05 septembre 2011

Harry Potter et la chambre des secrets de J.K. ROWLING

67107372

Harry Potter et la Chambre des secrets (t.2) de J.K. Rowling

Edition Gallimard Junior - Coll. Folio Junior. 2001. 360 p.

 

4ème de couverture :

      "Une rentrée fracassante en voiture volante, une étrange malédiction qui s'abat sur les élèves, cette deuxième année à l'école des sorciers ne s'annonce pas de tout repos ! Entre les cours de potion magique, les matches de Quidditch et les combats de mauvais sorts, Harry trouvera-t-il le temps de percer le mystère de la Chambre des Secrets ? Un livre magique pour sorciers confirmés."

A lire : ma chronique du tome 1 Harry Potter à l'école des sorciers.

 

/!\ Relecture /!\

Mon avis : etoile_jaune

J'ai replongé avec plaisir dans ce tome 2 de la saga Harry Potter, histoire de raviver un peu mes souvenirs. Et je dois avouer qu'ils étaient plutôt flous! Je ne sais plus vraiment pourquoi il était écrit dans un coin de ma tête que Harry Potter et la Chambre des secrets était le livre que j'avais le moins aimé de la série. Ce fut sans doute mon ressenti après avoir lu les 7 tomes pour la première fois, mais je ne suis plus du tout dans le même état d'esprit aujourd'hui. J'ai passé un très bon moment de lecture et je crois même que j'ai préféré son dénouement à celui de Harry Potter à l'école des sorciers.

J'ai trouvé très fort que J.K. Rowling se soit basé d'animaux fantastiques déjà existants pour construire son histoire, tel le basilic par exemple. Il fait parti des vieilles légendes et pratiquement tout le monde avait oublié de quoi il s'agissait. Certains croient peut-être même qu'elle l'a inventé. Elle a rajouté son ingrédient c'est sûr, mais quand même, chapeau à sa grande connaissance! Cela doit être le fruit de longues recherches...

Si je me rappelais l'histoire dans ces grandes lignes, j'ai redécouvert beaucoup de détails. Par exemple, je ne me rappelais plus que Ginny avait écrit une lettre d'amour à Harry, ni que Hermione était folle de Gilderoy Lockhart. Et justement en parlant de lui, sans surprise, il m'a fait mourir de rire!

A bientôt pour la chronique de Harry Potter et le prisonnier d'Azkaban qui viendra bien assez vite!

Posté par Eloo aime lire à 11:01 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,


02 août 2011

Tom, petit Tom, tout petit homme, Tom de Barbara CONSTANTINE

 9782013229500-T

Tom, petit Tom, tout petit homme, Tom

de Barbara CONSTANTINE

Le livre de poche jeunesse - Coll. Contemporain Collège

2011

254 p.

4ème de couverture :

      "Tom a onze ans. Sa mère en a vingt-quatre. La vie n’est pas facile pour eux, et Tom doit souvent se débrouiller seul. Quand les placards sont vides, il visite les potagers, vole les carottes, les pommes de terre et mitonne des petits plats. Un soir, en cherchant un nouveau jardin, Tom tombe sur Madeleine, une vieille dame couchée par terre au milieu de ses choux. Tom lui vient en aide."

 

Mon avis :

Tout d’abord, on pourrait dire que ce petit roman jeunesse a son alter ego en roman adulte : rappelez-vous l’émouvant Ensemble, c’est tout (clique!) d’Anna Gavalda. La base est la même : des personnes en galère, qui malgré leurs différences, vont s’entraider pour mieux remonter la pente. On sent sort rarement tout seul, et ils le comprendront aux fils des pages, presque malgré eux (quand j’vous dis que ça ressemble !).

Nous avons là Joss et son fils Tom. Joss a eu Tom très jeune et du coup elle n’assume qu’épisodiquement son rôle de mère. Par conséquent, Tom a été obligé de grandir plus vite et d'apprendre à se débrouiller tout seul. Pour un garçon de 11 ans, on peut le trouver étonnement précoce, au point d'avoir peur que cela ne soit plus crédible au fil de la lecture. Mais finalement ça ne dérange pas plus que ça, on comprend que Tom est plus mûr car il n’a pas d’autre choix : il doit s’occuper de lui tout seul la majeure partie du temps et certaines responsabilités pèsent sur ses petites épaules, comme apporter des vivres au quotidien par exemple. On se demande d’ailleurs parfois qui est le véritable adulte responsable dans l’histoire : Joss ou Tom ? La question peut se poser.

