31 octobre 2013

Short! Eté 2013

IMG_2543

 Short! Eté 2013 (n°5) / Directeur de la publication : Christophe Sibieude 
shortEdition. 2013. 152 p.

N'hésitez pas à aller voir mon article qui présente cette maison d'édition originale et innovante!
LIEN

banniere

4ème de couverture :

      "SHORT! c'est, chaque saison, le recueil du meilleur du court : des Nouvelles, des Strips, (BD de 1 à 12 cases), des Poétiks, des Très Très Courts pour des lectures de 1 à 20 minutes.
Retrouvez tous les Lauréats des Prix de la short Littérature : le choix des lecteurs et le choix de l'éditeur."

 

Mon Avis : ♥♥♥

Comme avec Short! Printemps 2013, j'ai passé un bon moment de lecture. Tous les textes sont de très bonne qualité et j'approuve totalement le principe de cette maison d'édition : donner sa chance à de jeunes auteurs talentueux et leur permettre de se faire connaître auprès de nous lecteurs. De plus, shortEdition fait la promotion du format court et je trouve ça très bien. La nouvelle n'est pas un genre littéraire qui attire les foules car elle donne parfois une impression d'élitisme ou alors justement de "trop court". Pourtant, on peut passer un tout aussi bon moment avec une nouvelle qu'avec un roman, juré!

Je note deux nouvelles qui m'ont particulièrement plu : Le Petit sac rose de Marie Lauzeral où une petite fille "fugue" pour aller retrouver sa grand-mère qu'elle n'a pas vu depuis longtemps, et Et si je me faisais un cadeau? de Monique Pallatier, l'histoire d'une mère et de sa fille qui survivent tant bien que mal avec le maigre fruit de leur exploitation, jusqu'au jour où une belle surprise frappe à leur porte...

Même si, comme je le soulignais en début de chronique, la lecture de ce recueil a été agréable, je dois avouer qu'elle ne restera pas inoubliable. Malheureusement, j'ai trouvé que ces textes étaient moins percutants - vite lus et vite oubliés, en comparaison des titres proposés dans le numéro précédent. Nul doute que Short! Eté 2013 trouvera son public - rappelons que la plupart des textes ont été plébiscités par des lecteurs sur le site internet de la maison d'édition -, j'espère néanmoins retrouvé la magie que j'avais ressenti à la lecture de Short! Printemps 2013 dans le prochain numéro...

Merci à shortEdition & à Elodie pour leur envoi et leur sympathie!

 

© Eloo 10/2013

Posté par Eloo aime lire à 09:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


20 septembre 2013

Moïse et autres nouvelles inédites de Sylvia de REMACLE

CVT_Moise-et-autres-nouvelles-inedites_3697

Moïse et autres nouvelles inédites de Sylvia de REMACLE
shortEdition. 2013. 129 p.

N'hésitez pas à aller voir mon article qui présente cette maison d'édition originale et innovante!
LIEN

banniere

 

4ème de couverture :

      "Moïse et autre nouvelles inédites est son premier recueil de nouvelles [à l'auteur]. Des histoires tumultueuses autour de ses deux grandes sources d'inspiration : les chevaux et la mer. La tempête n'est jamais loin. Avec, toujours, une maison donnée pour point d'ancrage aux vies agitées, accidentées, et aux personnages au caractère bien trempé qui naissent sous sa plume."

Info+ : Sylvia de Remacle a reçu le Prix Printemps 2011 de la short Littérature pour Moïse dans la catégorie Nouvelle.

 

Mon Avis : ♥♥♥

Un roman, on l'apprécie ou pas. Bien sûr s'ajoute à cela quelques subtilités, mais globalement on peut s'en tenir à ça. Pour un recueil de nouvelles, c'est bien plus compliqué... Nous découvrons plusieurs histoires différentes, elles ne nous touchent pas toutes de la même façon, bref l'approche n'est pas du tout la même. On peut s'attendre à ce qu'un roman soit de meilleur qualité, mais non il ne faut pas se fier à la quantité. Une nouvelle a beau être un format court, si l'auteur est doué, il arrive à tout nous dire en peu de mots, respect!

•••••

Venons-en au sujet de cet article : le recueil de nouvelles de Sylvia de Remacle. 2 fils conducteurs : la mer/l'océan & les chevaux. Thèmes chers aux coeur de l'auteur, cela saute aux yeux tant Sylvia de Remacle écrit avec passion. J'ai aimé sa plume, même si en voulant trop bien faire elle en fait parfois trop (ex : additionner des adjectifs pour mettre en valeur une action ou une émotion alors qu'un ou deux auraient largement suffit).

Globalement, j'ai aimé ce livre. J'ai particulièrement été touchée par les nouvelles Moïse & Malgrétout. La première met en scène un nauffrage : une femme et deux de ses chevaux tentent de survivre sur une île déserte après le traumatisme qu'ils viennent de subir. La seconde nouvelle est l'histoire d'un jeune homme rêveur qui part en quête de ses origines.

Sylvia de Remacle n'est pas tendre avec ses personnages. A chaque début de nouvelle, ils vivent un petit ou un grand malheur, ils sont livrés à eux-mêmes, ou encore comme dans Blizzard, ils passent une mauvaise journée. Mais il ne faut pas s'arrêter à ça. L'auteur les fait grandir au fil de sa prose et la fin apporte toujours une note d'espoir. Je trouve que c'est vraiment le point fort de ce recueil de nouvelles.

En conclusion, je dirai qu'il ne faut pas se fier aux apparences : ce n'est pas parce qu'il s'agit d'un premier livre que la qualité ne suit pas. Sylvia de Remacle mérite d'être publiée et j'espère qu'elle partagera encore avec nous d'autres de ses nouvelles. En tout cas, je l'encourage à continuer son travail d'écriture.

Merci à shortEdition & à Elodie pour leur envoi et leur sympathie!

 

 © Eloo 09/2013

Posté par Eloo aime lire à 17:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

20 juin 2013

Short! Printemps 2013

short printemps 13

Short! Printemps 2013 (n°4) / Directeur de la publication : Christophe Sibieude.
shortEdition. 2013. 128 p.

 

☼ shortEdition, mais qu'est-ce que c'est ça? 

shortEdition est une maison d'édition qui ne ne se prend pas au sérieux... Mais qui fait son travail avec sérieux!


Sa ligne éditoriale? Des textes courts mais bons! shortEdition vous promet des lectures de 20 minutes grand maximum, de quoi vous occuper l'esprit en attendant le bus ou votre tour chez le medecin, en prenant le métro ou en allant aux toilettes. Il y en a pour tous les goûts : que vous ayez une préférence pour les nouvelles, les poésies ou les strips, attendez-vous dans tous les cas à de l'humour, de l'émotion, de la satire, du sérieux et du un peu moins sérieux... Et parfois tout en même temps!

Ce qui me plaît dans ce concept à la fois original et innovant? Il met en avant des auteurs inconnus mais prometteurs, il leur donne leur chance. Et les lecteurs de leur côté ne sont pas en reste, ils peuvent se connecter sur le site officiel et voter pour leurs textes préférés. La finalité? Une revue publiée chaque saison qui nous propose la crème de la crème.

Voici un petit schéma explicatif simplifié pour visualiser le tout :

concept short-édition

N'hésitez donc pas à aller voter pour vos textes préférés & découvrir des auteurs en devenir, ... c'est par ici :
 short-edition.com 

banniere

 

4ème de couverture :

      "SHORT! collection Printemps 2013. 3 mois de short Littérature.
SHORT! c'est, chaque saison, le recueil du meilleur du court : des Nouvelles, des Strips (BD de 1 à 12 cases), des Poétiks, des Très Très Courts pour des lectures de 1 à 20 minutes. Retrouvez les Lauréats des Prix de la short Littérature : le choix des lecteurs et le choix de l'éditeur."

 

Mon Avis : ♥♥♥♥

J'étais à la fois impatiente et sceptique de découvrir cette revue : le concept m'a tout de suite emballé mais je ne suis pas une grande adepte de textes courts. Je reste souvent sur ma faim et c'est... frustrant!
Néanmoins, j'ai complètement adhéré à ce que cette maison d'édition nous propose. C'est frais, c'est neuf, c'est d'actualité!

Parlons tout d'abord du format qui est idéal pour promener cette petite revue partout. Je m'attendais à un format magazine, mais il est à peine plus grand qu'un poche. Souple, Short! Printemps 2013 se glisse sans mal dans un sac, dans une portière de voiture, etc. Par-fait!

Quant au contenu, un mot me vient directement à l'esprit : diversifié! Il y a vraiment de tout, et pour tous les goûts! La plupart des textes m'ont beaucoup plu, quelques uns plus que d'autres c'est certain, mais dès qu'un texte nous parle un petit peu moins, on pense tout de suite à un proche à qui on est sûr que cela va plaire. Oui, c'est une revue qu'on a envie de partager "Hé dis, lis-ça, ça va te faire sourire!".

Un Big up pour le poème d'ouverture Seules tes rides salées de Françoise Jeurissen (aborde la vieillesse & l'oubli), pour la nouvelle Dernier appel après embarquement de Fabien Hérisson (humour, belle chute), pour le texte très touchant de Sandra Bartmann Hermine (aborde la maltraitance d'un enfant), pour le strip Le Saut de Pablo Vasquez (humour) & pour la nouvelle Les Vieux noctambules d'Agnès Aubert (aborde également la vieillesse).
J'ai également retenu le poème L'Enfant du divorce de Coralie Girard, les textes Neuf mois en moi d'Amandine Forgali, Fusibles de Florent Jaga, Un type banal de Justine Lalot & Merde, mon bus! de Reine Gauthier. Il y en a d'autres. Je crois que je pourrais presque tous vous les citer tant j'ai passé un bon moment de lecture! Ca fait un peu liste écrit comme ça mais c'est important de connaître leurs noms, ceux sont eux - les auteurs - qui permettent à Short! Printemps 2013 d'être d'aussi bonne qualité...

Pour conclure, je vous donne mon petit conseil de lecture : ne lisez pas Short! Printemps 2013 comme un roman. Gardez-le toujours à porter de main et suivez vos envies : en choisissant une page au hasard, en commençant par la fin... Tout est permis, allez-y!

"Court mais bon!" : pour moi, shortEdition a tout bon!

Merci à shortEdition & à Elodie pour leur envoi et leur sympathie!

© Eloo 06/2013

Posté par Eloo aime lire à 22:23 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

21 mars 2013

Je suis comme vous, unique! d'Astrid EL CHAMI

astrid elchami

Je suis comme vous, unique! d'Astrid EL CHAMI
Editions La Bourdonnaye. 2012. 185 p.

Le saviez-vous? Je suis comme vous, unique! est un premier roman. N'hésitez pas à aller liker la page facebook d'Astrid El Chami afin de la soutenir et de l'encourager! Ce sera aussi l'occasion pour vous de rencontrer son personnage Emma... lien page facebook

banniere


4ème de couverture :

      "Vingt-cinq ans. C’est l’heure du premier bilan et aux yeux d’Emma, il est moyen, voire complètement nul.
Jeune et déjà ex-journaliste, cette Parisienne pétillante et mille fois reconvertie vient de poser ses bagages aux Galeries Lafayette, maison incontournable pour toute nana mordue de mode.
Excitée à l’idée de débuter sa première journée de travail, Emma n’oublie cependant pas ses amours en crise et la période orageuse que traverse sa maman.
Mais la pin-up a tendance à voir la vie plus rose que grise comme elle préfère croquer dans un millefeuille que de s’étouffer avec un yaourt à 0 %.
Aujourd’hui, Emma remet les compteurs à zéro pour faire de sa vingt-cinquième année, son année… Alléluia !"

 

Mon Avis : ♥♥♥

Le personnage d'Emma, quel sacré numéro! Cette jeune femme nous embarque dans ses recherches d'emplois foireuses, ses histoires d'amour rocambolesques et ses malheurs familiaux. Durant sa vingt-cinquième année d'existence, c'est parfois - souvent - la tempête, mais la jeune femme n'en perd pas moins le cap! Et quand le temps vire à l'orage, elle tente malgré tout de garder le sourire. Hé oui, le moins que l'on puisse dire, c'est que l'on ne s'ennuie pas une seule seconde en sa compagnie!

Vous l'aurez compris, Je suis comme vous, unique! est un petit roman sucré, drôle et savoureux. Mais à cette belle formule je vais quand même ajouter mon grain de sel... J'ai trouvé que les nombreuses péripéties de ce roman ne sont pas toujours bien "dosées". Je m'explique : certains évènements trop survolés à mon goût auraient mérité d'être davantage creusés, tandis que d'autres ne nécessitaient pas forcément que l'on s'y attardent autant.
Je déplore également quelques maladresses/lourdeurs dans certaines phrases qui m'ont parfois paru mal construites. Mais parallèlement il faut souligner la plume acérée de l'auteur : j'ai adoré le franc-parler qu'elle a donné à sa narratrice.

"Emma, c'est un peu la Bridget Jones française"... Pas faux. Si bien que tout au long du roman, je me suis demandé si ce roman n'aurait pas gagné à être construit comme un journal intime... Emma, la narratrice, ne nous lâche pas une seconde et nous savons de quoi est fait chacune de ses journées... Du coup, autant faire les choses à fond non?
A noter : le personnage d'Emma est un pur produit parisien et cela peut devenir lassant à la longue pour les lecteurs du reste de la France...

Quelques mots sur l'originalité de la fin : je ne m'attendais pas à une telle construction et cela s'est révélée être une bonne surprise.

Je tiens encore une fois à remercier l'auteur Astrid El Chami & son éditeur pour m'avoir gracieusement offert ce roman.
Je leur souhaite une bonne continuation pour la suite!

Et je terminerai cet avis sur une question : Emma ne serait-elle pas un peu Astrid finalement?

banniere

-> En bref :
#oui : une héroïne attachante, de l'humour et du franc-parler, une fin atypique & originale
#non : la couverture, quelques maladresses/lourdeurs dans la construction des phrases

 

© Eloo 03/2013

Posté par Eloo aime lire à 21:53 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

10 novembre 2012

L'Amour sans le faire de Serge JONCOUR

serge-joncour-l-amour-sans-le-faire

L'Amour sans le faire de Serge JONCOUR
Editions Flammarion. 2012. 318 p. 

Le saviez-vous? Serge Joncour a commencé à écrire à l'âge de 12 ans. Il s'agissait de pamphlets qui caricaturaient ses professeurs (cela faisait beaucoup rire ses copains de classe). Autre souvenir raconté par l'auteur : "Je n’étais pas le plus brillant, j’étais souvent hors sujet, mais à chaque fois que le professeur remettait les copies, il gardait la mienne pour la fin et il la lisait à voix haute. Je n’écrivais plus un devoir, j’écrivais pour être lu." Source 

banniere

 

4ème de couverture :

      "Après dix ans de silence, Frank téléphone un soir à ses parents. Curieusement, c'est un petit garçon qui décroche. Plus curieusement encore, il s'appelle Alexandre, comme son frère disparu des années auparavant. Franck décide alors de revenir dans la ferme familiale. Louise, elle, a prévu d'y passer quelques jours avec son fils. Franck et Louise, sans se confier, semblent se comprendre. "On ne refait pas sa vie, c'est juste l'ancienne sur laquelle on insiste", pense Franck en arrivant. Mais dans le silence de cet été ensoleillé et chaud, autour d'un enfant de cinq ans, "insister" finit par ressembler à la vie réinventée."

 

Mon Avis : étoile jaune

Comme bon nombre de romans contemporains français, L'Amour sans le faire démarre lentement. L'auteur prend le temps qu'il juge nécessaire pour poser la situation et nous faire découvrir les deux personnages principaux (= alternance de chapitres, l'un pour Franck, l'autre pour Louise, et ainsi de suite jusqu'à leur rencontre). Pour moi, ce n'est pas un point faible. Je me suis laissée bercer par l'histoire et j'ai patiemment attendu que Serge Joncour me surprenne. Le moins que l'on puisse dire est qu'il y est largement parvenu car on ne s'attend pas à la tournure que prennent les évènements dans l'histoire. De plus, on ne s'attend pas non plus à ce que l'auteur arrive à remuer tant de choses en nous, qu'il arrive à nous procurer autant d'émotion.

Serge Joncour maîtrise son roman de bout en bout, il m'a surpris par certains détails qui révèlent ses connaissances diverses (sur l'Auvergne, l'agriculture, etc.). Et même si certains sujets abordés ne font pas parti de mes sujets de prédilection (la chasse par exemple), l'auteur a quand même réussi à m'embarquer.

Durant les 100 dernières pages, l'histoire prend un nouveau rythme, plus soutenu. Cela correspond au moment où Franck et Louise prennent de l'assurance. J'ai trouvé l'image jolie.
La fin est complètement à la hauteur de mes attentes.
 Elle laisse une porte ouverte à tous les possibles.

Ce roman a vraiment tout pour plaire : l'histoire est belle et touchante, elle nous rappelle à l'essentiel. Quant à la plume, elle est à la fois poétique et pleine de subtilité.
On sent que pour Serge Joncour nous offrir une belle prose est tout aussi important que de nous raconter son histoire. Et c'est vraiment appréciable.

banniere 

Ce roman a été lu dans le cadre de l'opération des "Matchs de la rentrée littéraire", organisé par Priceminister que je remercie. Je donne une note de 18/20 à L'Amour sans le faire de Serge Joncour.
Lien vers la fiche produit

 

Rentrée-Littérraire-V2-logo

© Eloo 11/2012

Posté par Eloo aime lire à 11:10 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

07 septembre 2012

[Opération] "Les Matchs de la Rentrée Littéraire!" (2)

Rentrée-Littérraire-V2-logo

Participer aux Matchs de la rentrée littéraire 2011 m'avait tellement plu, que je réitère l'expérience avec plaisir!
Comme l'année dernière, Priceminister a sélectionné 12 romans et propose aux blogueurs d'en reçevoir un en échange d'une chronique!

La liste :

  • Parfums de Philippe CLAUDEL
  • Pour seul cortège de Laurent GAUDE
  • Barbe Bleue d'Amélie NOTHOMB
  • Oh... de Philippe DIJAN
  • Une Place à prendre de J.K. ROWLING
  • Home de Toni MORRISON
  • Les Affreux de Chloé SCHMITT
  • L'Amour sans le faire de Serge JONCOUR
  • Je vais passer pour un vieux con de Philippe DELERM
  • Gains de Richard POWERS
  • Un Week-end en famille de François MARCHAND
  • Tigre tigre! de Margaux FRAGASO

 

Bien sûr, Une Place à prendre de J.K. ROWLING me fait de l'oeil mais il sera sans aucun doute sur-demandé! Le dernier roman de Philippe DELERM, Je vais passer pour un vieux con, a un titre pour le moins intriguant, et la couverture d'Un week-end en famille de François MARCHAND donne vraiment envie... Mais je crois que mon coeur va pencher pour L'Amour sans le faire de Serge JONCOUR! Et pour vous, ça sera quoi?

Si vous souhaitez participer, c'est par ici que ça se passe : PRICEMINISTER
        

 

© Eloo 09/2012

P.S. : Vous avez vu le nombre de Philippe?!
P.P.S : Tout va bien, Amélie est au rdv comme chaque annéééée ^^

Posté par Eloo aime lire à 15:38 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

08 décembre 2011

Un article pour dire merci!

 

vaches

- clique pour voir plus grand - 

 

C'est avec une grande surprise que j'ai découvert que ma chronique concernant le roman Les Vaches de Staline de Sofi Oksanen a été mis à l'honneur sur le blog de Priceminister, à l'occasion des Matchs de la Rentrée Littéraire.

Merci!

Pour voir l'article de Priceminister, par ici.

Pour aller consulter le blog littéraire de Lilyn Kirjahylly, par .

Pour voir ma chronique du roman Les Vaches de Staline, go!

Posté par Eloo aime lire à 20:19 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :

27 octobre 2011

Les Vaches de Staline de Sofi OKSANEN

51riaUMHE1L__SL500_AA300_

Les Vaches de Staline de Sofi OKSANEN

Edition Stock - Coll. La Cosmopolite. 2011. 512 p.

 

4ème de couverture : 

      "Les « vaches de Staline », c’est ainsi que les Estoniens déportés en Sibérie désignèrent les maigres chèvres qu’ils trouvèrent là-bas, dans une sorte de pied de nez adressé à la propagande soviétique qui affirmait que ce régime produisait des vaches exceptionnelles. C’est aussi le titre du premier roman de Sofi Oksanen, dont l’héroïne, Anna, est une jeune Finlandaise née dans les années 1970, qui souffre de troubles alimentaires profonds. La mère de celle-ci est estonienne, et afin d’être acceptée de l'autre côté du "Mur", elle a tenté d’effacer toute trace de ses origines et de taire les traumatismes de l’ère soviétique.

Sofi Oksanen décrit avec une grande puissance d’évocation les obsessions de ces deux femmes : Anna ne pense qu'à contrôler l'image de son corps, tandis que sa mère raconte sa rencontre avec « le Finlandais », à Tallinn, dans les années 1970, avec une sorte de distance glaçante, comme si sous ce régime de surveillance, la peur s'infiltrait jusque dans les rapports de séduction. Ne serait-ce pas ce passé qui hante encore le corps de sa fille ?"

 

Mon avis : ♥ ♥ 

Je retrouve avec plaisir la plume de Sofi Oksanen avec Les Vaches de Staline, le prédécesseur de Purge (mais traduit en langue française après son successeur qui avait par ailleurs raflé de nombreux prix et que j'avais beaucoup aimé).

Cet auteur a un style bien à elle, et je crois qu'il n'y a pas de milieu : soit on aime, soit on aime pas. Pour Sofi Oksanen, les mots sont avant tout un outil qui lui permet de dire exactement ce qu'elle a à dire. Et tant pis s'il n'y a pas toujours de ponctuations, et tant pis si les phrases sont trop courtes ou trop longues. Qu'importe tant qu'elles traduisent parfaitement ses pensées. Toutes ces phrases touffues, je les vois comme un désordre ordonné : Sofi Oksanen sait très bien ce qu'elle veut dire et où elle va, et c'est à toi lecteur de suivre comme tu peux! Ce qui m'amène à une chose très simple : les romans de cet auteur ne sont pas une lecture facile mais sont néanmoins bien ancrés dans la littérature contemporaine. Le moment propice pour se plonger dedans ? Il doit être calme, silencieux et permettre une grande concentration.

Passons à l'histoire même. Une fin de Seconde Guerre Mondiale difficile, une Guerre Froide empoisonnante et une reconstruction "à l'occidentale" longue et laborieuse. Nous sommes en Estonie et en Finlande, et nous vivons ces périodes historiques en compagnie de trois générations de femmes : Sofia la grand-mère, Katariina la mère et Anna la fille. Comme dans Purge, l'auteur semble vouloir coller au mieux à la réalité historique ; Sofi Oksanen possède visiblement beaucoup de connaissances sur la vie des estoniens et des finlandais en ces périodes troublées, et elle nous en apprends beaucoup.

Les thèmes récurrents de ce roman sont les suivants : la peur, la méfiance et surtout l'obsession (de cacher son origine estonienne pour la mère et de manger pour la fille). Le message de Sofi Oksanen est très clair : les évènements historiques que l'on subit et les personnes qui nous entourent influent directement sur notre comportement, présent et futur. Les Vaches de Staline est un roman dur, parfois cru, mais on sort de cette lecture avec l'impression que l'on n'a pas perdu son temps.

Je conseille aux personnes qui se lancent dans ce roman de s'accrocher : le style de Sofi Oksanen n'est pas facile et demande beaucoup de concentration (ce qui lui a valu deux petits coeurs mais le troisième n'était pas loin), mais il vaut le détour.

 

Je tiens à remercier PriceMinister pour ce partenariat (le premier en ce qui me concerne!) et pour m'avoir permis de faire cette jolie découverte!

 

Une Citation : "Le socialisme ne réussirait jamais ailleurs que sur le papier pour la simple raison que les doigts de tout le monde ne se tendent que vers soi, vers l'intérieur, même quand la main s'avance pour donner." (p. 288)


rentree_litteraire

© Eloo 10/2011

Posté par Eloo aime lire à 19:21 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,

01 septembre 2011

[Opération] "Les Matchs de la Rentrée Littéraire"

 

rentree_litteraire

 

C'est officiel : il y aura 654 romans pour la rentrée littéraire 2011!

Priceminister a selectionné 12 romans et propose aux blogueurs d'en reçevoir 1 gratuitement en échange d'une chronique! Si c'est pas un beau cadeau ça?

 

La liste :

  • Nestor rend les armes de Clara Dupond-Monod
  • La belle amour humaine de Lyonel Trouillot
  • 1Q84 de Haruki Murakami
  • Les vaches de Staline de Sofi Oksanen
  • Le Pacte des Vierges de Vanessa Schneider
  • Désolations de David Vann
  • Tuer le père d’Amélie Nothomb
  • Des vies d’oiseau de Véronique Ovaldé
  • Les souvenirs de David Foenkinos
  • Limonov de Emmanuel Carrère
  • Rien ne s’oppose à la nuit de Delphine de Vigan
  • Freedom de Jonathan Franzen

 

Si vous souhaitez participer -comme moi -, rendez-vous ici :

 http://www.priceminister.com/blog/ (clique!)

Tout y est expliqué!

 

(Merci à Amethyst pour l'info et qui est d'ores et déjà ma marraine!)

Posté par Eloo aime lire à 11:55 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :