirmer sans me tromper que je ne lirai pas d'autres livres de cet auteur... Et que je ne relirais pas non plus celui-ci. Il m'a néanmoins permis de sortir de ma zone de confort et de vivre une expérience différente de lecture.

L'Art de la joie / Goliarda Sapienza. Editions Le Tripode. 2016. 797 p.

 

☆ Le récap' en vidéo ☆

© Eloo 04/2018

25 mars 2018

Mes Lectures • Février 2018

 

Petit mois de février, par son nombre de jours et de lectures. Nous sommes partis une semaine en vacances d'hiver et j'ai laissé de la place dans ma valise, non pas pour emmener un roman, mais pour emmener tout mon fourbi de petite écrivaine en herbe. J'ai en effet décidé de mettre à profit ces quelques jours de repos pour mettre des mots sur une histoire qui me trotte dans la tête depuis des mois. 8482 mots. C'est un début à la fois timide et encourageant. Depuis mon retour, j'ai laissé le tout reposer un peu. A moi de trouver l'énergie d'y revenir, de poursuivre et d'étoffer.

 

J'ai lu... Monet, nomade de la lumière.

IMG_2361

Ce roman graphique m'a permis de découvrir la vie de mon peintre préféré. J'ai trouvé passionnant de suivre les étapes de sa recherche artistique, son trait de plus en plus assuré, les couleurs qui donnent tout leur sens à ses tableaux, son talent qui se révèle comme une évidence malgré les refus consécutifs de ses oeuvres au Salon. Sa vie privée est également développée dans cette BD mais c'est un pan de son histoire que j'aurais aimé ne pas connaître finalement. Il met en lumière la part d'ombre d'un homme tout à son art, égoïste, qui peine à prendre soin de sa famille. Ils vivent tous très longtemps dans la pauvreté, jusqu'à leur arrivée à Giverny... Ce village où Claude Monet passe ses dernières années à peindre dans son jardin, à l'ombre de sa maison et près de son célèbre étang aux nymphéas.

Désormais j'ai envie d'en savoir plus sur l'Impressionnisme, alors j'ai retenu certaines références proposées en fin d'ouvrage, et notamment celle d'un essai s'intitulant Histoire de l'impressionnisme, écrit par John Rewald. J'ai hâte de le potasser!

En guise de conclusion, je souhaite faire une mention spéciale au dessinateur de la bande-dessinée Efa qui a su imprégner à la perfection ses planches des plus grandes toiles impressionnistes.

Monet, nomade de la lumière / Salva Rubio & Efa. Éditions Le Lombard. 2017. 111 p. 

 

J'ai lu... Phobos, Il est trop tard pour renoncer. 

IMG_2402

J'ai avancé dans cette suite de saga en lisant ce troisième tome ; encore un dernier livre et je connaîtrai le point final de cette histoire. Malgré quelques longueurs au début, j'ai beaucoup aimé ce roman que j'ai trouvé bien meilleur que le tome 2! (mon avis ici) L'auteur nous propose de nombreux retournements de situation et un beau suspense. Je crois que cette trilogie pourrait se suffire à elle-même, néanmoins j'ai hâte de lire le quatrième et dernier tome car j'ai la sensation que Victor Dixen a encore des choses à nous raconter...

Phobos, Il est trop tard pour renoncer / Victor Dixen. Éditions Robert Laffont (collection R). 2016. 619 p.

 

J'ai lu... La Mort dans les nuages.

IMG_2346

Je poursuis ma découverte des enquêtes d'Hercule Poirot, avec La Mort dans les nuages. Comme pour chacun de ses romans, Agatha Christie lui a trouvé un petit truc en plus qui le différencie des autres. Ici, l'originalité réside dans le fait que le fameux détective belge est le premier suspect! Évidemment, il aura alors à coeur de découvrir l'identité du véritable coupable. Le meurtre a lieu dans un avion, et moi qui apprécie les huit-clos, j'ai été presque déçue que l'enquête n'ait pas lieu dans les airs. Mais non, l'avion atterrit et tous les passagers - suspects forcément! - peuvent vaquer à leurs occupations, tandis que les investigations sont menées.

J'ai passé un agréable moment avec cette lecture, mais je dois dire que ce n'est pas le meilleur roman d'Agatha Christie. La reine du crime ne donne pas assez d'indices pour que le lecteur devine la résolution du meurtre en même temps qu'Hercule Poirot. C'est dommage!

La Mort dans les nuages / Agatha Christie. Éditions Le Livre de Poche. 1936 (2015 pour la présente édition). 222 p.

 

☆ Le récap' en vidéo ☆

© Eloo 03/2018

26 février 2018

Mes Lectures • Janvier 2018

 

Grâce à mes lectures, j'ai passé un très bon mois de janvier. Bien que très différentes les unes des autres, elles ont toutes réussies à m'embarquer dans leurs univers. Les pages ont tourné très vite et les livres se sont succédés naturellement. Pour une fois, je n'ai eu aucun mal à choisir mes lectures, tout était évident.

Mon fils grandit à tout allure et prend désormais plaisir à jouer seul, redécouvrant chaque jour les objets, les jouets et les livres qui occupent sa chambre. Je reste toujours à ses côtés, mais je peux maintenant m'installer confortablement dans un coin avec un bouquin (avec toutefois un oeil toujours en alerte, car c'est un petit cascadeur). Je suis très heureuse de pouvoir lui donner cet exemple. Il voit sa maman en train de lire pendant qu'il joue et j'espère vraiment qu'ainsi je lui transmettrais petit à petit le goût de la lecture. Pour le moment, il n'a pas la patience d'écouter une histoire en entier, mais il adore tourner les pages. Et dès qu'il en a l'occasion, il me pique mon livre! Je pense que c'est bon signe 😊

 

J'ai lu... Christmas Pudding.

IMG_9194

Nous suivons les péripéties rocambolesques d'un groupe de mondains qui passent quelques jours de repos dans le Gloucestershire. Les fêtes de Noël ne sont alors qu'un prétexte pour l'auteur lui permettant de dépeindre la haute société anglaise des années 30'. Humour grinçant et cynisme se faufilent à travers les pages. Les traits des personnages sont accentués jusqu'à les rendre grotesques. J'ai pris beaucoup de plaisir à lire ce roman mais je sais qu'il ne restera pas gravé dans ma mémoire.

Christmas Pudding / Nancy Mittford. Editions 10/18. 1932 (2017 pour la présente édition). 261 p.

 

J'ai lu... Sucre noir.

IMG_2199

Après la neige, je suis partie au soleil direction les Caraïbes, à la recherche d'un trésor pirate disparu. Dans Sucre noir, nous suivons plusieurs générations en quête de leur idéal. Le personnage principal est à la fois complexe et passionnant : Serena Otero possède une intelligence vive, une tête remplie de rêves et une envie de liberté aiguë, mais pour son malheur, elle vit dans un petit village sans perspective ni horizon. Elle travaille alors dans la propriété familiale, une distillerie de rhum, et les années passent avec son lot de bonheur et de malheur, tandis que les chercheurs d'or se succèdent. La plume de Miguel Bonnefoy m'a plu, cet auteur a su m'embarquer dans son conte philosophique (l'argent révèle à la fois le pire et le meilleur chez l'homme). L'histoire se termine comme elle doit se finir, et elle m'a laissé un goût amer dans la bouche.

Sucre noir / Miguel Bonnefoy. Editions Rivages. 2017. 207 p.

 

J'ai lu... un tapuscrit top secret!