Il y a aussi Madeleine, la petite vieille. Elle est toute seule dans sa grande maison qu’il faut entretenir et Tom va se mettre à l’aider presque malgré lui. Encore une responsabilité… Mais même s’il n’en a pas forcément conscience, elle va, elle aussi, lui apporter énormément ! C’est finalement une grand-mère de substitution parfaite…

Les voisins, Odette et Archibald, sont des personnages secondaires, oui mais indispensables. Ils rajoutent de la gaîté et des rires dans ce roman. Tom va régulièrement se servir dans leur potager et il est particulièrement fier de ses petits coups en douce, persuadé qu’il est de ne pas s’être fait découvert (comme quoi Tom a quand même gardé sa naïveté et sa belle innocence d’enfant).

Et pis enfin nous avons Samy, fraîchement sorti de prison, qui essaye de reconstruire sa vie. Je ne vais pas en dire plus sur ce personnage, de peur de vous gâcher la lecture.

Pour finir, je dirais que j’ai beaucoup aimé ce roman mais que je me suis plusieurs fois demandée s’il était réellement adapté à un public jeunesse. Pour les 4/5 du roman, oui, mais certains passages sont vraiment crus. C’est dommage car je pense que j’aurais dû mal à le conseiller à un enfant entre 8 et 12 ans, et en même temps, il risque de ne pas spécialement intéresser un ado, qui lit d’autres choses, d’autres thèmes. Du coup, il reste un public très restreint (les 12-14 ans) et les adultes bookivores comme moi… et sûrement comme vous qui me lisez ! L’éditeur a décidé d’intégrer Tom, petit Tom, tout petit homme, Tom dans sa collection « Contemporain Collège » et je trouve cette idée judicieuse, à savoir de proposer d’allier cette lecture avec les commentaires d’un bon professeur de français.


Citations :

"C'est bizarre, hein ? Y a des questions qu'on ne pose jamais, pour pas passer pour un con. Et on en reste un sacré gros, en fin de compte !" Samy, p. 95.

[Joss parlant de ses seins.] "-Je vais me faire opérer. -Ah. Josette laisse passer l'ange. -Toutes les filles rêveraient d'en avoir des comme toi, tu sais. -Oui, mais moi, ça m'fait pas rêver. Ca m'empêche juste de voir mes pieds. Et j'aimerais un jour arriver à ne plus marcher dans la merde. -Ah. OK." p.101.


Avis de ma partenaire blogueuse Instant-Littéraire.

Posté par Eloo aime lire à 21:18 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags :

16 juillet 2011

Harry Potter à l'école des sorciers / J.K. ROWLING

harry 1

Harry Potter à l'école des sorciers de J.K. ROWLING

Edition Gallimard Jeunesse - Coll. Folio Junior

2000

304 p.

 

4ème de couverture :

      "Le jour de ses onze ans, Harry Potter, un orphelin élevé par un oncle et une tante qui le détestent, voit son existence bouleversée. Un géant vient le chercher pour l’emmener à Poudlard, la célèbre école de sorcellerie où une place l’attend depuis toujours. Voler sur des balais, jeter des sorts, combattre les Trolls : Harry Potter se révèle un sorcier vraiment doué. Mais quel mystère entoure sa naissance et qui est l’effroyable V…, le mage dont personne n’ose prononcer le nom ?"

/!\ Relecture /!\

Mon avis : etoile_jaune

Avec cette chronique, je suis en plein cœur de l’actualité ! Avez-vous déjà vu Harry Potter et les Reliques de la mort –Part.2 ? Je ne me suis pas encore enfermée dans une salle de cinéma obscure avec un grand pot de pop corn,  mais ça ne devrait pas tarder… Que j’ai hâte ! Le combat ultime, ça ne peut être que grandiose… Je vous en toucherai sûrement un mot dans ma catégorie « Et côté Cinéma ? » mais pour l’instant, revenons à nos moutons !

Comme je l’ai indiqué plus haut, il s’agit d’une relecture. Mais je dois avouer que je ne suis pas une fan de la première heure et que j’ai mis mon petit temps avant de me lancer dans cette aventure. Quand J.K. Rowling a commencé à raconter les histoires de son petit sorcier,  le succès a été immédiat… et j’ai trouvé ça louche.  J’étais alors dans ma phase "je ne lis pas comme tout le monde, les succès commerciaux non merci", et j’ai résisté. En toute honnêteté, je pense qu’il n’a pas émoustillé ma curiosité à prime abord, sinon j’aurais craqué. J’étais indifférente à tout ce ramdam jusqu’à un certain Noël où j’ai trouvé sous mon sapin Harry Potter et la Coupe de Feu (quand je vous dis que je suis une retardataire, ce n’est pas pour rien hein !).  Mon petit cœur a boudé de ce cadeau non choisi, presque empoisonné, mais celui-ci a eu raison de moi car je ne peux laisser un livre de côté bien longtemps sans y jeter un oeil. Malheureusement, j’ai pas tout compris. Vous allez me dire « normal, c’est le tome 4 !». Surtout qu’il commence bizarrement, vous vous rappelez la maison Jedusor, le serpent, tout ça, tout ça… Alors mon p’tit papa (ce héros), qui a bien vu que je ramais, m’a offert le coffret des trois premiers tomes en poche. Et voilà comment a commencé une belle histoire d’amouuur !

 Je dis toujours que c’est Harry Potter qui m’a donné le goût de lire, qui est ma Bible. Bien sûr, je lisais déjà beaucoup avant, mais je crois que cette saga marque mon entrée dans la littérature. Elle m’a donné envie de lire des livres plus longs, plus complexes, parfois même des classiques.

 J’ai commencé à lire le premier tome environ en l’an 2000, j’avais donc 11 ans. Par conséquent, j’ai grandi avec les personnages, je me suis totalement identifié à eux. Je me suis imaginée bosser sur un devoir de métamorphose avec Hermione, découvrir les créatures magiques avec Hagrid, me lier d’amitié avec Luna, protéger Neville que je sentais si fragile et tomber amoureuse de Fred.

Le dernier tome est sorti il y a un moment maintenant, mais je n’avais pas l’impression que l’aventure était finie car il restait les films. Aujourd’hui, c’est une page qui se tourne. Et qui me permet de redécouvrir entièrement la série. D’habitude, je rechigne à relire des romans : il y a encore tellement de livres à dévorer ! Mais là, j’avais vraiment trop envie de relire ces sept tomes qui ont marqué ma vie. (Aah cette fichue pression médiatique !) J’ai donc recommencé dans les règles, avec le premier tome, Harry Potter à l’école des sorciers (il faut que je vous en touche un mot quand même, c’est pour ça que vous êtes là !). Ca m’a fait bizarre de suivre pas à pas des enfants de onze ans, ils m’ont paru si jeunes (contrairement à moi, ils n’ont pas vieilli depuis la dernière fois où je les ai lu^^) ! Le talent de J.K. Rowling réside là : elle a su s’adapter à leur âge. Contrairement à beaucoup de livres, nous ne sommes pas face à des enfants surdoués qui possèdent déjà une réflexion d’adultes. Ils sont crédibles. Ils sont vrais. Ils sont attachants.

Harry Potter, c’est d’la bombe !

Je vais me dépêcher de lire le tome 2, Harry Potter et la Chambre des Secrets. Vite, vite, vite!

Posté par Eloo aime lire à 13:47 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

10 février 2011

Le Petit Prince d'Antoine de Saint-Exupéry

le_petit_prince

Le Petit Prince d'Antoine de Saint-Exupéry
Première édition : 1943 aux États-Unis et 1945 en France
Présente édition : Gallimard - Collection Folio
1999
97 p.

 

      Le Petit Prince ne se résume pas à "Dessine-moi un mouton" (p.15) ou à "On ne voit bien qu'avec le cœur. L'essentiel est invisible pour les yeux" (p.76), bien que cela soit deux temps forts du roman.

 

Le début de l'histoire :

Le narrateur est un aviateur (comme l'était Antoine de Saint-Exupéry, c'est pourquoi on peut se demander si l'auteur et le narrateur sont la seule et même personne, ou pas). Ayant constaté un problème au niveau de son moteur, il doit poser son avion en urgence au milieu du désert du Sahara. C'est là qu'il va rencontrer un petit garçon venant d'une autre planète (sûrement l'astéroïde B612), le petit prince.


Ce qu'il faut savoir du petit prince en quelques mots :

Il part à la chasse aux baobabs tous les matins car ils peuvent détruire sa planète. Il ramone ses volcans toutes les semaines pour éviter qu'ils lui causent des ennuis. Il aime bien regarder les couchers de soleil et il a la chance de pouvoir les observer plusieurs fois par jour car sa planète est si petite qu'il peut en faire le tour en quelques enjambées. Quand il pose une question, il n'y renonce jamais tant qu'il n'a pas obtenu une réponse satisfaisante.


Le roman :

 

* Le Petit Prince est un conte poétique et philosophique, où chaque chapitre (ou presque) met en scène une rencontre qui peut être considérée comme une allégorie (= c'est le fait d'exprimer une idée en utilisant une histoire comme support comparatif). Un exemple :

"La planète suivante était habitée par un buveur. Cette visite fut très courte mais elle plongea le petit prince dans une grande mélancolie :

  "Que fais-tu là? dit-il au buveur, qu'il trouva installé en silence devant une collection de bouteilles vides et une collection de bouteilles pleines.

  - Je bois, répondit le buveur, d'un air lugubre.

  - Pourquoi bois-tu? lui demanda le petit prince.

  - Pour oublier, répondit le buveur.

  - Pour oublier quoi? s'enquit le petit prince qui déjà le plaignait.

  - Pour oublier que j'ai honte, avoua le buveur en baissant la tête.

  - Honte de quoi? s'informa le petit prince qui désirait le secourir.

  - Honte de boire!" acheva le buveur qui s'enferma définitivement dans le silence.

Et le petit prince s'en fut, perplexe.

 

  "Les grandes personnes sont décidément très très bizarres", se disait-il en lui-même durant le voyage."

Chapitre XII, p. 48-49.

-> Cette rencontre entre le petit prince et le buveur est une façon pour l'auteur de dénoncer l'absurdité des "grandes personnes" : ils ne sont pas toujours aussi responsables qu'il n'y parait. Contrairement à ce que l'on pourrait croire, lorsqu'un adulte a des problèmes, il peut parfois se laisser submerger par eux et se laisser aller. Le buveur de l'histoire a honte de boire mais il ne cherche pas de solution, il continue. C'est un cercle vicieux qui ne possède pas de terminaison.

* Dans Le Petit Prince, le langage utilisé est simple et dépouillé, les dessins qui accompagnent le texte sont faits à l'aquarelle par l'auteur lui-même et tout ceci rajoute une dimension de pureté. L'auteur voulait ainsi exprimer sa conception de la vie, simple et sans fioriture.

 

Mon avis : etoile_jaune

Même si Antoine de Saint Exupéry nous dit avoir écrit un livre pour enfants, ce qu'il raconte a une portée universelle et peut toucher tout le monde. Je crois même qu'il y a un certain avantage à lire Le Petit Prince à l'âge adulte : certaines subtilités échapperont à l'enfant et feront beaucoup réfléchir l'adulte, l'approche et l'interprétation n'étant donc pas les mêmes. 

Ce roman m'a beaucoup touché lorsque j'étais plus jeune, et je ressens la même émotion aujourd'hui, en le relisant. Contrairement à certains classiques que l'on peut clairement qualifier de "barbant", Le Petit Prince se lit vite et facilement.


Quelques citations pour finir :

"Droit devant soi on ne peut pas aller bien loin."  Le petit prince, p. 22.

" Il faut exiger de chacun ce que chacun peut donner, reprit le roi. L'autorité repose d'abord sur la raison. Si tu ordonnes à ton peuple d'aller se jeter à la mer, il fera la révolution. J'ai le droit d'exiger l'obéissance parce que mes ordres sont raisonnables." Le roi, p. 44.

"Adieu, dit le renard. Voici mon secret. Il est très simple : on ne voit bien qu'avec le cœur. L'essentiel est invisible pour les yeux." Le renard, p. 76.

"C'est le temps que tu as perdu pour ta rose qui fait ta rose si importante." Le renard, p. 78.

"Ce qui embellit le désert, dit le petit prince, c'est qu'il cache un puits quelque part..." Le petit prince, p. 82.

Posté par Eloo aime lire à 21:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :