17 mai 2012

Hunger Games (t.2) : L'Embrasement de Suzanne COLLINS

hunger-games-l-embrasement

Hunger Games (t.2) : L'Embrasement de Suzanne COLLINS

Edition Pocket Jeunesse. 2010. 398 p.


4ème de couverture :

      "Les Jeux continuent ! Plus terribles que jamais…

Après le succès des derniers Hunger Games, le peuple de Panem est impatient de retrouver Katniss et Peeta pour la Tournée de la victoire. Mais pour Katniss, il s’agit surtout d’une tournée de la dernière chance. Celle qui a osé défier le Capitole est devenue le symbole d’une rébellion qui pourrait bien embraser Panem. Si elle échoue à ramener le calme dans les districts, le président Snow n’hésitera pas à noyer dans le sang le feu de la révolte. A l’aube des Jeux de l’Expiation, le piège du Capitole se referme sur Katniss…"


Mon Avis : ♥ ♥

A peine lâché le tome 1 que j'attaque le tome 2 - 'faut dire que Peeta a des arguments ()... Mais entrons tout de suite dans le vif du sujet avant que je ne me transforme en petite midinette amourachée qui entoure le prénom de son bien-aimé avec des coeurs guimauves tout tremblotant (quoi trop tard?! Humpf!)...

Toujours cette écriture instinctive qui me plaît tant chez Suzanne Collins, du suspense & des retournements de situations qui rendent mon coeur galopant, et une idée originale concernant les Jeux de l'Expiation à laquelle j'ai vraiment adhéré. Oui, ça en fait une bonne lecture. Mais...

Mais il y a 2-3 p'tites choses qui m'ont chiffonné, si bien que je le dis : j'ai préféré le tome 1 et mon intérêt pour cette saga s'émousse un chouia.

Jusqu’aux Jeux de l’Expiation - c'est à dire durant la première partie -, il se passe énormément de choses mais qui ne sont malheureusement que survolés. J’aurais vraiment aimé un rythme moins soutenu qui nous permette de grappiller des informations supplémentaires. On sent que pour l’auteur cette partie n’est pas essentielle mais je ne suis pas forcément d'accord. J’aurais notamment aimé que la Tournée de la victoire s’éternise un peu plus, qu’elle soit plus détaillée et l'occasion pour nous de visiter plusieurs districts. De la même façon, des évènements "spéciaux" (je pense à un en particulier mais je ne veux pas spoiler) se déroulent lorsque la Tournée fait halte au Capitole ; dommage qu'ils aient été réduits à quelques lignes et que l'auteur utilise la simple narration : on a l'impression de ne pas les vivre en direct.

Mon deuxième gros reproche est à l'attention des personnages. Je n'arrive toujours pas à m’identifier à Katniss, et dans ce tome, "la fille du feu" a même réussi à m’agacer quelques fois : c’est une vraie tête brûlée qui fait des plans sur la comète sans réfléchir aux conséquences ; elle serait prête à mettre au point de vraies missions-suicides sans s'en rendre compte ! Heureusement qu’elle ne passe pas souvent à l’action… Quant à Peeta, je trouve qu'il a en grande partie un rôle de potiche, (c'est mon subjectif rempli d'amour découlinant de mièvrerie qui parle en cet instant j'en conviens) et ça m'a chagriné car il vaut mieux que ça! C'est un garçon intelligent et je crois que même l'auteur sous-estime ses capacités...

 En conclusion, une suite intéressante qui n'est peut-être pas à la hauteur de son prédécesseur, mais qui promets de belles choses pour la fin... Donc à bientôt avec la chronique de Hunger Games : La Révolte que je lirai sous peu ; espérons que ce dernier tome tiendra ses promesses et nous offrira un feu d'artifice final!

Je conseille ce livre à partir de 12 ans.

  

© Eloo 05/2012 

 

Posté par Eloo aime lire à 11:03 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,


03 mai 2012

Hunger Games (t.1) de Suzanne COLLINS

hunger games

Hunger Games (t.1) de Suzanne COLLINS

Edition Pocket Jeunesse. 2009. 398 p.

 

4ème de couverture :

      "Les Hunger Games ont commencé. Le vainqueur deviendra  riche et célèbre. Les autres mourront...

Dans un futur sombre, sur les ruines des États-Unis, un jeu télévisé est créé pour contrôler le peuple par la terreur. Douze garçons et douze filles tirés au sort participent à cette sinistre télé-réalité, que tout le monde est forcé de regarder en direct. Une seule règle dans l'arène : survivre, à tout prix.