Je ne peux donc pas vous en parler. Mais je souhaitais faire figurer cette lecture dans mon bilan, pour en garder une trace. J'ai été honorée de la confiance qu'a placé mon amie à mon égard. Mine de rien, c'est un sacré exercice de lire un premier jet, de prendre des notes puis de rédiger un commentaire le plus exhaustif possible. J'espère avoir pu l'aider et je lui souhaite de trouver un jour un éditeur pour son histoire.

 

J'ai lu... Björn, six histoires d'ours & Björn et le vaste monde.

IMG_2211

Excursion du côté jeunesse, avec ces deux livres première lecture qui sont beaucoup trop mignons. A mis chemin entre le roman et la bande-dessinée,ils sont à mettre entre les mains de tous les lecteurs (jeunes ou moins jeunes). Parce que sans en avoir l'air, cet ours nous rappelle l'essentiel.

Je cite : "Souvent, Björn ne fait rien. Mais il ne s'ennuie jamais." (Björn, six histoires d'ours)

Björn, six histoires d'ours / Delphine Perret. Editions Les Fourmis rouges. 2016.
Björn et le vaste monde / Delphine Perret. Editions Les Fourmis rouges. 2017.

 

J'ai lu... La Fortune des Rougon.

IMG_9371

 

Ma dernière lecture du mois de janvier a été, sans surprise, un coup de coeur. C'est la deuxième fois que je lis un roman d'Emile Zola, après Au Bonheur des Dames, et cela me confirme une chose : la plume de cet auteur ne ressemble à aucune autre et elle transperce mon coeur à chaque fois. Comme je vous l'ai partagé dans mon article à propos de ma Bucket List, je souhaite lire tous les romans de la saga familiale Les Rougon-Macquart. Et rien que de le dire, cela me met du baume au coeur. Certes, Emile Zola propose un portrait dur de la société française pendant le Second Empire et il dépeint souvent ses personnages à travers leurs vices les plus sombres. Mais je n'ai jamais vécu une expérience de lecture aussi puissante auparavant. Même ses longues descriptions - et je n'en suis pas une adepte, me transporte. Qu'attendez-vous pour le lire?

Je cite : "Le souffle d'épopée qui emportait Miette et Silvère, ces deux grands enfants avides d'amour et de liberté, traversait avec une générosité sainte les honteuses comédies des Macquart et des Rougon."

La Fortune des Rougon / Emile Zola. Editions Fasquelle.

 

 

☆ Le récap' en vidéo ☆

 © Eloo 02/2018

13 janvier 2018

Mes dernières lectures de 2017

 

Je suis très en retard... Et ça m'agace. Je pensais trouver un rythme de croisière plus rapidement que cela, mais force est de constater que depuis que bébé d'amour est né, je ne suis pas encore au top pour m'organiser. Du coup, le blog et la chaîne booktube en subissent les frais. Même s'ils ne sont plus ma priorité, je chéris toujours autant mon petit cocon en ligne qui me permet de partager avec vous mes jolies lectures.

Pour me permettre de démarrer 2018 sereinement, et surtout à jour! - je vous propose de réunir dans ce même article mes dernières lectures de 2017. Et pour être honnête, je crois que je vais également appliquer cette méthode pour mes lectures à venir. Je vais recycler sans état d'âme le traditionnel bilan du mois ; certes vous n'aurez plus un article complet pour chaque livre lu, mais c'est ce qui me correspond le mieux pour le moment.

Je suis dans un état d'esprit où je n'ai plus envie de vous écrire des articles à la présentation bien stricte (comme j'ai toujours eu l'habitude de le faire depuis 7 ans). J'ai plutôt dans l'idée de me poser tranquillement devant mon ordinateur et de papoter avec vous, simplement. 

 

J'ai lu... 3 bandes-dessinées.

bd

Les Cochons dingues est une bande-dessinée beaucoup trop mignonne. Elle ravira les plus jeunes lecteurs mais également tous ceux qui vivent ou ont vécu avec des cochons d'inde. Ces animaux sont drôles malgré eux ; quand ils ont faim, ils ont très faim, quand ils ont peur, ils ont très peur, et cela engendre des scènes très cocasses! Cette BD peut également être un bon début pour apprendre à mieux connaître ces petits animaux très attachants : à la fin, l'auteur nous explique comment bien s'en occuper.

J'ai également lu la suite des aventures de Princesse Sara (je vous ai parlé des tomes 1 à 8 juste là). Si j'ai trouvé le 9ème tome, Intrigue à Venise, un peu plat et sans réel intérêt bien que toujours aussi divertissant, j'ai adoré le 10ème tome, La Guerre des Automates. Il met à jour un nouveau complot qui a su piquer ma curiosité de lectrice. La fin est d'ailleurs une véritable torture... Je croise donc les doigt pour une parution rapide du tome suivant! (Par contre, j'espère vraiment que le jeu du chat et de la souris ne va pas trop s'éterniser entre nos deux personnages principaux, je trouve que ça en devient lassant)

 

J'ai lu... 1 roman jeunesse.

8135dp55U8L

 

J'ai eu la chance de pouvoir rencontrer l'auteur jeunesse Sophie Rigal-Goulard à l'occasion d'une formation professionnelle. J'en ai donc profité pour lire un de ses romans, et mon choix s'est porté sur ce one-shot, Isis, 13 ans, 1,60m, 82 kilos. J'ai vraiment apprécié ce court roman qui aborde bon nombre de faits lourds de conséquences lorsqu'ils sont vécus / subis par une jeune adolescente : le surpoids, le harcèlement scolaire, l'absence d'une figure paternelle, la pression familiale, la confiance en soi, etc. Ce roman épistolaire, abordable dès 10 ans, est à mettre entre toutes les mains!

 

J'ai lu... 2 romans ados.

Côté romans ados, j'ai bien avancé dans mes suites de saga, avec tout d'abord la lecture du deuxième tome de Phobos. Je l'ai lu très rapidement après le tome 1 (mon avis ici) car j'avais très envie de connaître la suite. J'ai adoré la première moitié de ce roman, lorsque les candidats doivent prendre une décision collective et irrémédiable, puis lorsqu'ils entreprennent leur installation. Mais ensuite, je trouve que le rythme perd en puissance et que l'intrigue piétine un peu. J'espère que le troisième tome saura relancer cette saga comme il se doit!

romans

J'ai également lu le deuxième tome de la saga Lady Helen, Le Pacte des mauvais jours. Je portais un regard en demi-teinte sur le premier tome (mon avis ici), et il fallait que ce roman-ci me convainc de ne pas abandonner ma lecture. Pari réussi! L'auteur nous embarque enfin dans son histoire en nous dévoilant davantage le fonctionnement de son univers et du Club des mauvais jours. Lady Helen se révèle être une femme de caractère, indépendante, qui prend des décisions et assume ses choix. Une héroïne parfaite en somme, qui a su dépasser sa timidité du début. Je suis à présent plus qu'impatiente de lire la suite.

 

☆ Le récap' en vidéo ☆

© Eloo 01/2018

Posté par Eloo aime lire à 14:58 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,


31 décembre 2017

Fêter Noël avec mes yeux d'enfant

 

Chaque année, je me réjouis lorsqu'arrive la période de Noël. Je crois que c'est ma fête préférée. L'édition 2017 a par ailleurs été toute particulière pour moi car c'était le premier Noël de mon fils. J'étais encore plus impatiente d'y être.

Pour autant, je trouve que cette fête n'a plus la même saveur lorsqu'on devient adulte. On perçoit l'envers du décor avec une grande acuité: la fatigue hivernale, les publicités plus envahissantes que jamais, la course aux cadeaux, le compte en banque qui vire au rouge, le stress de l'organisation du repas...

C'est pourquoi je m'efforce de continuer à fêter Noël avec des yeux d'enfant, des yeux émerveillés par les lumières qui clignotent sur le sapin, des yeux qui brillent devant les beaux papiers cadeaux.

 

51fc86d5

 

Quelle meilleure façon pour une lectrice que de se replonger dans un livre de son enfance afin de s'imprégner de doux souvenirs? L'année dernière j'avais choisi le recueil d'histoires Contes de Noël et de neige, cette fois-ci j'ai relu Noël à tous les étages.

51HFR6W08EL

 

Noël à tous les étages. Marie-Aude MURAIL & BOIRY. Editions Bayard. 2001. 44 p.

" Il fait froid en cet hiver 1843. Jeanne aimerait tant aider Hugues, son jeune frère malade, à percer le secret des mots! Mais elle ne connaît que quelques lettres. Si seulement ils possédaient un livre! Jeanne en emprunte un aux gens chez qui elle travaille, mais ce n'est pas suffisant : il faut savoir déchiffrer toutes ces lettres. Heureusement, dans l'immeuble vit un jeune homme très gentil. Jeanne osera-t-elle lui demander de l'aide? "

 

Je crois que j'ai pris autant de plaisir à lire ce roman que la première fois où j'ai tourné ses pages. Avec un oeil nouveau peut-être. J'ai remarqué que Marie-Aude Murail utilise en toile de fond un grand immeuble parisien pour mettre en avant les inégalités sociales de l'époque contée. Selon les étages vivent des familles très riches ou très pauvres. J'y vois personnellement un clin d'oeil à l'oeuvre de Charles Dickens (ex: Un Chant de Noël). Les personnages sont très bien décrits, et la détresse de Jeanne m'a particulièrement touchée. La fin de l'histoire est pleine d'espoir.

 

Pour ma seconde lecture, je me suis laissée surprendre par un classique que je n'avais encore jamais lu, Lettres du Père Noël. 

lettres du père noel

Lettres du Père Noël. J.R.R. TOLKIEN. Editions Pocket. 2004. 159 p.

" Plus connu pour ses travaux universitaires et pour l'invention de la Terre du Milieu, J.R.R. Tolkien est aussi un formidable auteur de contes pour enfants. Comme Bilbo le Hobbit et Roverandom, les Lettres du Père Noël ont d'abord été destinées à ses trois fils et à sa fille, auxquels, chaque année, entre 1920 et 1943, Tolkien a écrit une lettre - parfois deux - prétendument envoyée du Pôle Nord par le Père Noël ou l'Ours Polaire. Ces trente lettres et les dessins qui les accompagnent forment un récit très prenant des aventures de l'homme en rouge et à la barbe blanche, de son ours assistant, et de leurs démêlés avec les gobelins. Un ouvrage qui plaira aux enfants, à leurs parents, et surprendra plus d'un amoureux de Tolkien. "

Des milliers d'enfants écrivent chaque année des lettres au Père Noël, alors quoi de plus merveilleux que de recevoir une réponse? Surtout si celle-ci conte les aventures rocambolesques du Pôle Nord. Je trouve l'idée formidable. Et ainsi on découvre une tout autre facette de l'auteur du Seigneur des Anneaux : un illustrateur doué et un père attentif. J'ai adoré déchiffrer les lettres originales qui sont reproduites - mais parfois avec difficulté car le Père Noël a la main qui tremble! J'en ai lu une bonne partie à voix haute, pour partager ce moment avec mon fils. Peut-être que lui aussi aura envie d'écrire au Père Noël plus tard?

© Eloo 12/2017 

Posté par Eloo aime lire à 14:28 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

26 septembre 2017

Les Petites reines

 

Couv_Les-petites-reines

 

Suite à ma récente déconvenue (voir mon avis sur Tant que nous sommes vivants), je n'arrivais pas à fixer mon esprit sur une nouvelle lecture. J'avais besoin d'une histoire entrainante et sans prise de tête ; et le roman Les Petites reines est finalement tombé à pic! 

 

Les Petites reines / Clémentine BEAUVAIS.
Editions Sarbacane. 2015. 270 p.

→ J'ai emprunté ce roman à la médiathèque.

 

4ème de couverture :

      "On les a élues «Boudins de l'année» sur Facebook. Mais Mireille Laplanche et ses «boudinettes», Hakima et Astrid, n'ont pas l'intention de se lamenter sur leur sort! Elles ont des mollets, des vélos, et elles comptent bien rallier Bourg-en-Bresse à Paris... Pour s'incruster à l'Elysée ! Place aux Petites Reines!!!"

 

 

Mon Avis : ♥♥♥♥♥ Une très bonne lecture!

Les petites reines est une histoire complètement loufoque, portée par quatre personnages principaux terriblement attachants. Clémentine Beauvais nous fait voyager à travers la France avec son style unique et, malgré des thèmes abordés pas toujours faciles - le harcèlement scolaire et le racisme entre autres, elle nous fait beaucoup rire.

Au début de ma lecture, j'ai buté sur certaines scènes qui m'ont paru peu réalistes (notion importante à mes yeux lorsque je lis un roman contemporain). Mais une fois que j'en avais fait l'abstraction, j'ai dévoré cette histoire d'une traite. La relation entre Mireille et Malo a notamment fait écho en moi, et j'ai été bluffée par la façon dont Mireille a su dépasser les moqueries pour ensuite créer quelque chose de bien plus fort. 

Certains sont nostalgiques de leur adolescence, mais nombreux sont ceux qui l'ont vécue douloureusement. En ce qui me concerne, pour rien au monde je ne revivrai cette période de ma vie. Mais j'aurais aimé que ce roman existe déjà. Car le message qu'il délivre est porteur de tolérance et d'espoir. "Tu vois, la roue tourne toujours, alors à l'image des boudinettes, ne te laisse pas faire et haut les coeurs!" 

Vous l'aurez compris, je vous présente ici un roman à destination des ados que je conseille plutôt deux fois qu'une!

© Eloo 09/2017

Posté par Eloo aime lire à 13:29 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

12 août 2017

Tant que nous sommes vivants

 

tant que nous sommes vivants

Anne-Laure Bondoux est une auteur de livres jeunesse réputée. Son roman Le Temps des miracles me tentait particulièrement mais c'est finalement avec Tant que nous sommes vivants que j'ai découvert sa plume.

 

Tant que nous sommes vivants / Anne-Laure BONDOUX. Editions Gallimard. 2014. 297 p.

→ J'ai emprunté ce roman à la médiathèque.

 

4ème de couverture :

"Bo et Hama travaillent dans la même usine. Elle est ouvrière de jour, lui, forgeron la nuit. Dès le premier regard, ils tombent follement amoureux. Un matin, une catastrophe survient et ils doivent fuire la ville dévastée. Commence alors pour eux un fabuleux périple à travers des territoires inconnus... Mais quand l'ombre a pris la place de la lumière, l'amour suffit-il à nous garder vivants?"

 

Mon Avis : ♥♥♥♥♥ Une lecture qui ne m'a pas fait vibrer...

J'ai commencé ma lecture confiante, persuadée que ce livre serait un petit bijou plein de surprises et d'émotions. J'allais l'adorer, oui c'était certain. Et finalement... cela s'est révélé bien plus compliqué que prévu, et le mot le plus adéquat pour définir mon ressenti à la fin : "laborieux".

Honnêtement, j'ai hésité plusieurs fois à abandonner carrément ma lecture. Mais ceux qui me connaissent bien le savent : je finis toujours par persévérer, sait-on jamais si la lecture deviendrait intéressante à retardement. En fait, cela n'arrive quasiment jamais ; lorsqu'une lecture démarre mal, on est souvent mal barré... Mais on ne sait jamais. L'exception n'aura pas lieu ici non plus. Entre cette histoire et moi, ça a fini aussi mal que ça a commencé.

J'ai trouvé que ce roman communiquait trop d'émotions négatives. La vie de nos personnages principaux n'est que peu de temps baignée de lumière, et pour un peu j'ai failli faire une mini déprime en arrivant à la dernière page - cela s'est d'ailleurs traduit en petite panne de lecture. J'ai été particulièrement déçue par la seconde partie du roman : la finalité de l'histoire d'amour entre Bo et Hama est si incompréhensible (et carrément frustrante, moi qui espérais le meilleur pour eux)!

Tant que nous sommes vivants est comparable à un conte initiatique, malheureusement j'ai été assez hermétique aux messages qu'il transmettait. En définitive je suis sortie de ma lecture déçue, mais aussi soulagée d'être arrivée au bout et de pouvoir enfin passer à autre chose.

Pour m'aider à ne pas m'avouer vaincue, Margaud Liseuse m'a conseillé de lire La Princetta et le Capitaine du même auteur. C'est donc à tenter...

© Eloo 08/2017 

Posté par Eloo aime lire à 13:30 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

12 juin 2017

Phobie

 

miniature phobie

Auteur Sarah COHEN-SCALI Editions Gulf Stream Collection Electrogène (Thriller)
Date de parution 2017 / 400 p.

→ Je remercie les éditions Gulf Stream pour l'envoi de ce service presse.

 

4ème de couverture :

      "Une odeur de moisi. Une cave. L'obscurité totale. Et la peur. La peur qui prend aux tripes. Cauchemar... ou réalité? Anna ouvre les yeux et prend peu à peu conscience qu'elle n'est pas en train de faire le cauchemar récurrent qui la tourmente depuis son enfance, mais qu'elle est bel et bien séquestrée. Qui l'a enlevée ? Le croque-mitaine qui la terrorise depuis qu'elle a cinq ans, ou un homme de chair et d'os ? Chargé d'enquêter sur l'enlèvement de la jeune fille, le commandant Ferreira doit collaborer avec un psychiatre, le docteur Fournier. Son enquête est vite reliée à une autre, celle de la disparition du père d'Anna, onze ans auparavant. Onze années de silence et d'oubli à parcourir. Un voyage à rebours, au cœur d'une mémoire secrète.

Anticipation, horreur, thriller, conte de fée... Les genres se mêlent pour explorer toutes les facettes de l'angoisse."

 

Mon Avis : ♥♥♥♥♥ Une très bonne lecture!

J'avais déjà lu Max du même auteur, et celui-ci m'a laissé un souvenir au goût amer. Je l'avais aimé mais je l'avais également trouvé dérangeant à plus d'un titre. Phobie est un roman complètement différent, mais qui m'a plus ou moins fait le même effet. A ceci près que je crois l'avoir tout de même préféré.

Pour tout vous dire, Phobie a été une sacrée surprise. On se lance dans une histoire d'enlèvement puis, au fil des pages, les dés sont sans cesse relancés. Ce qui se cache derrière l'intrigue de départ est effroyable, au point que je n'aurais su l'imaginer. Les dernières lignes de la quatrième de couverture résument bien le tout : un thriller mêlé d'horreur où les contes teintent la réalité.

Sarah Cohen-Scali ajoute un frisson supplémentaire à son roman en utilisant un fait divers réel (qu'elle a arrangé à sa manière) ainsi qu'un organisme existant (le CLICC). Par le biais de ce dernier, l'auteur met en lumière des progrès scientifiques stupéfiants et qui ne m'ont pas du tout mis à l'aise. J'ai eu dû mal à adhérer à la méthode proposée par le docteur Fournier et surtout à cautionner sa façon de procéder avec le commandant Ferreira.

Néanmoins, je ressors bluffée de cette lecture qui a su me convaincre. Si vous aimez les thrillers haletants et un peu tordus, Phobie est la lecture qu'il vous faut. Foncez!

 

CVT_Phobie_4231

© Eloo 06/2017

Posté par Eloo aime lire à 08:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

16 mars 2017

Les Loups chantants

 

miniature loups chantants

Auteur Aurélie WELLENSTEIN Editions Scrineo Date de parution 2016 / 264 p.

→ J'ai emprunté ce roman à la médiathèque.

 

4ème de couverture :

      "Frappée par une maladie rare, la peau de Kira se couvre de glace. Dans quelques jours, la jeune fille sera devenue une statue, prisonnière de son propre corps. Pour la sauver, son frère, Yuri, s'élance avec son attelage de chiens de traîneau à travers les mille kilomètres de steppes glacées qui les séparent de l'hôpital. Mais aussitôt partis, une meute de loups aux pouvoirs étranges les prend en chasse. Les prédateurs s'infiltrent dans l'esprit du jeune homme, et la louve de tête lui souffle alors un terrible secret : elle est Asya, son amour perdu. Celle qu'il croyait morte depuis si longtemps. Rêve, folie, piège mortel ou réalité? Tout en se battant pour sauver sa soeur, Yuri va devoir affronter les fantômes de son passé."

 

Mon Avis : ♥♥♥♥♥ Une bonne lecture mais...

Aurélie Wellenstein nous propose ici un roman très onirique où les rêves et les cauchemars se confondent avec la réalité. Accompagné d'Anastasia, Yuri, le personnage principal, traverse des steppes glacées et sans fin pour rejoindre la capitale dans l'espoir de sauver sa soeur Kira d'un mal inconnu. Les croyances ancestrales et la science moderne entrent alors en opposition. Kira est-elle maudite ou simplement malade?

En suivant le parcours initiatique de Yuri, nous abordons entre autres le thème du deuil à surmonter. En effet, ce dernier a perdu sa fiancée, Asya, partie rejoindre les loups chantants. Mais en est-on vraiment sûr? En tous les cas, la meute sera du voyage et traquera sans relâche les trois jeunes gens.

L'auteur a su créé un univers à la fois poétique et fantastique, mais dans lequel j'ai eu le sentiment de me perdre quelques fois. Où est la réalité? Où est le rêve? L'ambiguité demeure jusqu'à la fin...

En ce qui concerne les points positifs, j'ai beaucoup aimé la relation homme-animal décrite dans ce roman, et notamment celle traduite par les liens très forts que partage Yuri avec ses chiens de traineau. J'ai également apprécié sa relation avec Anastasia, une jeune femme de caractère qui a les pieds bien ancrés dans la réalité. Sa présence est indispensable auprès de Yuri afin de maintenir son équilibre. Enfin, je félicite l'auteur pour ses descriptions plus vraies que nature, j'ai vraiment eu l'impression de trembler de froid au côté de ses trois personnages.

Passons à présent aux points négatifs qui ont malheureusement jeté une ombre sur ma lecture. Le voyage occupe une place centrale dans ce roman, il est sans fin pour les personnages... Et il l'a été pour moi aussi. Je me suis un peu ennuyée et j'ai été soulagée d'arriver au bout de la quête. Celle-ci n'a, par ailleurs, pas été à la hauteur de mes attentes et j'ai été un peu déçue lors des rebondissements finaux. Le personnage de Yuri, dans ses doutes et ses questionnements, dans son sens du sacrifice et son attirance viscérale pour la mort, m'a agacé plus d'une fois. J'ai toutefois été contente de le découvrir grandi à la fin.

En définitive, mon avis est en demi-teinte car j'ai l'impression d'être parfois passée à côté de cette histoire, de ne pas avoir su lire entre lignes. Comme si l'auteur avait voulu transmettre un message à travers son roman et que je ne l'ai malheureusement pas compris.

 

loups-chantants_une-1
Les Loups chantants sur la Fnac.com

© Eloo 03/2017

Posté par Eloo aime lire à 10:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,