miniature lady helen

Auteur Alison GOODMAN Editions Gallimard Jeunesse Date de parution 2016 / 567 p.

→ J'ai emprunté ce roman à la médiathèque.

 

4ème de couverture :

      "Londres. Avril 1812... Lady Helen Wrexhall s'apprête à faire son entrée dans le monde. Bientôt, elle sera prise dans le tourbillon des bals avec l'espoir de faire un beau mariage. Mais une bonne de la maison disparaît, des meurtres sanglants sont commis et Helen fait la connaissance de lord Carlston, un homme à la réputation sulfureuse. Il appartient au Club des mauvais jours, une police secrète chargée de combattre des démons qui ont infiltré toutes les couches de la société. Lady Helen est dotée d'étranges pouvoirs, mais acceptera-t-elle de renoncer à une vie faite de privilèges et d'insouciance pour basculer dans un monde terrifiant?"

 

Mon Avis : ♥♥♥♥♥ Une bonne lecture mais...

Ce livre me faisait envie depuis sa sortie (non mais regardez-moi cette couverture!) et je suis ravie d'avoir pu l'emprunter à la médiathèque. L'association des belles robes de bal et des traces de sang cachés sous les tapis promettent souvent de belles intrigues. Et ici, le fantastique entre également en jeu puisque les méchants sont de viles créatures surnaturelles communément appelées les Abuseurs ; démons qui passent par ailleurs totalement inaperçu pour un oeil non averti. Ce n'est toutefois pas le cas de notre héroïne Lady Helen qui développe progressivement d'étranges pouvoirs. Le moins que l'on puisse dire est que le speech de départ est très prometteur!

Alison Goodman, de sa jolie plume, nous ouvre les portes d'un univers sombre et inconnu dans le monde bien réel du début du 19e siècle anglais. Nous découvrons en même temps que l'héroïne l'existence des Abuseurs et du Club des mauvais jours, le tout mêlé à des notions de pouvoirs, de généalogie et même d'alchimie. J'ai beaucoup aimé ce que l'auteur a mis en place dès le début de son histoire mais j'ai regretté qu'elle en reste au stade de l'esquisse tout au long de son roman. Beaucoup de pistes sont lancées mais aucune n'est véritablement développée, ce qui rend ce premier tome très introductif. Trop au vu du nombre de pages : je déplore beaucoup de longueurs et de "passages à vide". Je conçois que lady Helen ne peut pas maîtriser ses nouveaux pouvoirs en un jour et qu'elle doit faire face à des choix douloureux qui demandent du temps et de la réflexion, mais pour moi le rythme de l'histoire en a inévitablement pâti. 

Je m'attendais à ce que ma lecture de Lady Helen, le Club des mauvais jours soit plus addictive que cela et c'est pourquoi ce roman n'obtient donc pas tous les suffrages de ma part. Néanmoins, l'originalité de l'intrigue et la fin me donnent envie de lire la suite. J'espère que le second tome apportera plus d'actions et de réponses, qu'il lèvera davantage le voile sur le fonctionnement et la finalité du fameux Club des mauvais jours.

 

Le-club-des-mauvais-jours
Le Club des mauvais jours sur la Fnac.com

© Eloo 02/2017