Quand sa petite soeur est appelée pour participer aux Hunger Games, Katniss n'hésite pas une seconde. Elle prend sa place, consciente du danger. A seize ans, Katniss a déjà été confrontée plusieurs fois à la mort. Chez elle, survivre est comme une seconde nature..."


Mon Avis : ♥ ♥ ♥

Le 21ème siècle est marqué par le phénomène de télé-réalité qui, chaque année, est de plus en plus trash et envahissant. On pensait avoir tout vu et pourtant, dans le monde futuriste créé par Suzanne Collins, rien de comparable. Si certains téléspectateurs d'aujourd'hui prennent "plaisir" à voir des gens avec le QI d'une huître, enfermés dans une luxueuse maison, se crêper le chignon pour des futilités ; le Capitole, lui, prend plaisir à regarder certains de ses citoyens... s'entretuer dans une arène, obligeant de surcroît les proches à regarder le massacre. Quelle probabilité que son propre enfant soit l'unique vainqueur? Quasi nulle. Faire acte de rébellion? Déjà tenté et tout un peuple a été éradiqué...

Suzanne Collins a une écriture insctinctive qui m'a bien plue. Tout comme son choix de prendre Katniss comme narratrice : du coup, certaines zones d'ombres se constituent car nous ne savons que ce qu'il se passe à travers ses yeux. Comment les différents districts réagissent devant leur télévision? Le Capitole est-il satisfait? Mystère... Nous demeurons "enfermés" avec Katniss et les 23 autres tributs dans l'arène.

Ces derniers doivent toujours être sur le qui-vive car une seule minute d'inattention pourrait leur être fatale. Ce sentiment est traduit dans le livre par un rythme soutenu et entrainant, on ne s'ennuie pas. Si bien que cette lecture fut plaisante et que j'ai eu dû mal à lâcher ce roman chaque soir pour rejoindre les bras de Morphée.

Néanmoins, j'attendais de l'histoire qu'elle me procure plus d'émotions. La faute aux nombreux avis plus qu'élogieux aperçus sur la blogosphère? Peut-être... Toujours est-il que le sang froid de Katniss face à toutes épreuves - justifiable par ce qu'elle a vécu depuis son enfance - m'a empêché de me retrouver en elle. J'aurais aussi aimé être plus touché que ça à la mort d'un certain personnage secondaire mais ce ne fut pas le cas, certainement car l'alliance se crée tardivement et que la mort arrive très peu de temps après. Finalement, le seul qui a réussi son petit effet est Peeta. Il me fait littéralement fondre avec ses sentiments à demi-avouer. J'ai hâte de le retrouver dans le second tome de cette trilogie.

En conclusion, un roman auquel j'ai adhéré et qui me donne envie de poursuivre l'aventure au côté de Katniss Peeta au plus vite. Ce n'est pas un coup de coeur car on a déjà connu mieux au niveau de l'intrigue et du style d'écriture. Mais Hunger Games remplit parfaitement les missions que semblent s'être confiée l'auteur Suzanne Collins : nous divertir et nous tenir en haleine jusqu'au bout ; et c'est finalement le principal.

Je conseille ce livre à partir de 12 ans - jeunes innocents à l'âme sensible, prenez garde -.

 

© Eloo 05/2012 


Posté par Eloo aime lire à 12:18 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : ,

28 février 2012

Une Robe couleur du temps de Bianca TURETSKY

 9782012023628FS

Une Robe couleur du temps de Bianca TURETSKY

Edition Hachette Jeunesse - Coll. Planète filles. 2011. 275 p.

4ème de couverture :

      "Louise, 12 ans, n'a qu'un mot à la bouche : la mode, la mode, la mode ! Alors, quand elle reçoit l'invitation des mystérieuses Glenda et Marla à une « Vente Vintage pour les Fashionistas Voyageuses », elle se voit déjà dénicher la robe de ses rêves. Elle sera la plus belle pour aller danser au bal du collège ! Au magasin, Louise a un véritable coup de foudre vestimentaire. Mais à peine a-t-elle enfilé la robe qu'elle perd connaissance. À son réveil, elle se retrouve dans la peau de Miss Baxter, actrice prodige de 17 ans, près d'un siècle dans le passé, en pleine croisière... Cette aventure magique va-t-elle virer au naufrage ?"

Mon Avis :

/!\ Attention Spoils! /!\

Je dois avouer que ce roman me laisse songeuse. D'un côté, je suis un peu déçue. Je trouve que l'histoire reste trop en surface, ce qui rend le tout un peu superficiel et surtout trop simple. L'héroïne, comme nous l'indique la 4ème de couverture, adore les vêtements vintages et, en enfilant une jolie robe rose, s'évanouie avant de se retrouver sur un bateau, un siècle plus tôt. La jeune fille s'habitue très vite à sa nouvelle condition jusqu'à ce qu'elle se rende compte qu'elle est à bord du célèbre Titanic. Et là c'est le drame! Vite, il faut qu'elle sauve sa peau avant l'inévitable naufrage... Dis comme ça, ça n'a pas l'air de casser trois pattes à un canard et je le confirme : je me suis vite lassée. D'un autre côté, je me suis dis que l'héroïne n'a que 12 ans, que le public visé est les 8-12 ans et que j'en attendais peut-être trop. Mais est-ce une raison suffisante pour que l'auteur néglige l'intrigue et les petits détails ? Je ne crois pas. On devrait toujours être au petit soin avec ses lecteurs et leur donner le meilleur, quel que soit la tranche d'âge touché. Louise a 12 ans, soit, mais est-ce une raison pour la rendre si nunuche ? Elle ne semble pas s'inquiéter outre mesure de se trouver sur un bateau un siècle plus tôt, dans la peau d'une et sans explication censée. Elle apprend tout à fait par hasard qu'elle se trouve sur le Titanic et tente alors de convaincre le commandant Smith de changer de cap d'une façon qui s'avère rapidement desespérée voire même ridicule...

Et cela m'amène au second point. A prime abord, utiliser le célèbre paquebot le Titanic comme lieu central de l'histoire semble être une bonne idée. C'est d'ailleurs un des éléments qui m'ont poussé à lire ce livre. Mais on se rend très vite compte que cela peut aussi s'avérer être un handicap. En effet, le Titanic, ayant vraiment existé et faisant parti intégrante de l'Histoire, ne pouvait décemment pas éviter l'iceberg dans cette histoire-là. Du coup, ça limite beaucoup l'auteur qui doit faire avec cette contrainte. Et ça tue complètement le suspense... D'ailleurs, il n'y a que l'héroïne qui n'y comprend pas grand chose ; pour ma part, je n'ai eu aucun mal à deviner ce qui allait se passer dans les pages succédant ma lecture...

A noter les croquis illustrant les vêtements décrits dans l'histoire. J'ai trouvé l'idée intéressante puisque la mode est un art très visuel. J'ai également aimé que le texte soit parfois interrompu par des citations de grandes dames de la mode.

En conclusion, Une Robe couleur du temps est une petite déception. Je pense que si l'auteur était allée au bout des choses, ça aurait été une lecture bien plus sympathique.

 

© Eloo 02/2012

Posté par Eloo aime lire à 20:11 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :

27 janvier 2012

Éphémère : Le Dernier jardin (t.1) de Lauren DESTEFANO

544966JardinEphemereDeStefano

Ephémère : Le Dernier jardin (t. 1) de Lauren DESTEFANO

Edition Castelmore. 349 p. 2011.

 

4ème de couverture : 

      "Que faire de sa vie quand on connaît la date exacte de sa mort? L'humanité croyait son avenir assuré. La science avait créé des enfants parfaits, immunisés contre toutes les maladies. Mais qui pouvait imaginer le prix à payer? Car désormais, personne ne survit au-delà de vingt-cinq ans. Le monde a changé. Pour les jeunes femmes, la liberté n'est plus qu'un souvenir. Au nom de la survie de l'espèce, elles sont kidnappées et contraintes à des mariages polygames. Rhine a seize ans. Quand elle se réveille dans une prison dorée, elle n'a qu'une idée en tête : fuir. Qu'importe l'amour que lui portent son mari et ses soeurs épouses. Quand on a que quelques années à vivre, la liberté n'a pas de prix."

 

Mon avis : etoile_jaune

 

"La clarté est effrayante. C'est à la fois la lumière de la venue au monde, et le tunnel aveuglant qui précède la mort. Horrifiées, nous nous réfugions sous les couvertures, ne voulant ni de ce commencement ni de cette fin." p. 13.

 

La couverture vend à elle toute seule le roman : elle est tellement belle qu'on achèterait Ephémère sans même lire son résumé. Une fois le livre entre les mains, on est un peu fébrile, espérant de tout coeur que le contenu sera à la hauteur de son emballage.

La dystopie, on ne jure que par ça en littérature jeunesse en ce moment, et je me méfie toujours de ce type de phénomène. Un ou deux romans du genre qui font un carton, puis de pâles et insipides copies font inévitablement et malheureusement suite. Mais là, j'avoue, nous avons du lourd.

Ce roman a un rythme lent, semblable au nombre de jours infinis qui défilent durant la captivité de Rhine. Il ne se passe pas toujours grand chose, puisque lorsque l'on est prisonnier d'un univers aussi étriqué, on y trouve forcément rapidement ses limites. Ca ne m'a pas dérangé. Après tout, Rhine ne pouvait pas trouver une façon de s'évader en un jour et c'était agréable de chercher avec elle.

La notion de liberté est omniprésente et racontée de manière simple ; on nous rappelle son importance à travers le grand voyage de Christophe Colomb vers ce qu'il croyait être les Indes, ou en nous indiquant que le prénom "Rhine" provient du fleuve le Rhin, cours d'eau qui s'achemine vers l'immensité de l'océan. Ça m'a d'ailleurs plu qu'il y ait un clin d'oeil au fleuve de ma belle région!

Lauren DeStefano nous livre ici son premier roman, mais elle a déjà tout d'une grande. Elle manie les mots avec doigté, elle mesure ce qu'elle nous livre, et peu de lignes peuvent produire un grand effet. J'ai aimé que Rhine se perde un peu dans ses sentiments, qu'elle ne sache parfois plus très bien où est le vrai et le faux. Malgré ses certitudes, sa conviction et sa résistance, elle se fait un peu avoir par la grande illusion qu'est sa nouvelle vie. C'est finalement une héroïne très humaine qui ne cache pas ses faiblesses (la séparation d'avec son frère qui lui enlève tout repère, sa pitié pour Linden qu'elle trouve gentil et naïf malgré le mal qu'il lui a indirectement fait, etc.). Quant au personnage de Maître Vaughn que l'on côtoie peu, ses brèves apparitions et les resentis de son entourage suffisent à le rendre très effrayant.

Lauren DeStefano a placé la barre très haute, j'attends la suite de cette trilogie avec impatience!

 

Parce que l'auteur dépeint des moeurs particulières, je conseille ce roman à partir de 14/15 ans.

 

© Eloo 01/2012

Posté par Eloo aime lire à 19:37 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : ,

25 octobre 2011

La Disparition d’Anastasia Cayne de Gregory GALLOWAY

La_disparition_dAnastasia_Cayne_de_Gregory_Galloway_Ed_Wiz_Albin_Michel

La Disparition d’Anastasia Cayne de Gregory GALLOWAY

Edition Albin Michel - Coll. Wiz Suspense. 2008. 361 p.

 

4ème de couverture :

      "Anna Cayne préfère qu’on l’appelle Anastasia, aime Houdini le prestidigitateur, élabore des codes secrets et des énigmes, s’habille tout en noir et passé son temps à écrire de fausses nécrologies sur les habitants de la ville. Quand je suis tombée amoureux d’elle et qu’elle a mystérieusement disparu, j’ai commencé à recevoir des messages codés que seule Anastasia aurait pu m’envoyer…"

 

Mon avis : ♥

Ce résumé annonçait vraiment du bon : une fille bizarre et un garçon amoureux, une disparition, une enquête policière, du suspense, et peut-être même du surnaturel. Pour une fois, un livre n’a pas attendu longtemps sur mon étagère avant que je daigne l’ouvrir… Malheur à moi, il m’a fallu plus d’un mois pour en venir à bout ! Vous imaginez le nombre de livres que j’aurais pu lire à sa place dans un même temps donné ?

Pourtant ça commençait bien : les phrases sont bien tournées, les descriptions intéressantes et l’auteur a globalement un style agréable. Alors quoi me direz-vous ? Hé bien il rame dans la choucroute le p’tit ! C’est lent, on a l’impression de ne pas avancer. On s’attend a dû suspense et de l’action, et pendant plus de la moitié du roman, l’auteur nous parle de la rencontre puis de la relation amoureuse entre le narrateur et Anna. On a presque envie de l’interpeller pour lui dire : « Hé c’est quand qu’elle disparait ? ». Dans cette première partie, le point intéressant est les fausses nécrologies écrites par Anna ; c’est une idée très originale qui m’a plu… Mais son utilisation s’avère assez rapidement superficiel et c’est vraiment dommage… comme si Gregory Galloway a eu cette idée géniale mais n’a jamais su quoi faire avec.

Enfin, Anna disparait ! C’est presque un soulagement jusqu’à ce qu’on se rende compte qu’il ne se passe pas vraiment plus de choses. Sa disparition est très théâtrale –digne d’Anna- mais ensuite l’enquête policière n’avance guère. Ca énerve le narrateur (on n’apprend jamais son nom… je crois) –nous aussi- alors il décide de tenter le tout pour le tout en se rendant à une émission de télé mettant en scène un médium qui aide le public. Il n’y croit pas trop, mais pourquoi pas. Là aussi l’idée est intéressante, et on a presque du suspense… pendant cinq minutes. Et puis finalement, on lit la dernière page du roman, on se dit que l’on va être récompensé de nos efforts… mais rien. On n’apprend rien. Si, que cette expérience a permit au narrateur de grandir, mais personnellement ça ne m’a pas suffit. A la base, c’est censé être un roman policier, non ?

Une grosse déception. Une belle écriture, des idées originales mais un roman qui ne tient pas ses promesses.

 

© Eloo 10/2011

Posté par Eloo aime lire à 18:25 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,


18 octobre 2011

The Luxe : Tricheuses (t.3) d'Anna GODBERSEN

tricheuses

The Luxe : Tricheuses (t.3) d'Anna GODBERSEN

Édition Albin Michel. 2010. 432 p.

4ème de couverture :

      "Elles ont tout ce qu'elles désirent... mais rien de ce qu'elles veulent. Une bien curieuse union est célébrée dans la haute société. Henry Schoonmaker vient d'épouser une jeune femme qu'il n'a jamais aimée : Penelope Hayes. Si son ancienne rivale triomphe, Diana, toujours amoureuse d'Henry, n'a pas dit son dernier mot. Quant à Elizabeth, elle refuse obstinément de paraître en public. Pressentant un nouveau scandale, tout New-York retient son souffle."

A lire : ma chronique du tome 1 Rebelles et du tome 2 Rumeurs.

 

Mon avis : ♥ ♥ ♥

"Elles ont tout ce qu'elles désirent... mais rien de ce qu'elles veulent". Cette phrase peut paraître contradictoire et pourtant, c'est tout à fait ça. Elle annonce parfaitement le sentiment que l'on ressentira à la lecture de ce troisième tome. Tricheuses est un roman tout aussi passionnant et addictif que ses deux prédécesseurs : la plume d'Anna Godbersen ne s'est pas essouflée, elle a encore beaucoup à nous offrir!

Je n'entrerai pas trop dans les détails puisqu'il s'agit d'un troisième tome, je dirai simplement :

  • L'image que j'avais de Grayson Hayes durant les deux premiers tomes a quelque peu changé. Il me semblait q'il était un garçon intelligent, de la même trempe que sa soeur Penelope, mais en plus subtil et réfléchi. Dans Tricheuses, il est décrit comme un garçon dont les yeux très rapprochés lui donnent un air stupide - ce dont il est apparemment. Comme quoi, les mots ont ce pouvoir de retourner la tête et de nous jeter sur de fausses pistes afin mieux nous surprendre.
  • Passons à sa soeur : D'impostures en coups bas... Quand on joue avec le feu, on finit par se brûler... Attention Penelope, tout va t'échapper et ce ne sera que justice... J'en suis contente, sinon l'histoire aurait perdu en crédibilité.
  • Un dernier petit mot concernant Teddy Cutting : personnage très secondaire jusqu'à présent, il se dévoile enfin... pour plus grand plaisir! Il est sincère et sa timidité est touchante. C'est le seul homme de cette saga qui possède tout mon estime. Je pressens qu'il aura clairement sa carte à jouer dans le dernier tome...

Pour les autres personnages (Elizabeth, Diana et Carolina, entre autres), je vous laisse découvrir par vous-même ce qu'ils vont advenir. Je vous promets des surprises, du suspense et des p'tits coeurs fondants d'amouur :)

 

© Eloo 10/2011

Posté par Eloo aime lire à 19:07 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :

29 juillet 2011

The Luxe : Rumeurs (t.2) d'Anna GODBERSEN

rumeurs

The Luxe : Rumeurs (t.2) d'Anna GODBERSEN

Edition Albin Michel

2009

460 p.

4ème de couverture :

      "Rien n'est plus dangereux qu'un secret... Les amies d'hier sont devenues les rivales d'aujourd'hui. Coups bas à l'heure du thé, trahisons au coeur de la nuit, les bals somptueux bruissent des plus folles rumeurs. Retour à Manhattan... en 1899."

A lire : ma chronique du tome 1 Rebelles.

 

Mon avis :

C'est un plaisir de retrouver ces petites princesses de Manhattan, dans ce second opus de la série "The Luxe" !(Pourquoi ce titre n'a t-il pas eu droit à sa traduction française d'ailleurs? Mais passons!)

Rebelles nous a permis de bien cibler le contexte historique et d'apprendre à connaître ces jeunes demoiselles, du coup  on est tout de suite happé dans Rumeurs, puisque c'est finalement comme de retrouver de vieilles copines.

Après avoir vécu des évènements relativement tragiques dans le premier tome, Elizabeth, Penelope et Diana ont quelque peu changé. Diana a incontestablement grandi, Elizabeth a mûrit (elle n'est plus aussi "nunuche" et on n'a plus envie de la secouer comme lors de la lecture du premier tome, car elle prend enfin les choses en main, ouf merci!) et Penelope est encore plus garce qu'avant !

Cette dernière décide d'obtenir tout ce qu'elle souhaite coûte que coûte, quels que soient les moyens qu'il lui faudra employer : c'est la reine du chantage et des coups bas. Mais on l'a prend presque en pitié : Penelope va t-elle enfin se rendre compte qu'il reste encore des choses en ce bas-monde que l'on ne peut pas forcer, les sentiments par exemple? Elle obtient ce qu'elle veut,  oui, mais les conditions font que l'on peut se demander si cela la rendra heureuse au bout du compte.

Du côté d'Elizabeth et de Diana, l'amour est au rendez-vous, mais à quel prix et à quelles conditions... Leurs p'tits coeurs vont encore être bien malmenés! On se dit qu'elles ne sont pas à plaindre, qu'il y a des gens beaucoup plus démunis, mais on le fait quand même. Après tout, elles sont si attachantes (même Penelope... parfois!)...

Il faut quand même que je parle un peu de Carolina Broud. Cette jeune personne était domestique chez les Holland dans le premier tome et je me suis aperçue que je l'ai totalement éclipsé dans ma chronique de Rebelles. J'imagine que c'est parce que je ne me suis pas particulièrement attachée à ce personnage : j'ai beaucoup de mal avec les gens qui jalousent les possessions des autres (dans le cas présent, Carolina - dite Lina - est jalouse d'Elizabeth, de sa position sociale ainsi que des sentiments que Will ressent à son égard, alors qu'elle-même est amoureuse du jeune homme). Néanmoins, dans le tome 2, sa place est grandissante : Lina devient petit à petit une jeune femme du monde, et ce parfois, avec l'aide de moyens quelque peu douteux. Son modèle est forcément l'exact contraire d'Elizabeth, à savoir Penelope, donc on peut s'attendre au pire. J'attends néanmoins de voir l'évolution de ce personnage dans la suite de la saga avant d'avoir un jugement définitif. Espérons qu'elle graviera la pente dans le bon sens, et que par la même occasion, elle remontera dans mon estime...

Ce second tome finit clairement mal - tout comme le premier - et il nous donne évidemment envie de découvrir  au plus  vite Tricheuses, le tome 3. Celui-ci est en ma possession, il va donc être dévoré très vite!

Posté par Eloo aime lire à 10:14 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

08 juin 2011

The Luxe : Rebelles (t.1) d'Anna GODBERSEN

Rebelles-2

The Luxe : Rebelles (t.1) d'Anna GODBERSEN

Edition Albin Michel

2008

452 p.

4ème de couverture :

      "Des filles rebelles dans des robes sublimes font la fête jusqu’à l’aube. Des garçons irrésistibles aux sourires machiavéliques ont des intentions suspectes. Mensonges, secrets et scandales. Nous sommes à Manhattan… en 1899."

 

Mon avis :

La couverture m’a fait de l’œil, purement et simplement. Je me suis surprise à m’imaginer dans cette robe somptueuse (alors même que le rose n’est pas ma tasse de thé). Pas le choix, il fallait que j’aille voir ce qu’il se cachait derrière toute cette magnificence (merci à ma cousine de me l’avoir gentiment prêté !).

C’est l’histoire de trois filles, Elizabeth, Penelope et Diana, qui se distinguent par de nombreux aspects mais qui, malgré elles, partagent plus d’un point commun, comme notamment leurs caractères bien trempés.

Elles vivent en plein cœur de Manhattan et elles sont privilégiées. Elles habitent dans des maisons spacieuses, elles possèdent des robes magnifiques, des domestiques obéissent à leur moindre caprice… Mais il ne faut jamais oublier que les apparences sont souvent trompeuses, et que ce genre de fastes ne suffit pas toujours pour être heureux.

Je ne vais pas en dire plus sur l’histoire, je veux seulement dire aux lectrices de Chick lit et aux fans de la série Gossip Girl que cette saga est faite pour elles.

Pour ma part, j’ai adoré ; pour preuve, j’avais dû mal à lâcher ce roman, je voulais connaître le dénouement au plus vite, en un mot j’étais addict ! J’ai plus que hâte de lire la suite !

 

Une citation :

"Une dame ne doit jamais perdre son sang-froid. Même sous une pluie torrentielle, elle doit avoir l’air joyeuse comme si de rien n’était. Si elle perdait contenance, alors elle ne tarderait pas à perdre également le respect de son entourage et de ses domestiques. Guide Van Kamp d’économie domestique à l’usage des dames de la haute société, éd. 1899." p.?

Posté par Eloo aime lire à 12:06 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

16 mai 2011

Skeleton Creek : Psychose (t.1) de Patrick CARMAN

40_skeleton_creek

 Skeleton Creek : Psychose (t.1) de Patrick CARMAN

Edition Bayard Jeunesse

2011

187 p.

"Ecrire ou mourir" p. 9

4ème de couverture :

      "Il se passe des choses étranges à Skeleton Creek. Des choses terrifiantes. Avec Sarah, ma meilleure amie, j'ai tenté de percer un sinistre secret. J'ai failli en mourir. A présent, je suis coincé chez moi, une jambe dans le plâtre. Je ne peux plus faire confiance à personne. C'est à peine si j'ose croire à ce que j'ai vu et entendu. Depuis que nos parents nous ont interdit de communiquer, Sarah et moi, je suis désespérément seul. Je m'efforce de mettre cette effrayante histoire par écrit pendant que Sarah, armée de sa caméra, poursuit notre enquête. A chacune de ses découvertes, elle m'envoie un mot de passe qui me permet de visionner la vidéo en cachette. Ainsi, ensemble, nous continuons à traquer le mystère, prêts à tout pour exhumer la vérité. Mais, nous le savons, rien n'est plus dangereux que de vouloir déterrer les fantômes du passé. Surtout dans une ville comme SKELETON CREEK.

Lisez mon journal. Regardez les vidéos. Menez l'enquête."

 

Mon avis :

Voici un auteur qui n'hésite pas à surfer sur la vague des nouvelles technologies! Il fallait trouver l'idée et oser. Patrick Carman nous offre un roman novateur, qui allie deux supports pour le prix d'un : le papier et le virtuel. Curieuse, j'ai plutôt adhéré.

Donc pour résumé, notre narrateur Ryan, après une excursion à haut risque qui s'est terminé par un plongeon et une jambe cassée, se retrouve alité chez lui. Tandis qu'il continue à mener l'enquête avec les moyens du bord et surtout de proximité (questionnements des gens autour de lui, internet), Sarah est sur le terrain avec sa caméra. Lorsqu'elle découvre des indices ou des éléments étranges, elle filme puis fait profiter Ryan de ses vidéos. Pour pouvoir les visionner, Ryan doit se connecter au site de Sarah et entrer le code qu'elle lui a donné... Et nous on fait pareil!

http://www.sarahfincher.fr

Une question d'ordre pratique m'a traversé l'esprit : si on souhaite relire ce roman dans quelques années, le site de Sarah sera t-il toujours accessible sur la toile (car sans les vidéos de Sarah, le roman perd tout son intérêt) ? Je l'espère en tout cas, car l'idée est excellente. Même si, c'est le petit bémol, on ne peut pas lire ce roman partout puisqu'il faut avoir un ordinateur connecté à internet sous la main.

J'avais peur que les vidéos coupe mon élan de lecture mais ça n'a été heureusement pas le cas. Les vidéos sont-elles plus importantes que le roman lui-même? En tout cas, elles dévoilent une grande partie de l'intrigue et terminent l'histoire. Mais texte et vidéos sont indissociables car complémentaires.

J'ai trouvé les vidéos bien faites. C'est lugubre, glauque et angoissant, on s'effraie, le pari de l'auteur est réussit. Par contre, l'actrice de Sarah était-elle vraiment obligée d'adopter ce ton mélodramatique, ces mimiques bizarres avec ses yeux et ces respirations éléphantesques?

Pour finir, j'ai aimé les allusions et les clins d'oeil à des grands auteurs du frisson tels Edgar Allan Poe.

J'ai également apprécié que ce soit Sarah l'aventurière sans peur et Ryan le cérébral plus à l'aise sur le papier. Et oui, les filles peuvent aussi être à l'aise dans le feu de l'action!

 

Quelques citations :

"Quand je regarde en arrière, je vois des signes annonciateurs de danger. Quand Sarah regarde en arrière, elle voit des raisons de partir à l'aventure. Elle me manque. Je lui en veux. J'ai peur pour elle. J'ai peur d'elle. Pas beaucoup. Un peu tout de même." p. 18

"L'imprudence n'est certes pas une vertu. Mais, pour un jeune de mon âge, elle est inévitable. D'ailleurs, il n'y a pas plus ennuyeux que les gens trop prudents." p. 95

"Quelquefois, je me représente Sarah comme une allumette enflammée et, moi, je suis le bâton de dynamite. Quoi que nous fassions ensemble, ça se termine toujours par une explosion. Non, l'image n'est pas exacte. Disons que Sarah et moi sommes deux pôles opposés qui s'entraînent l'un l'autre vers le même dangereux centre. pourquoi ne sommes-nous jamais attirés par des projets raisonnables? Élever une vache pour la foire agricole, par exemple? pourquoi toujours ce goût du danger? [...] Parce qu'une vache est un animal ennuyeux et qu'en élever une est une activité ennuyeuse. Le danger est plus excitant." p. 154

Posté par Eloo aime lire à 12:39 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

08 mars 2011

Peindre le vent de Pam MUNOZ RYAN

peindre_le_vent

Peindre le vent de Pam MUNOZ RYAN

Edition Actes Sud Junior - Collection Ado

2009

223 p.

      Maya est une jeune fille d’une douzaine d’années environ, qui vit recluse chez sa grand-mère paternelle, sévère et acariâtre.  De sa mère, elle n’a pour souvenir qu’une photo et des petits chevaux en plastique qui la font rêver. A la mort brutale de sa grand-mère, elle est recueillie par son grand-père maternel ainsi que par sa grande tante Vi et son grand oncle Fig. C’est alors qu’une toute nouvelle vie s’offre à elle. Celle-ci lui fait un peu peur aux premiers abords puis Maya s’en habitue petit à petit avec délice. La vieille maison de sa grand-mère est remplacée par les grands espaces du Wyoming, et ses leçons de maths et de français par des leçons d’équitation. Maya fait la connaissance de Payton, son cousin un peu turbulent, et apprend doucement à vivre comme une vraie Limner. Elle découvrira enfin des détails sur ses parents - leur vie, leurs passions- et aura la chance de croiser des « chevaux-fantômes », dont la belle Artemisia que sa mère avait eu la chance de monter avant qu’elle ne retourne à l’état sauvage…

 

Mon avis :

Si tout ce qui a un rapport, de près ou de loin, avec les chevaux vous rebute, il est inutile de vous lancer dans ce roman! Mais je pense que la simple vue de la couverture vous aurait déjà dissuadé à feuilleter ses pages ou à lire cette chronique! Pour ma part, je trouve  que la couverture est magnifique avec ce majestueux cheval qui représente sans nul doute Artémisia (je ne vais pas insister là-dessus, vous savez à quel point je craque pour les couvertures de la collection Ado d'Actes Sud Junior!).

Rien que le titre, que j'ai trouvé poétique et intriguant, m'a donné envie de découvrir ce roman qui, il faut le souligner, est peu connu. Je n'ai pas été déçue, j'ai trouvé qu'il s'agissait d'une très belle histoire, émouvante et juste. La fin est si belle.

A noter que les chevaux de l'histoire porte des noms en référence à des peintres (le nom de famille pour les mâles et le prénom pour les femelles). J'ai trouvé l'idée originale et cela m'a plu d'aller à la fin du livre pour apprendre davantage sur les peintres cités.

Je respecte le choix de l'éditeur en mettant ce roman dans la catégorie des "romans ados" mais je me demande s'il ne pourrait pas déjà etre lu par des plus jeunes. Je m'explique : l'héroïne, Maya, a 11-12 ans, donc les jeunes entre 10 et 13 ans s'identifiront plus facilement à ce personnage contrairement aux ados  qui liront cette histoire avec détachement (tout comme moi). De plus, ce roman se lit très bien, sans difficulté. Je conseille donc à tous les amateurs de chevaux de lire cette histoire, qu'ils soient très jeunes, jeunes ou moins jeunes!

 

Quelques citations :

"-Regarde autour de toi. Ici, dans toute cette immensité, chaque chose compte et a de la présence. Quand les chevaux courent contre le vent, avec leurs queues et leurs crinières qui volent, je trouve qu'ils ressemblent à une succession de coups de pinceau de toutes les couleurs. Je les considère comme les artistes qui travaillent à embellir cette immense toile du plein air." Tante Vi, p. 131.

"Maya abandonna les rênes sur le pommeau de la selle et ouvrit les bras comme des ailes. Tout à coup, c'était comme si le sol s'était enfoncé et qu'elle ne galopait plus sur la terre mais entre des étoiles chamarrées, de plus en plus vite. Le temps était suspendu. Rien de ce qui était arrivé auparavant ou qui arriverait plus tard ne comptait. Elle tendit le visage vers le ciel. Elle était le cheval, les étoiles et le vent." p. 216.

Posté par Eloo aime lire à 17:46 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :